AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une demande fort romantique [PV Vladimir]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elisabeth Sanlejos
• Admin folle à lier ... ♥


Messages : 3738
Date d'inscription : 02/03/2011

Votre perso :
Age des personnages: 27 ans
Dieu: Ioannis
Relations: Angel>>a sauvé a vie, menace de la tuer; Vlad>> petit ami FR>> elle le hait, et fait tout pour le tuer Mia>>veut la mettre en prison

MessageSujet: Une demande fort romantique [PV Vladimir]   Jeu 31 Juil 2014 - 14:31




Elisabeth roula pendant longtemps. Elle ne faisait pas attention à quel chemin elle prenait, esquivant les véhicules par simple réflexes. Elle se trouva bientot sur l'autoroute, ce qui n'était pas le moyen le plus court pour aller à sa destination, mais celui où elle pouvait rouler le plus vite. Il y avait peu de monde, c'était la semaine et c'était entre l'heure d'ouverture des bureaux et celui de la pause de midi. Elle se laissa emporter par le gout du vent s'engouffrant dans son blouson, profitant de ce qu'il lui semblait être l'un de ses derniers moments de liberté. Elle gouta quelques minutes de pur délices, se contentant de rouler. Elle eut envie de prendre la sortie pour les Dunes de Diamants et d'aller conduire comme une adolescente dans le sable, à toute allure. Les pistes, qu'on ne pouvait pas vraiment appeler routes en raison de leur état, était un excellent endroit pour conduire sans aucune prudence. Personne n'y passait, elle pouvait pousser sa moto au maximum et même faire quelques figures. Cela faisait partie de ses vices d'adolescente, sa manière à elle d'oublier sa séparation avec son père quand il était encore vivant. Elle ne lui avait jamais caché ses jeux dangereux, se contentant de les amoindrir un peu, et il l'avait accepté parce qu'il connaissait son besoin de liberté et d'adrénaline. Quelques années plus tard, elle avait arrêté des jeunes qui faisaient la même chose - ce qu'elle ne se serait jamais permise - et elle s'était sentie une imposteur. Elle avait la même impression à présent... Elle ne se permit pas son escapade, et pris plutot une sortie vers sa maison d'enfance. Tant qu'elle y était, autant faire les choses bien. Elle roula pendant une petite demi-heure, se permettant quelques excès de vitesse quand la route était vide, et se gara devant chez elle. Elle n'avait vécu que quelques années ici, c'était leur dernière planque et elle en avait hérité. Elle monta directement au bureau de son père, où elle entra doucement, avec respect. Elle s'arrêta devant un photo de lui et sa mère. Suivant le rite, elle aurait du leur demander leur accord avant sa demande. Elle les salua d'une inclinaison de la tête. Son père aurait-il accepté Vladimir ? Elysa était une fille de mafieuse mais n'avait pas eut de sang sur ses propres mains... Mais elle était une grande femme à présent, elle devait se fier à son propre jugement. Elle releva la tête, regarda les visage, et craqua. Elle se laissa tomber sur le parquet, les épaules secouées de larmes, serrant contre sa poitrine le cadre photo. Elle ne voulait pas ! Elle ne voulait pas de ses responsabilités ! Elle voulait juste être seule, dans les bras de ses parents...
Ses pleurs durèrent longtemps, elle les avait retenus trop longtemps pour les arrêter. Son souffle finit pourtant par se calmer, et elle se sentit plus apaisée. Elle avait l'impression d'être une nouvelle personne, que son ancienne peau était partie, lessivée, avec ses larmes. Elle se releva, essuyant ses yeux avec un geste enfantin, et reposa le cadre à sa place avant de le saluer de nouveau. Elle se tourna ensuite vers le mur au dessus du bureau, et décrocha avec attention l'épée qui se trouvait là. Elle souffla la poussière qui s'était déposée sur le fourreau, et sortit la lame. Elle étincela dans le soleil du matin, aussi resplendissante qu'au premier jour. C'était une relique de la famille qui s'était passée de génération en génération depuis des années, et qui avait toujours accompagné les évènements importants de membres de la famille - même les baptêmes. Elisabeth l'avait reposée à sa place après l'enterrement de son père, et avait pensé qu'elle y resterait jusqu'à sa propre mort. Rien n'est prévisible... Elle prit le chiffon consacré dans un tiroir et lava la lame doucement, comme elle avait vu son père le faire bien des fois. Une fois qu'elle fut tout à fait propre, elle se leva, rangea le chiffon, et partit dans sa chambre se changer. Elle avait laissé de nombreux habits là-bas. En fait, elle avait presque tout laissé, refusant de considérer la maison abandonné tout comme elle refusait de l'habiter. Elle ouvrit l'armoire, hésita devant une robe - s'était ainsi que cela aurait du se faire, non ? - et se décida pour un pantalon de lin noir et une chemise rouge bordées de dragon. C'était son père qui lui avait offert cela un jour, sans raisons. Elle n'avait guère grandi depuis, et le pantalon était assez ample pour ne pas serrer ses cuisses musclées. Elle se donna un coup de brosse, ramassa ses cheveux en un chignon, mit un bracelet et un collier d'argent qu'elle avait dans sa coiffeuse, et jeta un dernier regard au miroir. Même dans ses vieux habits, elle ne ressemblait plus à une enfant. Récupérant une ceinture dans ses affaires, elle y passe le fourreau et l'attacha sur ses hanches. Elle était prêtes. Elle repartit, refermant doucement la porte sur une enfance qui lui serait encore plus lointaine après ça, et repartit sur sa moto après avoir remis son blouson. Son air décidé et sa tenue faisait plus penser qu'elle partait à la guerre qu'à l'amour.
Cette fois-ci, elle prit le chemin le plus court. Elle ne reculerait plus, sa décision était prise. Le trajet passa en un instant, tandis qu'elle préparait ses paroles. Elle se gara en bas de l'immeuble, rangea son casque et mis son anti-vol. Elle monta les escaliers, montant les marches unes à unes - elle n'était pas impatiente pour autant et s'arrêta devant la porte de l'appartement de Vladimir. Une dernière lacheté lui fit espérer qu'il n'était pas là, mais elle savait qu'il attendait son retour. Elle hésita un instant de lui montrer les choses comme une simple formalité administrative, mais elle ne pouvait s'y résoudre. Même ses parents s'étaient mariés d'amour, dans une cérémonie improvisée le lendemain de leur fuite. Si elle lui parlait d'adulte à adulte, il comprendrait. Mais... Elle ne voulait pas ça. Déjà que ce n'était pas fait dans les règles de l'art, ce n'était pas à elle de faire la demande... Elle ouvrit la porte, prit une grande inspiration et entra. Vladimir était assis dans le salon, lisant le journal, un pli soucieux barrant son front. Elle s'arrêta un instant, le coeur suspendu à un battement. Une pensée toute simple l'immobilisait. Il était beau. Elle chercha à dire bonjour, à commencer par dire quelque chose de normal, le rassurer que tout aller, mais rien n'irait tant qu'elle n'aurait pas parlé. Elle resta la bouche ouverte pis se décida d'un coup. Elle marcha jusqu'à Vladimir, mis un genou à terre, et tira son épée du fourreau pour la présenter, la lame au clair posée sur ses doigts. Avec toute l'honneur du nom de Sanlejos dans ses yeux et son port de tête, elle demanda d'une voix extraordinairement calme:
"Vladimir Litovski Adamocivh, voulez-vous m'épouser, moi, Elisabeth Sanlejos, adepte et future Représentante d'Ioannis ?"
Ses yeux cherchèrent les siens, soudainement vidée de tout son courage et de sa force. Elle tremblait, sous le coup de la pensée qui venait de la frapper comme un éclair. Et s'il disait non ? S'il la quittait pour sa stupidité, son acceptation absurde des règles et convenances, ou même son nouveau poste qu'il hait tant ? Il tenait tant à sa liberté ! Elle s'étonnait parfois qu'il soit resté aussi sagement avec elle, et lui arrivait de se réveiller le matin en n'étant pas sure de le trouver dans lit. Comment avait-elle pu croire qu'il l'épouserait ! Elle-même ne s'en sentait pas capable, alors que, si elle acceptait d'être honnête avec elle-même, ce n'était pas que les paroles d'Alizée qui l'avait poussée à s'agenouiller ce jour là. Elle l'aimait, elle l'aimait stupidement, et elle sentait déjà le soufflet de son refus qui ne pourrait manquer de tarder et de briser son coeur. Il allait fuir, bondir hors de la pièce et de sa vie, et elle se retrouverait seule, avec son seul travail pour combler sa vie, et la recherche vaine et sans fin de vengeance. Night, qui s'était assise à ses cotés, appuya légèrement son épaule contre la sienne pour lui porter son soutien. Elisabeth ne respirait plus, les yeux scellés sur la bouche à laquelle était suspendue, équilibre précaire, sa vie et son bonheur.



_________________

Merci Laure!
Spoiler:
 

Merci Helline!
Spoiler:
 

Merci Pauline!:
Spoiler:
 

Merci Fresh!:
Spoiler:
 

Et re-merci !
Spoiler:
 

Merci Lisabeth!
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir L. Adamovitch
♥ Fondatrice ♥


Messages : 1858
Date d'inscription : 14/11/2010
Localisation : Dans quel asile ? Au Vinatier bien sur !

Votre perso :
Age des personnages: 26 ans
Dieu:
Relations: • Heather : Ex-Chef tyranique et sadique x)• Lilyana : Amie• Fleur Rouge : ennemi juré• Elisabeth : sa chérie ♥• Angel : Sa protégée

MessageSujet: Re: Une demande fort romantique [PV Vladimir]   Jeu 31 Juil 2014 - 19:47

Vladimir demeurait soucieux devant l'article de journal qu'il lisait. Le gouvernement était véritablement plus faible que jamais. Et cela l'aurait sans doute laissé bien indifférent si Elisabeth ne s'apprêtait pas à être nommé à la tête de celui-ci.
Il se mordit la lèvre inférieur.
La partie entre le gouvernement et la mafia serait plus serrée que jamais, et Elisabeth allait désormais être en toute première ligne pour recevoir leurs attaques. Elle tiendrait entre ses mains des décisions qui pourrait causer la perte autant que protéger un pays entier, des décisions qui la dépassait elle-même. Plus encore, dans ce jeu, Vladimir n'était qu'un poids. Plus que jamais encore, il ressentait le danger terrible qu'il faisait courir à Elisabeth en restant à son côté. Un jour ou un autre, il le savait, son identité serait dévoilée au grand jour, et alors il ferait inévitablement tomber la lieutenante avec lui. Or le pays dans son état actuel ne pourrait se relever du scandale d'une Représentante éprise d'un des plus grands criminels de l'Histoire.
De plus en plus, Vladimir songeait à partir. Non qu'il n'aimât plus Elisabeth ou qu'il craignît qu'elle ne l'aime plus en retour, mais il avait peur au contraire qu'ils ne s'aiment trop pour être lucide. Il avait parfois vaguement évoqué le sujet avec elle, mais celui-ci l'avait révoltée et elle n'avait rien voulu entendre. C'était sans compter qu'il n'avait pas envie de lui faire entendre raison.
Il soupira.
Pourtant les évènements se précipitaient. Et si Elisabeth se refusait à entendre la vérité, ce serait à lui d'agir en conséquence. Ou à eux deux de périr en entrainant peut-être la chute d'un pays entier.
Il ne suffisait pas de grand-chose. La mafia avait suffisamment d'influence pour faire courir ce bruit et le laisser doucement prendre vie dans les esprits des Atims. Une représentante en moins et un tout nouveau lieutenant inexpérimenté à la tête du pays serait le moyen idéal pour la mafia de s'emparer du pouvoir.
Vladimir était indéniablement la pièce qui ferait plongé l'édifice du pouvoir en quelques jours.
Il lui fallait donc s'en extirper au plus vite.
Pourtant Vladimir chassa vivement ces pensées de son esprit. Il ne pouvait se résoudre à agir pour l'instant. Il ferait tout pour repousser cette décision jusqu'au dernier moment.
Il se replongea alors dans le journal, tâchant d'oublier le mieux qu'il pouvait son inquiétude - mais échouant lamentablement.
Quand Elisabeth entra dans le salon, il vit immédiatement que quelque chose clochait. Il garda le silence, devinant que toute question serait inutile, attendant qu'elle ne s'explique d'elle-même. Pourtant elle n'en fit rien, et à la grande surprise de Vladimir, celle-ci vint s'agenouiller silencieusement devant lui, et lui présenta une magnifique épée, la lame posée sur ses doigts. Ignorant absolument tout des rites religieux, les paroles d'Elisabeth lui firent un choc que lui-même était incapable de décrire :

"Vladimir Litovski Adamovitch, voulez-vous m'épouser, moi, Elisabeth Sanlejos, adepte et future Représentante d'Ioannis ?"

Pendant un instant, une foule de sentiments se bousculèrent dans l'esprit de Vladimir et la stupeur l'empêcha de donner un sens à toute pensée. Pourtant ce fut d'abord l'incompréhension qui s'insinua la première clairement dans son esprit. Jamais auparavant Elisabeth n'avait parlé de mariage ou seulement laissé entendre qu'elle puisse aimer cette idée. Cette possibilité était si éloignée de sa culture et de ses croyances qu'il ne l'avait pas même seulement envisagée.
Pourtant la signification de cet acte lui parvenait doucement à l'esprit, et il sentit la chaleur d'un "oui" lui brûler les lèvres. Son cœur c'était mis à s’accélérer et il ne pouvait détacher son regard des deux incroyables yeux sombres d'Elisabeth ampli d'amour et de crainte.
Il eut la certitude absolue à cet instant qu'il voulait demeurer le reste sa vie avec cette femme.
Pourtant une pensée vint ternir toute la perfection de cet instant.
Cette décision condamnerait inévitablement Elisabeth.
Laisser leur amour apparaitre au regard de tous était comme inviter la mafia à le retourner contre eux-même. Ce mariage ne ferait pas que lier leur vie à jamais, mais scellerait leur déchéance.
Il ferma douloureusement les yeux, et quand il rouvrit, l'amour se mêlait à la tristesse.

- Elisabeth ... Murmura-t-il. Tu ne sais que trop bien que si ça ne tenait qu'à moi, je répondrais mille fois oui. Je t'aime, et je n'ai nullement besoin de mariage pour en avoir la certitude absolue. Mais tu vas devenir Représentante, Elisabeth. Et moi j'aurais éternellement le même sang sur les mains. On finira un jour ou l'autre par découvrir la vérité, c'est inévitable. Et nous marier te fera tomber avec moi, et peut-être un pays entier dans le même temps. Elisabeth, tu as toujours tout sacrifiée pour protéger le peuple d'Atimska. Notre amour égoïste mérite-il vraiment de détruire tout ça ?

A cet instant, il n'était plus seulement question de mariage. Vladimir remettait en question jusqu'à leur couple.

_________________

Cadooww ♥:
 

Plus de signa ?:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://x--inspiration--x.skyrock.com/
Elisabeth Sanlejos
• Admin folle à lier ... ♥


Messages : 3738
Date d'inscription : 02/03/2011

Votre perso :
Age des personnages: 27 ans
Dieu: Ioannis
Relations: Angel>>a sauvé a vie, menace de la tuer; Vlad>> petit ami FR>> elle le hait, et fait tout pour le tuer Mia>>veut la mettre en prison

MessageSujet: Re: Une demande fort romantique [PV Vladimir]   Jeu 31 Juil 2014 - 20:56



Elisabeth sentait le vertige qui avait commencé dans la matinée revenir de plus belle. Et pourtant, sa certitude du départ de Vladimir était plus forte que jamais, et elle failli ne pas entendre ses paroles tant son coeur battait fort dans ses oreilles.
- Elisabeth ... Murmura-t-il. Tu ne sais que trop bien que si ça ne tenait qu'à moi, je répondrais mille fois oui. Je t'aime, et je n'ai nullement besoin de mariage pour en avoir la certitude absolue. Mais tu vas devenir Représentante, Elisabeth. Et moi j'aurais éternellement le même sang sur les mains. On finira un jour ou l'autre par découvrir la vérité, c'est inévitable. Et nous marier te fera tomber avec moi, et peut-être un pays entier dans le même temps. Elisabeth, tu as toujours tout sacrifier pour protéger le peuple d'Atimska. Notre amour égoïste mérite-il vraiment de détruire tout ça ?
Pendant un instant, une vague de désespoir et de honte d'avoir été rejetée la submergea. Mais elle partit bien vite pour laisser place aux rivages plus connus de la colère. De la colère contre quoi ? Contre la société, contre le monde, contre le passé et, puisqu'il était juste devant elle pour payer les pots cassés, contre Vladimir Litovski Adamovich, l'homme qui venait de la refuser en mariage, elle qui n'aurait jamais fait une telle demande pour n'importe quel autre homme. Elle se releva, serrant sa main droite sur la poignée de l'épée Sanlejos, dont le plat de la lame tremblait contre sa cuisse.
"Vladimir..."
Ce n'était plus l'amour mais la colère qui faisait trembler sa voix.
"Si je suis venue ici, après avoir récupéré la lame de mes ancêtres chez mon père, si je me suis agenouillée devant toi, si j'ai prononcé ses mots que je ne pensais même plus connaitre tant j'ai toujours cru n'avoir jamais à les entendre, si ce matin j'ai prié mon père pour qu'il accepte mon choix, tout en sachant qu'il serait le même s'il était là pour le refuser, penses-tu que c'est par aveuglement ? Penses-tu que je suis faible à ce point ?"
Elle s'était rapproché de lui durant ses paroles, et à présent sa présence semblait dominer la sienne malgré leur différence de taille.
"Je sais que si je suivais les règles simples de la sureté, je ne devrai pas être avec toi. Je n'aurais jamais du être lieutenante, je n'aurais jamais du même te croiser. Mais tout ceci est arrivé, suite à mes choix. Et je ne les regrette pas. Si j'avais suivi les règles de notre société, ce qui m'aurait préservée de toute chute, des nombreux criminels serait encore dehors, Fleur Rouge aurait peut-être déjà réaménagé Atimska selon ses gouts moraux, tu serais mort et Angel aussi. Ce serait tellement plus simple non, si tu n'avais pas ébranlé mes certitudes, si tu ne m'avais pas montré l'autre face de la justice ? Mais c'est fait. Et encore une fois, je ne le regrette pas. Et puis que crois-tu, que je suis un ange que tu as fait tomber du ciel, pauvre démon ? J'ai toujours aimé les jeux dangereux. Si mon père ne m'avait pas appris la Justice et le Bien, je serai surement devenue moi-même criminelle par gout de l'adrénaline, si je ne m'étais pas tuée avant sur l'autoroute d'une acrobatie de trop. Vladimir, je sais que mon choix est dangereux. Mais c'est mon choix, et tu ne choisiras pas pour moi. Ma question n'était pas si tu acceptais les risques que je prends, mais si tu m'aimes assez pour désirer vivre le reste de tes jours avec moi. Mais visiblement... ce n'est pas le cas."
Elisabeth resta droite devant lui, s'interdisant tout geste d'anxiété. Elle avait l'impression d'être allée trop loin, mille fois trop loin, et elle voulait juste se réfugier dans ses bras, lui dire que devant la nation entière comme dans un élevage de chèvres au fond du désert, elle l'aimait. Ne pouvant se résoudre à s'arrêter sur ses mots, elle ajouta d'une voix douce, les deux mains sur la garde et la lame parallèle entre eux, comme une frontière, une ligne à franchir entre leur deux corps si proches qu'ils se touchaient presque  :
"Vladimir, si je t'ai proposé l'épée des Sanlejos, c'est parce que je pense que tu es digne d'elle. Tu es dignes que je te protège, comme tu es digne et capable de me protéger. Nous sommes un couple étrange, éclopé et surement par certains aspects, monstrueux. Mais je t'aime et je te respecte, et pour moi, il n'y a rien qui puisse arrêter notre amour et notre union si cela est vrai de toi en retour."
Elle aurait pu ajouter tant d'arguments, bien plus réaliste, comment le fait d'être justement marié à une Représentante pouvait au contraire mieux le protéger, comment elle aurait bientôt le pouvoir d'égarer les preuves et les chefs d'accusations sur lui, en quoi ce n'était pas un si grand risque. Mais elle n'avait rien à dire une fois son amour dit et son choix fait. Si Vladimir s'obstinait à simplement nier sa liberté de choisir ses risques, elle aurait proposée cette épée à un homme qui ne la méritait pas.

_________________

Merci Laure!
Spoiler:
 

Merci Helline!
Spoiler:
 

Merci Pauline!:
Spoiler:
 

Merci Fresh!:
Spoiler:
 

Et re-merci !
Spoiler:
 

Merci Lisabeth!
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir L. Adamovitch
♥ Fondatrice ♥


Messages : 1858
Date d'inscription : 14/11/2010
Localisation : Dans quel asile ? Au Vinatier bien sur !

Votre perso :
Age des personnages: 26 ans
Dieu:
Relations: • Heather : Ex-Chef tyranique et sadique x)• Lilyana : Amie• Fleur Rouge : ennemi juré• Elisabeth : sa chérie ♥• Angel : Sa protégée

MessageSujet: Re: Une demande fort romantique [PV Vladimir]   Jeu 31 Juil 2014 - 23:21

Lorsque Elisabeth releva les yeux sur lui, il sut que cette demande en mariage risquait de se finir en affrontement. Elle se releva brusquement, plaçant son épée entre eux deux.

"Vladimir... Si je suis venue ici, après avoir récupéré la lame de mes ancêtres chez mon père, si je me suis agenouillée devant toi, si j'ai prononcé ses mots que je ne pensais même plus connaitre tant j'ai toujours cru n'avoir jamais à les entendre, si ce matin j'ai prié mon père pour qu'il accepte mon choix, tout en sachant qu'il serait le même s'il était là pour le refuser, penses-tu que c'est par aveuglement ? Penses-tu que je suis faible à ce point ? Je sais que si je suivais les règles simples de la sureté, je ne devrai pas être avec toi. Je n'aurais jamais du être lieutenante, je n'aurais jamais du même te croiser. Mais tout ceci est arrivé, suite à mes choix. Et je ne les regrette pas. Si j'avais suivi les règles de notre société, ce qui m'aurait préservée de toute chute, des nombreux criminels serait encore dehors, Fleur Rouge aurait peut-être déjà réaménagé Atimska selon ses gouts moraux, tu serais mort et Angel aussi. Ce serait tellement plus simple non, si tu n'avais pas ébranlé mes certitudes, si tu ne m'avais pas montré l'autre face de la justice ? Mais c'est fait. Et encore une fois, je ne le regrette pas. Et puis que crois-tu, que je suis un ange que tu as fait tomber du ciel, pauvre démon ? J'ai toujours aimé les jeux dangereux. Si mon père ne m'avait pas appris la Justice et le Bien, je serai surement devenue moi-même criminelle par gout de l'adrénaline, si je ne m'étais pas tuée avant sur l'autoroute d'une acrobatie de trop. Vladimir, je sais que mon choix est dangereux. Mais c'est mon choix, et tu ne choisiras pas pour moi. Ma question n'était pas si tu acceptais les risques que je prends, mais si tu m'aimes assez pour désirer vivre le reste de tes jours avec moi. Mais visiblement... ce n'est pas le cas."

Elisabeth lui faisait face avec cette rage qu'il lui connaissait si bien, et celle-ci lui transperçait le cœur mieux que n'importe quelle douleur. Bien sûr, elle avait raison, il fallait savoir prendre des décisions incertaines pour avancer, et la jeune femme en avait déjà prises de nombreuses le concernant. Quelles règles n'avaient-ils pas brisés tout deux pour en arriver là ? Il était déjà trop tard pour reculer, ils étaient pris dans les liens du destin.
Mais ce n'était pas la première fois que Vladimir c'était pris dans cette toile infernale, et il savait désormais s'en défaire.

"Vladimir, si je t'ai proposé l'épée des Sanlejos, c'est parce que je pense que tu es digne d'elle. Tu es dignes que je te protège, comme tu es digne et capable de me protéger. Nous sommes un couple étrange, éclopé et surement par certains aspects, monstrueux. Mais je t'aime et je te respecte, et pour moi, il n'y a rien qui puisse arrêter notre amour et notre union si cela est vrai de toi en retour."

Vladimir sentait la terrible tentation de lui répondre d'un baiser irradier dans les moindre fibres de son corps. Qu'elle était belle et digne avec ce feu dans les yeux ! Ah ! Qu'il aimait son caractère de braise malgré toutes les tempêtes qu'il pouvait soulever. Qu'il aimait chaque détails de sa peau et chacune de ses qualités autant que chacun de ses défauts. Il ne faisait pas le moindre doute qu'il aurait tout donné pour répondre favorablement à sa demande.
Et pendant un instant, il se laissa enivrer par cette idée. Laisser ce passé trop lourd définitivement derrière lui, oublier la douleur que le futur lui promettait ... Ouvrir pleinement son cœur à leur amour et n'y laisser entrer plus une seule once de lucidité. N'exister que par Elisabeth, tout oublier du complot et des intrigues politiques ...
Incapable de tenir une seconde de plus, il posa sa main sur celle d'Elisabeth, détournant doucement la lame qui les séparait et l'embrassa.
Pendant un instant, oui, il oublia l'angoisse, la misère et le sang. Pourtant, la certitude qu'il avait depuis tant de mois était plus forte encore que cet élan de tendresse auquel il s'était lâchement laissé aller, et lorsqu'il mis fin au baiser, sans desserrer pas son étreinte, il planta son regard dans celui d'Elisabeth, caressant de sa main ce visage qu'il aimait plus que tout au monde. La tristesse et l'amour se mêlait dans ses yeux de glace.

- J'ai conscience de toutes les règles que nous avons déjà brisés, Elisabeth. Je sais les risques que nous avons déjà pris ensemble. Et tu sais très bien que rien ne saurais arrêter mon amour pour toi, quoi qu'il arrive.

Doucement, il laissa sa main glisser contre celle d'Elisabeth, et au lieu de se saisir de son épée, il l'approcha d'elle, signifiant qu'elle devait la garder.

- Mais ta vie est un coût trop élevé à payer. Jamais je ne me pardonnais si tu devais mourir par la faute de mes actes passés. Par ma faute. Quoi que tu fasses pour l'en empêcher, aussi puissante que tu deviennes, il suffit d'un seul détail pour me trahir. Et ce détails arrivera tôt ou tard. Crois-moi, j'ai tiré des leçons de mon passé et je ne me fait aucune illusion sur mon futur. Je sais que tu as fais ton choix, et je le respecte. Je sais que tu es prête à prendre ce risque. Mais c'est moi qui ne peut te laisser le prendre.

Lentement, il recula d'un pas.

- J'aurais tant voulu rester éternellement auprès de toi, Elisabeth. Mais je ne te laisserais pas gâcher ta vie pour moi.

Il prit une profonde inspiration. Jamais un mot ne lui avait paru plus difficile à prononcer.

- Adieu, Elisabeth.

_________________

Cadooww ♥:
 

Plus de signa ?:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://x--inspiration--x.skyrock.com/
Elisabeth Sanlejos
• Admin folle à lier ... ♥


Messages : 3738
Date d'inscription : 02/03/2011

Votre perso :
Age des personnages: 27 ans
Dieu: Ioannis
Relations: Angel>>a sauvé a vie, menace de la tuer; Vlad>> petit ami FR>> elle le hait, et fait tout pour le tuer Mia>>veut la mettre en prison

MessageSujet: Re: Une demande fort romantique [PV Vladimir]   Ven 1 Aoû 2014 - 0:08


Elisabeth sentait l'amour et le désir de Vladimir, dans ses yeux et dans tout son corps. Elle le connaissait si bien, et son envie de l'embrasser était évident qu'il lui semblait déjà sentir le gout de ses lèvres tant aimées sur les siennes, sur sa peau... Et pourtant il semblait hésiter, et l'attente était intenable. Enfin il se pencha vers elle, franchit les derniers centimètres insupportables et l'embrassa. Pendant un instant tout s'envola - pression, politiques, dangers et cultes - et elle ne fut plus qu'un brasier, non pas de colère mais de désir, tout entier dédié à son amant. Plus aucune pensée rationnelle n'habitait son esprit. Elle eut l'impression d'avoir été déchirée comme un cahier d'écolier quand il s'éloigna de nouveau, la laissant incomplète et futile. Il caressa son visage, mais son geste avait déjà un gout d'adieu comme si la vérité inacceptable qu'elle voyait se profiler teintait déjà tout son monde, et qu'elle n'était plus que dans les bras d'un fantôme.
- J'ai conscience de toutes les règles que nous avons déjà brisés, Elisabeth. Je sais les risques que nous avons déjà pris ensemble. Et tu sais très bien que rien ne saurais arrêter mon amour pour toi, quoi qu'il arrive.
Si Elisabeth ne connaissait pas la capacité infinie de Vladimir pour rendre tout compliqué, elle aurait pris ça pour une simple déclaration d'amour éternel. Mais elle savait qu'il y aurait une suite, et les mots si doux perdaient de leur saveurs à leur connaitre un futur. Elle se refuse tout faux espoir, barrant la route aux idées heureuses qu'elle sentait éclore déjà dans son coeur.
- Mais ta vie est un coût trop élevé à payer. Jamais je ne me pardonnais si tu devais mourir par la faute de mes actes passés. Par ma faute. Quoi que tu fasses pour l'en empêcher, aussi puissante que tu deviennes, il suffit d'un seul détail pour me trahir. Et ce détails arrivera tôt ou tard. Crois-moi, j'ai tiré des leçons de mon passé et je ne me fait aucune illusion sur mon futur. Je sais que tu as fais ton choix, et je le respecte. Je sais que tu es prête à prendre ce risque. Mais c'est moi qui ne peut te laisser le prendre.
Et à ces mots ignobles, il ajouta un gest ignoble, qui sonnait bien trop comme définitif. Il recula d'un pas.
- J'aurais tant voulu rester éternellement auprès de toi, Elisabeth. Mais je ne te laisserais pas gâcher ta vie pour moi. Adieu Elisabeth
Non ! Tout son être criait son refus, et sa voix peut-être aussi, elle n'en avait aucune conscience. Elle le niait. Elle niait cette douleur immense qui commençait déjà à la scier en deux, elle niait les couleurs disparue dans sa vie qui ne semblait plus que bicolore, elle niait à Vladimir la possibilité de lui faire aussi mal. Sa douleur était infinie, son raisonnement absurde. Mais elle s'en foutait. Il n'y avait aucun souci de justice pour Vladimir dans ce déni. C'était un refus égoiste. Elle niait devoir être de nouveau seule et vide. Alors elle fit la chose qu'elle savait le mieux faire. Elle attaqua. Il ne fallu qu'un bon à Night pour se placer entre la porte et leur proie, et Elisabeth la rejoint de quelques pas souples et rapides. Avant que Vladimir ait eu le temps de réaliser ce qu'il se passait, elle avait pris sa garde devant lui, l'épée brandie devant elle. Son père lui avait appris à s'en servir, et elle aurait été capable de tuer un homme avec à l'age de huit ans. Cela ne s'oublie pas.
"Je refuse. Tu me crois incapable de me défendre ? Et bien combats moi, toi qui fut parait-il un des meilleurs combattants d'Atimska. Tu auras le droit de partir une fois que auras réussi à me buter."
Elle était aveuglée par la rage, et n'avait qu'une seule idée: l'homme qui se tenait devant elle s'apprêtait à lui voler le peu de bonheur qu'elle ait eut depuis la mort de son père. Son adversaire allait lui voler Vladimir, et aussi absurde que cela était, cela lui donnait envie de le faire finir en charcuterie. Ses coups pour autant ne manquait pas de maitrise, et la lame rencontra plusieurs fois de la résistance. Elle se fichait de comment elle l'avait atteint, elle voulait juste le forcer à se battre. Rien n'arrêterai son geste. Elle avait vaguement conscience qu'elle se fichait complètement de qui mourrait de cet affrontement, tant qu'il avait lieu.




_________________

Merci Laure!
Spoiler:
 

Merci Helline!
Spoiler:
 

Merci Pauline!:
Spoiler:
 

Merci Fresh!:
Spoiler:
 

Et re-merci !
Spoiler:
 

Merci Lisabeth!
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir L. Adamovitch
♥ Fondatrice ♥


Messages : 1858
Date d'inscription : 14/11/2010
Localisation : Dans quel asile ? Au Vinatier bien sur !

Votre perso :
Age des personnages: 26 ans
Dieu:
Relations: • Heather : Ex-Chef tyranique et sadique x)• Lilyana : Amie• Fleur Rouge : ennemi juré• Elisabeth : sa chérie ♥• Angel : Sa protégée

MessageSujet: Re: Une demande fort romantique [PV Vladimir]   Ven 1 Aoû 2014 - 9:08



Lui qui connaissait si bien Elisabeth aurait du savoir qu'elle ne le laisserait jamais partir aussi facilement. Cependant il ne la croyait pas capable d'aller aussi loin.
Alors qu'il faisait un pas en direction de la porte, il vit Night se placer entre lui et la porte, menaçante et lorsqu'il se retourna, Elisabeth lui faisait face avec son épée. Akira vint se mettre devant lui dans un geste protecteur.

"Je refuse. Tu me crois incapable de me défendre ? Et bien combats moi, toi qui fut parait-il un des meilleurs combattants d'Atimska. Tu auras le droit de partir une fois que auras réussi à me buter."

Aveuglé par la rage et la douleur, Elisabeth se rua sur lui et durant une fraction de seconde il demeura si choqué devant ces quelques que mots qu'il ne pu faire le moindre geste. Mais le bon-sens le poussa aussitôt à se jeter sur le tisonnier de la cheminée et à parer le coup de la lieutenante.

- Est-ce que tu es devenue folle, Elisabeth !? S'écria-t-il. ça n'a aucun sens. Arrête.

Mais elle ne l'écoutait pas. Elle tenta de nouveau de l'atteindre, mais là encore, il para l'attaque tout en tâchant de la faire reculer. Mais c'était peine perdue, il lui semblait qu'il n'avait jamais vu Elisabeth si acharnée à tuer quelqu'un.
Et s'il était l'un des meilleurs combattant d'Atimska, il avait rarement eu l'occasion de combattre avec un tisonnier - et je pense qu'il ne voudra plus retenter l'expérience dorénavant. Il n'était donc véritablement pas à son avantage et, s'il parvenait à éviter que la lame d'Elisabeth ne le touche, il avait en revanche beaucoup de mal à la désarmer. Si seulement il avait pu avoir ses dagues sur lui, il aurait pu prendre le contrôle de la situation...

- Elisabeth ! Hurla-t-il. Crois-tu que me tuer soit la meilleur façon de me retenir ?

Pourtant, en même temps qu'il combattait ainsi la femme qu'il aimait, il sentait doucement se défaire ses certitudes et sa volonté se fissurer. Tous ces combats pour quelque chose qu'ils désiraient autant l'un que l'autre ! Au fond, cela avait toujours été une lutte entre eux, du début à la fin. Une lutte entre le devoir et les sentiments. Et s'il ne s'agissait plus d'une lutte mortelle, celle-ci les mènerait à la déchéance. Mais après tout, qui savait ? Il n'était pas destiné non plus à quitter la Mafia, et pourtant il l'avait fait. Il existait de nombreuses façons de défaire les fils du destin et trop vouloir les éviter ne ferait que le mener à l’inexistence. Laisser Elisabeth seule face à ses nouvelles responsabilités n'était par ailleurs pas la meilleur solution non plus. La réaction qu'elle venait d'avoir en était la parfaite illustration.
Mais plus encore, il mourrait d'envie de mettre fin à cette lutte éternelle.
Pourtant, à l'instant où il avait cette pensée, Elisabeth le désarma et d'un geste vif et précis et arrêta sa lame à quelques centimètre de sa gorge. La gravité de l'action avait en quelques secondes fait volée en éclat la rage aveuglante d'Elisabeth et ramenée la dure et indéniable réalité : un geste de plus tuerait Vladimir.
Si la situation n'avait pas été si grave, il aurait pu rire tant cette situation ressemblait à tant d'autres par le passé, mais qui avait eu lieu dans un contexte bien différent. Une lutte éternelle. C'était bien ça.
Pendant un instant, il se remémora le chemin tortueux qu'ils avaient déjà parcouru ensemble. Au fond, qu'était un mariage après tous les risques impensables qu'ils avaient déjà pris ?
Or Elisabeth tenait toujours sa vie entre ses mains. Et sans doute qu’approuver sa décision au moment où une lame menaçait sa gorge ne serait pas un acte bienvenu.

- Tu as une drôle de façon de convaincre les gens, Elisabeth. Surtout sachant que me tuer ne serait que approuver ma décision, fit-il remarquer, amusé. Plus de mari, plus de mariage, plus de déchéance. Tiens-tu donc tant que ça à me donner raison ?


Cependant son visage reprit sa gravité habituelle. Il ne voulait pas que les mots qu'il allait prononcer ne soient interprétés comme un mensonge arraché par la menace. Senna savait de toute façon que aucune arme dirigé contre lui ne pouvait lui faire dire ce qu'il ne souhaitait dire. Et encore moins si c'était la femme qu'il aimait qui tenait cette arme.

- Et pourtant, aussi bizarre que cela puisse paraitre, ta technique est plus efficace que lorsque tu employais la raison. Parce que si nous devons nous marier, il va définitivement falloir l'enterrer.

_________________

Cadooww ♥:
 

Plus de signa ?:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://x--inspiration--x.skyrock.com/
Elisabeth Sanlejos
• Admin folle à lier ... ♥


Messages : 3738
Date d'inscription : 02/03/2011

Votre perso :
Age des personnages: 27 ans
Dieu: Ioannis
Relations: Angel>>a sauvé a vie, menace de la tuer; Vlad>> petit ami FR>> elle le hait, et fait tout pour le tuer Mia>>veut la mettre en prison

MessageSujet: Re: Une demande fort romantique [PV Vladimir]   Ven 1 Aoû 2014 - 10:06


Elisabeth n'avait qu'une envie, du sang. Elle devait être dans un était similaire à une crise d'Esprit-Lié, car elle n'avait aucune conscience des conséquences de ses actes, elle ne voulait que blesser, tuer, pouvoir haïr au lieu d'aimer. Elle ne se rendait même pas compte du ridicule de la situation, un combat entre une épée familiale et un tisonnier sale. Cela manquait aussi singulièrement d'honneur, mais Elisabeth n'en avait encore une fois rien à faire. Son adversaire résistait à ses attaques, bien qu'il était trop débordé pour riposter et préférait dire des bêtises qu'elle n'écoutait pas. Cette scène semblait resurgir du passé, et lui rappelait des combats qu'elle pensait ne plus revoir. Mais au fond, elle savait que leur relation avait toujours été un long combat, et elle s'étonnait parfois qu'il ne décidait pas de qui ferait la vaisselle par un combat à mort.
- Elisabeth ! Hurla-t-il. Crois-tu que me tuer soit la meilleur façon de me retenir ?
Elle trouvait que c'était un excellent moyen, elle ! Au moins arrêterait-il de se prendre la tête et de fuir son bonheur par lacheté ! Elle ne répondit rien cependant, trop concentrée sur son combat. Étrangement, celui-ci la calmait. Pour avoir une chance de toucher Vladimir, même quand il était armé d'un tisonnier, il fallait toute son attention, et les mouvements répétés des centaines de fois dans son jardin la faisait entrer dans une danse connue. Peu à peu, sa colère s'évacuait dans les coups qu'elle donnait, et cela lui permit d'affermir son combat. Un moment d'inattention de Vladimir, et elle se retrouva son épée à quelques centimètres de la gorge de son amant. Et alors elle réalisa son geste. Elle vit la mort approchant son haleine putride de la bouche qu'elle aimait, et elle vit qu'elle était proche de la lui offrir. Elle reprit ses esprits, choquée de son propre geste. Elle entendait enfin réellement ce qu'il disait.
- Tu as une drôle de façon de convaincre les gens, Elisabeth. Surtout sachant que me tuer ne serait que approuver ma décision, fit-il remarquer, amusé. Plus de mari, plus de mariage, plus de déchéance. Tiens-tu donc tant que ça à me donner raison ?
Elle eut un instant envie d'approcher sa lame juste pour lui faire ravaler son humour, mais elle ne pouvait nier qu'il avait raison. Ce qu'elle avait fait était absurde, et de toute façon elle préférait Vladimir loin que mort - pas de beaucoup, mais quand même. Elle ne bougea pas d'un poil pour autant. Qu'il finisse de dire ce qu'il avait à dire avant qu'elle le laisse partir. Elle n'était pas assez égoiste pour le retenir, et sa colère était complètement retombée.
- Et pourtant, aussi bizarre que cela puisse pareil, ta technique est plus efficace que lorsque tu employais la raison. Parce que si nous devons nous marier, il va définitivement falloir l'enterrer.
Il lui fallu quelques secondes pour comprendre ce qu'il disait. Il... acceptait ? Il avait refusé parce qu'il avait peur de leur aveuglement, et il acceptait après qu'elle ait prouvé avec brio qu'elle était folle et inconsciente ? Elle n'était plus sure de vouloir d'un mari qui suivait de tels raisonnements ....
Elle baissa la lame, le visage impassible. Puis ne pu retenir un grand sourire alors qu'elle la posait sur la table pour se jeter dans ses bras. Elle riait.
"Vladimir... Ce que tu peux être con parfois !"
N'y tenant plus, elle l'embrassa avec une ardeur qui ne devait pas lui faire regretter son choix. Elle eut fort envie de le faire tomber sur le canapé pour lui donner un avant-gout de sa nuit de noce, mais la raison reprit le dessus pour un instant.
"On s'en sortira Vladimir, on s'en sort toujours ensemble. Je suis sure qu'on pourra même survivre à un mariage !"
Elle l'embrassa de nouveau et s'arrêta. Tant qu'elle y était, autant en finir avec tout. Elle mordit sa lèvre inférieure, certaine que cela allait encore finir en bataille - heureusement qu'ils étaient déjà échauffés, et qu'elle avait son épée à portée de main. Pour plus de sécurité, elle lui enleva son tison des mains avant d'ajouter:
"Hum... tu vas pas aimer ça mais... tu as conscience qu'on est obligés de faire une cérémonie religieuse avec un minimum de personne, puisque je vais être Représentante ?"
Elle tenta de l'amadouer d'un sourire. Elle allait se faire massacrer...

_________________

Merci Laure!
Spoiler:
 

Merci Helline!
Spoiler:
 

Merci Pauline!:
Spoiler:
 

Merci Fresh!:
Spoiler:
 

Et re-merci !
Spoiler:
 

Merci Lisabeth!
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir L. Adamovitch
♥ Fondatrice ♥


Messages : 1858
Date d'inscription : 14/11/2010
Localisation : Dans quel asile ? Au Vinatier bien sur !

Votre perso :
Age des personnages: 26 ans
Dieu:
Relations: • Heather : Ex-Chef tyranique et sadique x)• Lilyana : Amie• Fleur Rouge : ennemi juré• Elisabeth : sa chérie ♥• Angel : Sa protégée

MessageSujet: Re: Une demande fort romantique [PV Vladimir]   Ven 1 Aoû 2014 - 21:36



Pendant un instant, Vladimir fut pris d'un doute terrible lorsqu'il vit l'expression grave d'Elisabeth demeurer intacte. Il avait opté pour la légèreté face à la gravité de la situation, mais peut-être était-ce une erreur et qu'il allait en payer le prix.
Pourtant, alors qu'elle éloignait lentement la lame de son cou, un sourire inespéré naquit sur ses lèvres et avant que Vladimir ait le temps de sentir le soulagement l'envahir, elle se jeta dans ses bras en riant.

"Vladimir... Ce que tu peux être con parfois !"

Sur ses mots elle l'embrassa et Vladimir répondit à son baiser avec tout autant d'ardeur. De nouveau pris dans les fils du destin, il savourait la douce folie qu'il commettait et l'incertitude du futur rendait cet instant plus parfait encore.

"On s'en sortira Vladimir, on s'en sort toujours ensemble. Je suis sure qu'on pourra même survivre à un mariage !"

Vladimir n'en était pas tout à fait aussi sûr. La certitude absolue que son passé ferait basculer leur futur ne l'avait pas quitté, et ne le quitterait probablement jamais, car la culpabilité qu'il portait au fond de son cœur demeurerait à jamais inguérissable. Mais il avait acquit la conviction qu'il n'y avait qu'ensemble qu'ils pourraient lutter contre cette fatalité et que la fuir plus longtemps ne ferait que les y précipiter plus vite. Après tout, peut-être était-ce vrai : ensemble ils s'en sortiraient. Mais tout ce que retenait Vladimir de cette conclusion pour l'instant, c'était qu'ils étaient ensemble et le demeurerait encore longtemps.
Cependant Elisabeth mit fin à leur baiser et il comprit à son regard qu'elle avait quelque chose d'autre à lui avouer. Quelque chose qui n'allait certainement pas lui plaire.

"Hum... tu vas pas aimer ça mais... tu as conscience qu'on est obligés de faire une cérémonie religieuse avec un minimum de personne, puisque je vais être Représentante ?"

Vladimir se raidit. Un minimum de personne. Un doux euphémisme pour parler de toute la population d'Atimska. Lui qui était un inconditionnel des fêtes, des foules et du bruit, comme chacun le sait.
L'effroi le saisit à cette simple idée. Pourtant la chaleur du corps d'Elisabeth contre le sien lui rappela le serment implicite qu'il venait de faire.
Il se força à esquisser un sourire, bien que celui-ci soit en partie glacé par l'inquiétude.

- On a toute la mafia au trousse, un pays entre les mains, et même un secret qui pourrait diviser la nation entière. Je crois que je survivrai au peuple d'Atimska venu se divertir.


Cependant une interrogation demeurait.

- Mais hm, je pensais ... Je ne suis voué à aucun Dieu et je ne connais rien aux rites religieux. Je n'ai aucun objet familial qui puisse attester d'un quelconque intérêt à la religion. Et je suis censé me marier religieusement, c'est bien ça ?  

_________________

Cadooww ♥:
 

Plus de signa ?:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://x--inspiration--x.skyrock.com/
Elisabeth Sanlejos
• Admin folle à lier ... ♥


Messages : 3738
Date d'inscription : 02/03/2011

Votre perso :
Age des personnages: 27 ans
Dieu: Ioannis
Relations: Angel>>a sauvé a vie, menace de la tuer; Vlad>> petit ami FR>> elle le hait, et fait tout pour le tuer Mia>>veut la mettre en prison

MessageSujet: Re: Une demande fort romantique [PV Vladimir]   Ven 1 Aoû 2014 - 22:57


Elle sentit son amant - son fiancé ! se raidir contre elle. Elle savait combien il détestait la foule et le bruit. Cela lui rappela une certaine soirée mondaine, et elle se promit de surveiller elle-même le verre de Vladimir.
- On a toute la mafia au trousse, un pays entre les mains, et même un secret qui pourrait diviser la nation entière. Je crois que je survivrai au peuple d'Atimska venu se divertir.
Malgré son humour, elle savait que ce ne serait pas si facile. Et ce ne serait pas non plus une partie de plaisir pour elle. Elle détestait les mondanités, tout comme être au centre de l'attention dans des moments pareils. Et là, elle ne pourrait définitivement pas s'échapper par derrière en plantant là les quelques vieux qui baignaient leurs yeux dans son décolleté. Enfin, au moins, être une femme mariée devrait lui épargner quelques pervers. A propos de décolleté... Elle allait devoir se trouver une robe. Arg. En fait, Vladimir n'avait rien à dire, c'était qui aurait la pire partie du calvaire.
- Mais hm, je pensais ... Je ne suis voué à aucun Dieu et je ne connais rien aux rites religieux. Je n'ai aucun objet familial qui puisse attester d'un quelconque intérêt à la religion. Et je suis censé me marier religieusement, c'est bien ça ?
Elisabeth n'avait pas pensé à ça. Elle était obligée de faire au moins en partie la cérémonie dédiée à Ioannis, mais Vladimir ? Elle ne le voyait pas trop, même pour faire semblant, se dévouer au dieu guerrier.
"Euh... Oui, il faut que la cérémonie soit religieuse. Je suis désolée, on peut vraiment pas y couper... Mais ne t'inquiète pas, on peut combiner la cérémonie avec ce que tu veux. Enfin, ce que tu supporteras le plus. Et pour l'objet, hum... Si tu suis Ioannis, une de tes dagues ira, elles ont l'air assez anciennes. Pour Navski ou Arc'Ahenteal, je ne sais pas... Tu pourras toujours trouver quelque chose à un brocanteur ?"
C'était une façon un peu éhontée de tricher les dieux, mais elle ne voyait pas d'autres solutions, à moins que Vladimir ait déjà un objet ancien pouvant représenter le savoir ou la compassion. Tout ceci était bien compliqué, et elle avait pas du tout envie d'y penser. Il n'y avait qu'une seule et unique chose qu'elle aimait dans ce mariage: le marié, et elle ne le laisserait pas se prendre la tête plus longtemps. Elle savait exactement comment lui faire perdre toute envie de penser, et elle commença par l'embrasser, tout en le guidant innocemment vers la chambre à coucher.

_________________

Merci Laure!
Spoiler:
 

Merci Helline!
Spoiler:
 

Merci Pauline!:
Spoiler:
 

Merci Fresh!:
Spoiler:
 

Et re-merci !
Spoiler:
 

Merci Lisabeth!
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une demande fort romantique [PV Vladimir]   Aujourd'hui à 17:57

Revenir en haut Aller en bas
 
Une demande fort romantique [PV Vladimir]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Voila mon matos, mais je me demande si c'est suffisant
» Fort-Liberté, une potentialité touristique
» Fort-St Michel lieu macabre devenu le Cité Soleil du Cap-Haitien
» Demande de rang spéciaux
» L'ex homme fort d'Haiti est un égoiste...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
United by Fate :: Tamthia :: • Banlieue •-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit