AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Fini] Lorsqu'une tentative d'assassinat manque de se finir au poste ... [ PV: Lawrence & Elisabeth]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vladimir L. Adamovitch
♥ Fondatrice ♥


Messages : 1858
Date d'inscription : 14/11/2010
Localisation : Dans quel asile ? Au Vinatier bien sur !

Votre perso :
Age des personnages: 26 ans
Dieu:
Relations: • Heather : Ex-Chef tyranique et sadique x)• Lilyana : Amie• Fleur Rouge : ennemi juré• Elisabeth : sa chérie ♥• Angel : Sa protégée

MessageSujet: [Fini] Lorsqu'une tentative d'assassinat manque de se finir au poste ... [ PV: Lawrence & Elisabeth]   Lun 7 Mar 2011 - 23:00

C'était une journée ensoleillé d'hivers, il faisait beau et étonnamment chaud pour la saison, mais pour rien au monde Vladimir n'aurait voulut quitté son inséparable manteau noir. Bien que ce ne soit évidement pas toujours le même, c'était devenu une habitude, et seul une réelle chaleur aurait put le poussé à l'ôter.
Il ignorait pourquoi il attachait tant d'importance à ce détail, peut-être était-ce par soucis de donner un peu de vérité à la légende ou bien était-ce simplement parce que seul ce vêtement et cette couleur se mariait réellement avec sa personnalité.
Mais Vladimir n'aimait pas les belles journées. Encore moins lorsque c'était un week-end. Car qui disait beau temps, disait également monde. En effet, tout ce qu'il détestait le plus étaient réuni autour de lui : Les humains, le bruit, la rue.
Ce bruit incessant dans ses oreilles hypersensible, ces rires tonitruants, ces bavardage ennuyeux et superficiel... Tout ici était si détestable. Et tous ces hommes... Tout ce qu'il haïssait tant.
Vladimir savait qu'il n'était pas dans un de ses bons jours, toujours perturbé au souvenir de la décision qu'il avait prise la veille, celle de coupé tous les liens avec Angel, celle de reprendre sa vie de tueur sans plus jamais se soucier de ce que lui dictait son cœur. Et il savait que la meilleure façon d'aller jusqu'au bout de sa résolution était de ce poussé à haïr plus encore les humains.
Mais quelque chose l'en empêchait. Il le savait. Il le sentait. Peut-être était-ce l'attachement trop fort qu'il portait à Lilyana ou bien était-ce simplement que plus rien ne serait jamais comme avant, malgré tous ses efforts.
Il soupira.
Tout était si compliqué. Et lui qui avait crut emprunter la voie la plus facile en choisissant celle de l'assassin, peut-être avait-il tord. Peut-être.
De toute façon, il savait mieux que personne qu'il ne pouvait plus reculer, que depuis tout petit il avait été entrainer dans la ronde infernale de la haine et que rien ne pourrait jamais l'en faire sortir.
Il était condamné à marché, toujours et encore sur ce chemin incertain qu'était sa vie, sa destinée. Mais chaque nouveau pas était plus douloureux encore que le précédent, chaque pas devenait plus hésitant, plus confus que jamais. Et lui, indécis, était toujours incapable de savoir ce qu'il voulait vraiment.
Non, ce qu'il voulait n'avait pas d'importance, c'était ce qu'il devait faire qui en avait. Car oui, aujourd'hui sa victime était un jeune SDF qui passait son temps à jouer dans la rue. Mais c'était une mission quelque peu spéciale, ce n'était pas un client qui avait réclamé sa mort, mais Heather. Oui, le pauvre homme avait eu le malheur de croisé la jeune femme, nullement sensible à sa musique et encore moins à la vu d'un sans abri. Au contraire. Elle lui avait donc ordonner de le capturer pour pouvoir le torturer à sa guise. Comportement parfaitement immature et impulsif. Enfin, lui pouvait parler, il aurait volontiers fait subir la même chose à Fleur Rouge.
Heather lui avait donner une photo et précisé la place où il se trouvait habituellement. Mais le problème, justement, c'était que le jeune SDF avait la fâcheuse tendance de ne pas jouer toujours au même endroit. Vladimir devrait donc chercher par lui-même. Autant dire que ce n'était pas une partie de plaisir. Il scruta avec attention chaque visage, chaque détails, il surveilla chaque bruit, chaque son semblable à une mélodie, mais seul le brouhaha incessant des passants faisait écho dans ses oreilles. Tout ce vacarme le rendait nerveux, anxieux, il n'aimait pas sentir tous ses humains autour de lui, toute cette pourriture dégoutante grouillant un peu partout sur la place.
Mais brusquement une mélodie lui parvint. C'était du violon. Mais le brouhaha était si assourdissant que Vladimir n'en était pas certain. Tentant de se concentrer sur la musique, son ouï le conduit jusqu'à un endroit plus calme, plus dégager et immédiatement son regard fut attirer par l'homme debout devant un banc, son chat assis juste derrière. C'était lui. C'était sa proie. Il jeta un regard autour de lui, il y avait toujours trop de monde, mais beaucoup moins qu'avant. Sa cible avait bien choisit son endroit, ni trop bruyant, pour ne pas être déranger par le va-et-vient d'une rue trop populaire, ni trop désert, pour faire profiter de son talent au autre.
Vladimir fit mine de s'assoir sur le banc juste à coté du sien. Un journal dans la main, il fit semblant de le lire avec attention. Il allait attendre qu'il n'y ait plus de témoin pour le poussé dans un ruelle annexe, moins fréquenté. Il le surveillait du coins de l'œil et en lui-même il le plaignait. Pauvre type. Heather était hors d'elle. Il n'avait pas bien compris le motif de sa haine, mais cette fille était capable de tout, il le savait.
Mais ce ne fut qu'a cet instant qu'il prêta attention à la mélodie que l'homme jouait. Elle était triste. Tragique. Il sentit son cœur se serrer, comme transpercé par la beauté du son. Comme dévoré tout entier par cette vague d'incertitude qui ne cessait de le saisir depuis quelques temps. Il eu l'impression l'espace d'un instant que sa vision toute entière s'en retrouvait bouleversé, que les lignes du magazine était flou, décalés, superposée les unes sur les autres. Il cilla et tout retrouva sa place habituelle. Qu'est ce qu'il lui prenait ? Il avait mal à la tête. Il avait l'impression que tout son corps le faisait souffrir, comme écraser par le poids du chagrin. En réalité l'air lui était familier. Il lui rappelait quelque chose ... Il lui rappelait ... Son passé. Mais qu'est ce que c'était ? Mais qu'est ce que c'était déjà ? Vladimir n'arrivait plus à s'en rappeler, mais la vérité était qu'il ne savait pas s'il avait envi de s'en souvenir. Il ne savait pas. Mais brusquement, ce fut comme un déclic. Mais bien sur. Évidement. Pourquoi ne l'avait-il pas reconnu plus tôt ? Sa mère avait été violoniste, et ce morceau était l'un de ses préférer. Combien de fois l'avait-il entendu ? Combien de fois avait-il sentit son cœur se serrer à ses quelques notes ? Mais il savait que jamais il ne l'entendrait plus jouer. Se souvenir ranima un élan de souffrance et de rancoeur en lui, comme une lame de fond, comme une onde de choc. Tout était de la faute de son frère. Tout. Se qu'il était devenu. Se qu'il était. Se qu'il allait faire. Tout était de sa faute. Toute son existence se résumait au meurtre de ses parents. S'il avait su ... Si seulement il avait su ... Il ne se serait pas contenté de tuer son frère, il l'aurait fait souffrir, souffrir de tout son cœur, souffrir avec toute sa haine, avec tout son désespoir, avec tout son désir de vengeance. Si seulement il avait su ...
Se calmer. Il devait se calmer. Oublier. Juste, oublier. Il se força à respirer, mais manqua de s'étouffer. Cependant, la musique s'estompa rapidement, laissant place à un grand vide en Vladimir.

Il lanca un regard circulait autour de lui. La rue était déserte. Et l'homme lui, venait d'achever son morceau. Jetant un dernier coup d'œil au alentour pour s'assurer que personne n'était dans les parages, il se leva calmement et rabattit la capuche de son sweat sur sa tête par sécurité, au cas où quelqu'un l'apercevrait de loin.
Il passa derrière le banc où était assise sa cible, comme pour partir dans une ruelle différente, seulement il ne partait pas, bien a contraire.
Sans attendre que l'homme ne se doute de quelque chose il sortit son révolver et en appuyant fermement sa main sur sa bouche pour l'empêcher de crier ou de parler, pressa l'arme contre sa nuque.
" Viens on va discuter dans une ruelle plus tranquille ... siffla-t-il à son oreille.
" Et lâche ton violon, là où tu vas, tu n'en auras pas besoins. "

_________________

Cadooww ♥:
 

Plus de signa ?:
 



Dernière édition par Vladimir L. Adamovitch le Lun 28 Mar 2011 - 19:39, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://x--inspiration--x.skyrock.com/
Lawrence S. Roth



Messages : 63
Date d'inscription : 01/03/2011
Age : 21
Localisation : A côté du piano

Votre perso :
Age des personnages: 17 ans.
Dieu: Volonté
Relations: //

MessageSujet: Re: [Fini] Lorsqu'une tentative d'assassinat manque de se finir au poste ... [ PV: Lawrence & Elisabeth]   Jeu 10 Mar 2011 - 16:28

Et si on vivait à en crever ?

Vladimir & Elisabeth & Lawrence


On part sans savoir
Où meurent les souvenirs
Notre vie défile
En l’espace d’un soupir


    Le soleil se levait à peine sur la mégalopole de la Planète. Lawrence & Amadeus s'étaient levés tôt aujourd'hui. C'était un jour de marché, et ils devaient se dépêcher pour avoir une bonne place. De plus, il faisait vraiment beau, ce qui ramènerait encore plus de personnes. Décidément, aujourd'hui pouvait être un fabuleux jour. En effet, qui disait monde disait public. Et qui disait public disait peut être un peu d'argent. Non pas que Lawrence en ait besoin, oh non, pas du tout. Lawrence était Comte, fils de Lieutenant. Ainsi, il possédait une fortune immense. Seulement voila. Amadeus était un chat de gouttière, et cette espèce était faite pour vivre à l'extérieur, sur les toits, dans un parc... Et pas dans une immense maison luxueuse. Malgré tout, Lawrence gardait sa fortune précieusement. Le jour viendra où, vieux ou amoureux, il en aurait besoin. Et puis, si il ne trouvait personne pour partager sa vie, tant pis. Il finirait sa vie ainsi, sur le trottoir. Qu'importe ! Malgré le magnifique temps, Lawrence se sentait un peu triste, nostalgique presque. Il avait rêver de sa mère cette nuit. Il se rappelait exactement, au cil près, du visage de sa mère. Et c'est ça qui faisait mal. Après tout, si on souffre d'un souvenir et qu'on fini par l'oublier, on ne souffre finalement plus. Mais si on souffre d'un souvenir irremplaçable, c'était une autre histoire. Si on ne pouvait l'oublier, il vous hanterait toute votre vie. Mais qu'importe ! Il avait du travail aujourd'hui? Et il ne devait pas laisser apparaître de si tristes sentiments. Non, il se devait de se reprendre, de jouer un magnifique air pour ravir le public qu'il aurait bientôt. Comme celui qui passait actuellement dans sa tête. Qu'il était beau, cet air. Mais triste, vachement triste. Ce n'était pas un problème. Les habitués qui l'attendaient déjà avaient l'habitude. Car oui, la musique de Lawrence était réputé dans toute la ville et, bien que SDF, la plupart des personnages importants avaient déjà invités Lawrence plusieurs fois pour entendre sa magnifique musique, rien que quelques minutes ou durant une réception. Et puis, il partait tranquillement, n'acceptant que quelques sous, mais pas trop. Il ne jouait pas de la musique pour son travail, mais pour son plaisir et celui du public, de ceux qui l'écoutait composé avec ardeur un air plaisant.


Nos pleurs, nos peurs
Ne veulent plus rien dire
On s'accroche pourtant
Au fil de nos désirs
Qu'hier encore
On ne cessait de maudire


    Passant à côté de son appartement, il prit son violon sans hésité. La musique qu'il avait dans la tête était jouable sur beaucoup d'instruments, mais il avait envie de jouer du violon. Et surtout, cet instrument à corde était parfait pour exprimer ses sentiments, qu'on soit joyeux ou triste. Même si le violon était privilégié pour la tristesse... Du moins, Lawrence jouait souvent du violon lorsqu'il était nostalgique, quand il pensait à sa mère. Comme aujourd'hui. Sortant lentement, il faillit coincé la queue d'Amadeus en sortant, tellement il était perdu dans ses pensées. D'ailleurs, ce dernier pesta peu. Il sentait parfaitement l'humeur de Lawrence et n'osait trop en parler. Lui, il n'avait pas oublier sa mère non plus. Seulement, il ne l'avait jamais vu. En naissant, il n'avait sentit que ses coups de langues faibles sur son pelage collant. Il était aveugle, en naissant. Pas étonnant, pour un chaton. Même si ce souvenir le faisait souffrir également, Amadeus ne ressentait pas la même chose que Lawrence, et sa peine était amoindrie par le temps. C'était injuste bien sur, que l'un souffre beaucoup et l'autre peu. Mais, bien sur, Amadeus partageait totalement le désarroi et la tristesse de Lawrence. Il ne le laissait pas seule dans sa souffrance, et souvent, ils restaient allongés plusieurs minutes à se regarder, pensant tout deux au temps passé. Il n'avait été pas très plaisant, mais ils s'y étaient tout de même attachés. Si seulement leurs mère n'étaient pas morte... Mais c'était du passé. Lawrence & Amadeus devaient tourner la page. Après tout, ils étaient heureux maintenant. Leurs vies étaient libres, sans reproche, sans gêner personne. Elles étaient le reflet de leur passion. Et le jour où eux aussi partiraient à leur tour, ils n'auraient rien à regretter. Ils avaient eus ce qu'ils voulaient, avait vécu comme bon leurs chante. Et puis, ils pourraient retrouver leurs mères. Bien que ce dernier argument ne soit pas le bon, leurs mères seraient peinés et eux aussi de partir trop tôt, ils éprouvèrent une chaleur douce au fond de leur coeur. Il ne restait qu'une cinquantaine d'années, voir un peu plus, et ils pourraient retrouver leurs mères parties trop tôt.


S'il faut mourir
Autant vivre à en crever
Tout retenir pour tout immoler
S'il faut mourir
Sur nos stèles je veux graver
Que nos rires ont berné
La mort et le temps


    La musique magnifique que Lawrence voulait jouer aujourd'hui venait sans cesse dans sa tête. Il ne la chassait pas, non. Il l'aimait trop, cette musique. Elle venait de son enfance. C'était la première chanson qu'il avait entendu. D'ailleurs, c'est sa nourrice, Nanou comme ils l'appelaient, qui l'avait chanter la première fois. Lawrence & Amadeus repartirent dans leur souvenirs. Nanou avait été tellement bonne avec eux. Toujours à leur donner de petits bonbons, à les féliciter. Lawrence se souvint avec amusement le jour où, étant sortit avec Amadeus sous la pluie, ils étaient rentrés dans la laverie couvert de boue et avait jouer avec le drap que Nanou venait de laver. Le joli drap blanc était devenu marron. Quand Nanou était arrivée, elle avait commencer par crier un peu. Puis, voyant que Lawrence & Amadeus étaient vraiment drôle avec de la boue sur le visage, qui eux, avaient l'air aussi innocent qu'une souris se faisant prendre en train de voler du fromage dans la cave, elle avait éclaté de rire. Lawrence & Amadeus n'avait pas compris, mais était content que Nanou ne leur en veuille pas trop. La journée s'était vraiment bien terminée. Les deux garnements avaient aider Nanou à relaver le drap, l'avait étendu et était remonté dans la cuisine. Un fabuleux goûter les attendaient. Ah, qu'il avait été délicieux ce goûter. Nanou était vraiment la meilleure des nourrices. Jamais ils n'oublieraient son dévouement, toujours à vouloir les amuser, chanter une chanson, les amuser. Soudain, la rage afflua en eux. C'était la faute de leurs pères et d'eux si elle n'était plus. Lors d'une visite chez ce dernier, ils s'étaient emportés. Leurs pères avaient reporter la faute sur la nourrice et il l'avait fait exécuter. Lawrence & Amadeus n'était pas là lors de l'exécution, mais ils avaient entendu les clameurs dans la rue. Ils étaient restés encore et encore dans leur chambre, pleurant et soulageant leur coeur en parlant de Nanou, Nanou et sa gaieté, Nanou, Nanou, Nanou... Sortant de leurs pensées, Lawrence & Amadeus se rendirent compte qu'ils arriveraient bientôt au parc, à côté de la place. L'appartement était quand même assez loin, mais les deux personnes aimaient marcher un peu le matin et le soir. Ça les déstressaient, les reposaient. Mais le soleil commençait déjà à monter, ils devaient presser le pas.


On tient, on étreint
La vie comme une maîtresse
On se fout de tout brûler pour une caresse
Elle s'offrira et n’aura pas d’autre choix


    Une maîtresse... Lawrence avait été amoureux un jour. D'une magnifique fille, enfant de Lieutenant elle aussi. Au début, Lawrence avait eu du mal à s'approcher d'elle. Et puis un jour qu'ils attendaient tout deux pour rentrer à leur maison, ils avaient sans faire exprès prit le même taxi. La jeune demoiselle avait trouver cela très drôle et avait insister pour ramener Lawrence & Amadeus chez elle. Ce dernier était très heureux. L'animal de Madame était un magnifique chat sacré de Birmanie. Amadeus n'en avait jamais vu d'aussi beau, avec d'aussi beaux yeux, un pelage magnifique... Bref, la perfection même. Tout allait pour le mieux. Lawrence & Amadeus allait la voir une ou deux fois par semaine, jouaient des chansons d'amour... Le temps passait très vite en leurs présence, et souvent, ils rentraient très en retard. Jamais ils n'avaient voulu mettre leurs pères au courant. Malheureusement, il le sut de la mère de la jeune fille qui, persuadée que Lawrence serait un parfait mari, avait demander au père si Lawrence & la Jeune Demoiselle pouvaient se marier. Le père avait refuser gentiment, disant que son fils étaient déjà fiancé. Ce qui était faux bien sur. Mais personne ne le savait. Le lendemain, alors qu'ils retournaient au domicile de la jeune fille pour leur visite quotidienne, la mère les jeta sans attendre dehors. La jeune demoiselle, elle, était en larmes. Lawrence & Amadeus ne comprenaient pas pourquoi, demandant sans cesse. Enfin, la mère avoua que son père lui avait dit qu'il était fiancé. Lawrence s'emporta, disant que son père avait menti. Jamais il ne serait fiancé à une autre fille qu'a celle en pleurs dans sa chambre. Enfin, ils purent accéder à la chambre et la vie continua gaiement, oubliant la traitrise de son père. Malheureusement, la jeune fille était une Lady, une haute dame de la société. Et le jour où Lawrence & Amadeus vendirent leur maison et devinrent Sans Domicile Fixe, la jeune Lady les repoussa et épousa un autre Comte. Cela avait été un drame dans la vie des deux personnes.


S'il faut mourir
Autant vivre à en crever
Tout retenir pour tout immoler
S'il faut mourir
Sur nos stèles je veux graver
Que nos rires ont berné
La mort et le temps

    Enfin, Lawrence & Amadeus finirent de traverser le parc. On entendait déjà pas mal de boucan dû aux personnes déjà présentes sur la Grande Place. Passant par une petite porte, Lawrence vit enfin la Grande Place s'étendre sur plusieurs centaines de mètres. Elle commençait déjà à être bondée. Il lui fallait vite trouver une place. Il devait chanter la chanson qui était dans sa tête. Tout de suite, ou cette dernière allait exploser. Avisant un banc, il y installa Amadeus et sortit son violon de son étui. Il était magnifique. Lawrence avait dépenser pas mal d'argent pour l'acheter. C'était un Stradivarius. Sortant le magnifique instrument, il l'accorda en quelques secondes à peine tant il était pressé. Et il se mit à jouer. Amadeus, lui, commença le premier couplet. Sa voix magnifique s'accordait parfaitement avec les notes que jouait Lawrence. Il mettait tout son coeur dans cette chanson. Ce serait la plus belle de la journée d'ailleurs. Lawrence mettait, lui, tout les sentiments qui tourbillonnait dans le crissement magnifique de la Relique. Amadeus attaquait le deuxième couplet lorsqu'une personne vint s’asseoir sur le banc d'à côte. Un mélomane ? Lawrence avait des doutes. Il paraissait ne pas entendre vraiment la musique que nos deux personnages jouaient. Qu'importe si il était trop intéresser par son journal, Lawrence ne se souciait pas d'une personne mais de tout son public. Il avait d'ailleurs comme public une bonne vingtaine de personnes, et ça ne cessait d'augmenter. Ah, quelle joie de se sentir aimer ! Cela leur faisait tellement plaisir. D'ailleurs, ça se voyait. Lawrence avait un énorme sourire et jouait ardemment du violon, comme si le monde ne tournerait plus rond si il s'arrêtait. Quant à Amadeus, il n'avait jamais chanté aussi bien. Enfin, la chanson se termina, et une ovation accueillit la fin de cet air sublime. Toute la foule qui se résumait maintenant à une cinquantaine de personne applaudissait en tout sens. Pour rigoler, Lawrence sortit une boîte où mettre un peu d'argent. Il avait un peu faim et n'avait rien emporté. Lorsqu'elle revint, il y avait plus d'une centaine d'argent, ainsi que plusieurs invitations à venir jouer dans un bal, une réception... Décidément, cette journée lui plaisait vraiment beaucoup. Saluant, ils allaient partir chercher à manger.


On se reverra
On se reverra
Là où rien n’est plus rien
On comprendra d’où l’on vient


    La personne assise sur le banc leva lentement les yeux du journal. On aurait dit que... Qu'il avait les larmes aux yeux ! Cet air l'avait visiblement profondément touché. Ah, c'est beau la musique. Mais ce qui allait suivre allait tout de suite être un peu moins beau. La personne inconnue se leva et mis sa capuche sur sa tête. Lawrence n'eut pas le temps de voir son visage, mais ce jeune garçon paraissait un peu plus âgé que lui. Enfin, il ne savait pas trop. Il n'avait pas bien vu, et le soleil faisait contre jour. La personne se dirigea soudain vers lui. Le public, lui, était partit. Lawrence allait se tourner vers Amadeus pour lui demander ce qu'il en pensait lorsque soudain... Il sentit quelque chose sur sa nuque... Un revolver ?! Amadeus paniquait, mais n'osait pas bouger, avisant l'énorme loup qui accompagnait le jeune garçon.

    - Viens on va discuter dans une ruelle plus tranquille ... Et lâche ton violon, là où tu vas, tu n'en aura pas besoins.

    Oups, voila les ennuis. Pour autant, Lawrence refusait de laisser son violon là. Malheureusement, son agresseur paraissait très sérieux, et le revolver avait l'air vraiment réel. Avisant quelques personnes qui jetaient des coups d'oeil dans sa direction, et afin de ne pas fâcher son agresseur, Lawrence rangea calmement son violon dans son sac et le mit sur son dos. Il fit signe à Amadeus de monter sur son dos et partit enfin vers une ruelle sombre, l'agresseur sur ses talons. Il avait diablement peur.


S'il faut mourir
Autant vivre à en crever
Tout retenir pour tout immoler
S'il faut mourir
Sur nos stèles je veux graver
Que nos rires ont berné
La mort et le temps



[Désolée, il est un peu pourri, mais bon. J'étais inspirée XD. Bonne chance aux personnes qui liront entièrement les 150 lignes Cool ]

(C) Texte de Fourmi
(C) Chanson de Mozart l'Opéra Rock, Vivre à en crever.


Dernière édition par Lawrence S. Roth le Dim 13 Mar 2011 - 11:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wild-cat.meilleurforum.com
Elisabeth Sanlejos
• Admin folle à lier ... ♥


Messages : 3738
Date d'inscription : 02/03/2011

Votre perso :
Age des personnages: 27 ans
Dieu: Ioannis
Relations: Angel>>a sauvé a vie, menace de la tuer; Vlad>> petit ami FR>> elle le hait, et fait tout pour le tuer Mia>>veut la mettre en prison

MessageSujet: Re: [Fini] Lorsqu'une tentative d'assassinat manque de se finir au poste ... [ PV: Lawrence & Elisabeth]   Jeu 10 Mar 2011 - 18:09

(vous voulez me donner une crise cardiaque vous deux a faire des trucs aussi long? j'ai même pas le temps de tout lire sniff. Je répond, je lirai le début de ton roman ce week end fourmi)

Elisabeth était assise à une terrasse sur la Place centrale. De loin, avec ses lunettes de soleil et son verre de limonade, elle aurait put passer pour une touriste profitant du soleil. Mais elle était au contraire tous sens en alerte, scrutant la place. Elle attendait quelqu'un qui devait lui donner des informations sur la mafia. Une taupe qui avait déjà trois quart d'heure de retard. Mais elle avait décidé d'attendre encore un peu, elle n'avait rien de spécial à faire et elle voulait en profiter pour essayer de coincer les pickpocket qui avaient la fâcheuse tendance de travailler dans le coin. Bien sur, des policiers étaient sur le coup, mais elle préférait compter ses yeux et ceux de Night. On n'est jamais mieux servis que par soit même. Alors qu'elle commençait à s’énerver du peu de résultat, elle entendit une musique s’élever. Elle venait de l'autre coté de la place. Elle remarqua un homme jouant du violon. l'air était triste mais bizarrement, il la détendit. Elle n'écoutait pas souvent la musique, elle préférait garder ses oreilles prêtes à guetter un danger, mais ce morceaux lui plaisait beaucoup. Elle se surprit à fermer les yeux. Un bruit la fit sursauter. Elle porta immédiatement sa main à la ceinture, lâchant au passage le verre qui s'écrasa au sol, répandent son contenu sur ses chaussures. Elle pesta. Un serveur arrivait déjà pour nettoyer et elle s'excusa:

Je suis désolée, je ne sais pas ce qu'il m'a prit.

Elle sortit son porte monnaie et tendit un billet vers le serveur pour rembourser le verre. Mais elle remarqua quelque chose derrière lui. L'homme au violon avait arrêté de jouer et un autre homme se tenait à coté de lui, la capuche de son sweat shirt cachant son visage. Même si elle détestait ne pas voir les traits de quelqu'un, ce n'était pas ça qui l'avait alerté. Il avait la main plaquée contre la bouche du musicien et elle remarqua un éclat gris. Elisabeth aurait mis la main au feu qu'il s'agissait d'une arme. Sans les quitter des yeux, elle attrapa un autre billet et le fourra dans la main du serveur et elle fila. Derrière elle, un homme éberlué ce demandait si Noel n'avait pas neuf mois d'avance en voyant la valeur des billets. La lieutenante esquivait les passant, courant presque. A ses cotés, l'Ombre grognait à chaque fois que quelqu'un ne s'éloigner pas suffisamment vite à son goût. A une vingtaine de mètre des deux hommes, elle ralentit pour les observer. Le musicien avait rangé son instrument et marchait vers une rue sombre, l'homme au sweat shirt derrière lui. Le premier était accompagné d'un chat et le douzième d'un loup noir qui risquait de poser problème en cas de bataille. Bien sur, Night était de taille à l'affronter, mais elle préférait quand le double de son ennemi était un petit animal, ainsi la bataille durait moins longtemps et elle prenait moins de risque. Tant pis, la prudence n'était pas la chose la plus importante. Elle marcha doucement vers la rue et s’arrêta après deux pas. Ils étaient tout les deux là, avec trop de passant pour qu'il ait l'intention de le tuer sur place. Un coup d'oeil circulaire lui permit de vérifier qu'il n'avait pas de complice. La Colombe Rouge s'approcha d'un homme et lui demanda avec un grand sourire:

Bonjour mon cher Stefen! Tu va bien?

Devant lui l'homme d'une bonne cinquantaines d'année se demanda comment une femme aussi jeune pouvait lui parler ainsi. Mais il perdit son sourire quand elle lui souffla.

Faites semblant de me connaitre si vous voulez garder tous vos morceaux. S'il vous plait.

Bien...bien sur. Je vais très bien, cela fait un moment que je vous avez pas vu! Votre fille va bien?

Elisabeth eu une furieuse envie de lui envoyer son pied entre les jambes mais elle se contrôla.

Oui, très bien, elle adore s'occuper de votre petit fils! Vous étiez en vacances n'est ce pas? Racontez moi.

Elle disait cela tout en observant les deux hommes, ne manquant pas un seul de leur gestes. Elle leur emboîta le pas, indiquant d'un geste à l'homme qu'il pouvait partir. Ce qu'il se pressa de faire. Gardant une distance suffisante pour ne pas être repérée mais qui lui permettait d'entendre si les deux hommes parler, elle les suivit.

_________________

Merci Laure!
Spoiler:
 

Merci Helline!
Spoiler:
 

Merci Pauline!:
Spoiler:
 

Merci Fresh!:
Spoiler:
 

Et re-merci !
Spoiler:
 

Merci Lisabeth!
Spoiler:
 



Dernière édition par Elisabeth Sanlejos le Ven 11 Mar 2011 - 15:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir L. Adamovitch
♥ Fondatrice ♥


Messages : 1858
Date d'inscription : 14/11/2010
Localisation : Dans quel asile ? Au Vinatier bien sur !

Votre perso :
Age des personnages: 26 ans
Dieu:
Relations: • Heather : Ex-Chef tyranique et sadique x)• Lilyana : Amie• Fleur Rouge : ennemi juré• Elisabeth : sa chérie ♥• Angel : Sa protégée

MessageSujet: Re: [Fini] Lorsqu'une tentative d'assassinat manque de se finir au poste ... [ PV: Lawrence & Elisabeth]   Jeu 10 Mar 2011 - 19:53

( 'elle attrapa un autre billet et le fourra dans la bouche du serveur et elle fila' → T'a une drole de façon de remercier les gens toi xDD)

L'homme se figea. Son chat jeta un regard terrifié à Akira, mais ni l'un ni l'autre n'osa faire un geste.
Ils avaient compris, c'était une bonne chose, Vladimir n'aurait pas besoins d'utiliser les moyens fort. Il relâcha son étreinte en enlevant sa main de sa bouche pour le laisser bouger, mais à son grand étonnement, sa proie ne lui obéit pas totalement, elle se contenta de ranger calmement son violon et de la mettre son dos. Il n'avait pas bien compris : Il n'avait pas besoins de son instrument pour mourir. Il faillit lui dire mais se ravisa ; Il lui faisait de la peine, en vérité il n'avait pas envi de le tuer, de le voir souffrir encore moins, même si au fond de lui-même il savait que c'était inévitable.
Il regrettait d'avoir à faire ceci, mais il le devait, c'était sa propre vie qui était en jeux.
Devoir, vouloir ... ? Qu'elle importance ? Ce qu'il pensait n'en avait pas, alors ce qu'il voulait ou non ne devait certainement pas en avoir non plus.
Cependant, l'homme de fut pas long et le fait de ranger simplement son violon n'attirait l'attention de personne, c'était une bonne chose. Son révolver quand à lui était partiellement cacher par sa victime, mais il savait qu'il ne devait pas s'attarder ici, des humains pouvaient arriver d'un moment à l'autre.
De toute façon, cela n'avait pas d'importance, même si quelqu'un l'apercevait il ne pourrait pas voir son visage et il n'oserait jamais tenter quoi que se soit contre lui, la terreur réglait sur Ewalhin et les humain oubliait bien vite la solidarité dès qu'il était question d'assassinat.
Sa proie commença à marcher, toujours calmement même si Vladimir savait qu'il n'en était rien, il était terrifié. Il se dirigea comme prévu dans une ruelle écarté de la place centrale.Vladimir appuya le canon du pistolet dans son dos pour que cela passe inaperçu au yeux d'éventuel passant et ainsi lui indiquait la direction à prendre.

" Si quelqu'un nous parle, je suis ton ami, n'est ce pas ? Lui-glissa-t-il sur un ton qu'il voulait enjoué mais qui parut presque indifférent.

Vladimir commença à observé l'homme d'un air de regret, même s'il ne le voyait que de dos, il sentait une horreur et une épouvante croissante le saisir. Il était châtain, presque blond par endroit et il était également jeune. Trop jeune pour mourir. Vladimir retint un soupir. Pourquoi prêtait-il des sentiments à sa victime ? Parce qu'il lui avait offert le plus beau son qu'un violon puisse produire ? C'était ridicule. Pathétique. Depuis quand aimait-il la musique ? Depuis quand avait-il des sentiments pour quiconque ? Depuis beaucoup trop longtemps, se surprit-il à pensé. Oui. Il devait bien l'avouer. Il n'était plus l'homme froid et inébranlable d'autre fois, oui, il ressentait bel et bien des émotions, et ... Et c'était la chose la plus horrible qui ne lui était jamais arrivé. Depuis que cette torture avait commencé, il n'était plus lui-même. Il ne souhaitait plus qu'une chose : Que ça s'arrête. Que tout s'arrête. Et pour ceci, une seule solution, marcher sur cette voie qu'il redoutait tant, celle du tueur, celle qu'il empruntait chaque jour depuis son plus jeune âge.
Mais rien n'était plus pareil depuis beaucoup trop longtemps, les liens qu'il avait tisser et si dur à délier, et il savait qu'il n'était pas au bout de ses souffrances, il n'avait pas encore brisé celui qui l'unissait à Lilyana. Et il ne savait pas s'il était prêt à le faire.

( Désolé c'est nul j'avais pas d'inspi >.< )

_________________

Cadooww ♥:
 

Plus de signa ?:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://x--inspiration--x.skyrock.com/
Elisabeth Sanlejos
• Admin folle à lier ... ♥


Messages : 3738
Date d'inscription : 02/03/2011

Votre perso :
Age des personnages: 27 ans
Dieu: Ioannis
Relations: Angel>>a sauvé a vie, menace de la tuer; Vlad>> petit ami FR>> elle le hait, et fait tout pour le tuer Mia>>veut la mettre en prison

MessageSujet: Re: [Fini] Lorsqu'une tentative d'assassinat manque de se finir au poste ... [ PV: Lawrence & Elisabeth]   Ven 11 Mar 2011 - 16:55

(je sais pas ce qui m'est passé par la tête. je craint que mes derniers neurones soit en train de danser la salsa plutôt que de travailler ^^)

Les deux hommes s'éloignaient et Elisabeth accéléra le pas pour être sure de ne pas les perdre. Elle était énervée et inquiète. Elle avait un mauvais pressentiment. Elle sentit la nervosité de Night à coté d'elle et cela ne la rassura pas. Elle faisait confiance en son instinct et encore plus dans celui de Night.

On fait quoi? Je le sens pas.
Moi non plus, mais je pense pas qu'on ai trop le choix, si on les suit pas le mec est mort.


Elle ne put s’empêcher de vérifier qu'elle avait bien son arme. Elle le savait déjà, mais le contact de la crosse la rassurait. Il lui rappelait son devoir. Éliminer le crime. Pour son père et sa mère. Pour tous les habitants d'Agaleisia. Et aussi parce que c'était la seule chose qui l’empêchait de sombre dans le chagrin des pertes qu'elle avait subie. Dans son regard brûlait de nouveau la lueur de détermination qui ne la quittait que rarement. Elle regarda autour d'elle. Ils se dirigeaient vers la banlieue. Mauvais signe. Elle demanda à Night

Si on les suit on trouvera peut être le QG de leur organisation. Ce gars n'a pas l'air de travailler pour son propre compte.
Mais on risque la vie de l'autre.

Elle hésita. La vie d'un homme ou la chance de peut être capturé un grand nombre de meurtriers? La mélodie jouée par le musicien lui revient en tête.

On peut pas faire ça.

Son double ne dit rien, elle se contenta d'approuver de la tête. Elisabeth attendit qu'ils soit dans un endroit tranquille pour accélérer encore le pas et se retrouver à deux mètres derrière l'homme à la capuche. Avant qu'il n'ait le temps de se rendre compté qu'elle était là, elle prit son arme et le pointa sur son dos.

Au nom de la loi, lâcher cette homme. et n'essayez pas de me faire le coup de l'otage, je tire très vite et très bien. Et risquer une vie n'est pas un problème tant que vous mourrez ensuite.

Ce n'était pas tout à fait vrai, mais elle était bien la seule à savoir cela. Avec un peu de chance, sa réputation l'avait précédée. Celle qu'elle n'avait aucune pitié pour les meurtriers. Peu de gens connaissait ses vraies raisons, en général on croyait qu'elle ne voulait que tuer ceux qui ne respectait pas sa loi, peu importe le prix. Elle attendit, l'arme au poing, que l'homme lui obéisse. Ou pas. Dans se cas, elle aurait le plaisir de tirer. Mais elle espéra que le musicien s'en sorte entier, sa musique était belle.

_________________

Merci Laure!
Spoiler:
 

Merci Helline!
Spoiler:
 

Merci Pauline!:
Spoiler:
 

Merci Fresh!:
Spoiler:
 

Et re-merci !
Spoiler:
 

Merci Lisabeth!
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir L. Adamovitch
♥ Fondatrice ♥


Messages : 1858
Date d'inscription : 14/11/2010
Localisation : Dans quel asile ? Au Vinatier bien sur !

Votre perso :
Age des personnages: 26 ans
Dieu:
Relations: • Heather : Ex-Chef tyranique et sadique x)• Lilyana : Amie• Fleur Rouge : ennemi juré• Elisabeth : sa chérie ♥• Angel : Sa protégée

MessageSujet: Re: [Fini] Lorsqu'une tentative d'assassinat manque de se finir au poste ... [ PV: Lawrence & Elisabeth]   Ven 11 Mar 2011 - 22:05



Mais une voix l'arracha de ses pensées.

" Au nom de la loi, lâchez cet homme. Et n'essayez pas de me faire le coup de l'otage, je tire très vite et très bien. Et risquer une vie n'est pas un problème tant que vous mourrez ensuite. "

Le sang de Vladimir se glaça. La voix était féminine, mais le ton glaciale, affichant une assurance inébranlable. La personne était armé. Or lui aussi. Il commençait à calculer ses chances de tuer la fille sans se faire lui-même blesser. Il comprit bien vite qu'elles étaient nulles. Elle ne plaisantait pas, le temps qu'il se retourne, il serait déjà mort avant même d'avoir put presser la détente. Seulement il devait préserver son identité, et la capuche ne lui serait pas d'une très grande utilité à cette distance.
Akira jeta un regard derrière elle, évaluant ses chances de s'en sortir indemne lors d'un combat singulier, mais l'animal de la fille était une panthère, elle ne pourrait pas l'affronté sans subir des dommages.
Vladimir se mordit la lèvre inférieure jusqu'au sang. Il n'y avait pas d'autre solution. Il devait se rendre. Son cerveau était en ébullition, il réfléchissait à toute allure, ses tourments balayés en une fraction de seconde. Son ennemie était armée et n'hésiterait pas à tirer, la panthère pouvait aisément vaincre Akira, son anonymat était menacé ... Qu'est ce qu'il pouvait faire ? La seule solution était de s'enfuir dans le corps d'Akira mais leurs adversaire étaient sur leurs gardes, ils scrutaient le moindre frémissement, le moindre mouvement aussi inoffensif soit-il, la moindre de leur expression, ils ne pourraient jamais s'échapper tant qu'ils n'auraient pas détaché leur attention de la louve.
Vladimir ne voyait que ça. Jouer le gentil criminel soumis à la soit-disant puissance de la justice jusqu'au moment où leurs ennemis baisseraient leur gardes. Cependant, ce plan représentait un point particulièrement problématique : Il devrait montrer son visage. Même si la fille ne pourrait jamais se douter qu'il était le Grim Reaper, elle ne l'oublierait pas de si tôt. Bah. Il trouverait bien un moyen de la liquider rapidement, avant qu'elle ne devienne trop bruyante ... Il fallait qu'il y réfléchisse, mais l'organisation avait suffisamment d'influence pour se débarrasser de tout enquiquineur quel qu'il soit.

Vladimir décida de s'exécuta. Il laissa tomber son révolver à terre et se retourna d'abord hésitant, méfiant, puis lorsqu'il fit face au danger avec assurance.

" Qu'est ce que vous voulez ? Cracha-t-il, conscient que ce n'était pas le moment de faire le rebelle, or il se sentait incapable de jouer l'homme soumis, c'était plus fort que lui, malgré tout sa fierté l'emportait toujours.
Il posa son regard sur la fille. Il la connut immédiatement et son visage s'éclaircit, stupéfait :

" Elisabeth Sanlejos ... Murmura-t-il. Lieutenant de le Force, n'est ce pas ?

Elle avait une très grand réputation dans le milieu, c'était ce genre de personne à soutenir avec une ferveur inébranlable la justice sous toutes ses formes. Il ne devait pas la prendre à la légère, c'était un adversaire redoutable. Mais sa renommé faisait qu'il connaissait tout d'elle, son comportements, ses ambitions, son passé, rien n'était un secret pour lui.
Cependant, sa réputation ne présageait rien de bon, justement. Cette fille s'acharnait à exterminer les assassins de la mafia depuis près de trois ans. Chaque années elle faisait des dommages considérable dans l'organisation, et jamais, non jamais elle n'avait laisser la vie à un tueur. Son but n'était pas de les condamné à une peine de prison, mais de tous les descendre uns à uns.
Mais Vladimir savait pourquoi et il était bien décider à user de cette corde sensible pour déstabiliser son adversaire. En effet, elle avait choisit la même voie que son père, un chemin tortueux et dangereux qu'elle empruntait chaque jours depuis sa mort. Cet idiots avait eu le cran de s'infiltrer dans l'organisation, il avait décimé une bonne partie de la mafia à l'époque, mais Heather avait finit par trouver le traitre, et l'avait fait abattre. Vladimir l'avait vaguement connu pendant quelques mois, mais il savait que ceci était resté à jamais ancré dans la mémoire dans chacun comme l'un des plus grands désastre pour l'organisation.
Et sa fille avait elle-même décider de se venger. Cependant, la tournure de la situation le frappa brusquement si violemment qu'il faillit retrouver son état de confusions. Elle se battait pour la même cause que lui et pourtant d'une façon absolument opposé. Lui avait choisi la voie du tueur par haine envers ceux qui avait tué sa vie, envers celui qui avait assassiné ses parents, et elle, avait choisie celle de la justice par vengeance envers ceux qui avait abattu son père, envers ceux qui avait consumé son bonheur. Il fut prit d'un vif élan de culpabilité mais retrouva aussitôt ses esprits. Il fallait qu'il arrête d'être si ridicule. C'était pathétique. C'était son ennemie. Elle était l'ange et lui le démon. Elle était la bonté et lui le mal.
La lumière contre les ténèbres. Tels étaient leur éternels combats.
S'il continuait avec ses conneries, il allait finir par en crever. Il devait redevenir sérieux. Il fallait qu'il oublie ces sentiments futiles et insignifiant si envahissant et qu'il se prépare à l'attaque. En effet, la guerre était lancer, et Vladimir était bien décider à en ressortir victorieux.
Il planta son regard dans celui de son adversaire avec arrogance, une lueur de défi brillait dans ses pupilles.
Oui, c'était décidé. Il devait laisser ses sentiments de cotés et affronté le danger avec tout ce qu'il avait.
Elle devait mourir.
A cet instant c'était sa seule certitude.

_________________

Cadooww ♥:
 

Plus de signa ?:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://x--inspiration--x.skyrock.com/
Elisabeth Sanlejos
• Admin folle à lier ... ♥


Messages : 3738
Date d'inscription : 02/03/2011

Votre perso :
Age des personnages: 27 ans
Dieu: Ioannis
Relations: Angel>>a sauvé a vie, menace de la tuer; Vlad>> petit ami FR>> elle le hait, et fait tout pour le tuer Mia>>veut la mettre en prison

MessageSujet: Re: [Fini] Lorsqu'une tentative d'assassinat manque de se finir au poste ... [ PV: Lawrence & Elisabeth]   Sam 12 Mar 2011 - 13:51

Il réfléchit longuement. Elisabeth commençait à perdre patience quand enfin il s’exécuta. Il lâcha son revolver mais la lieutenante ne baissa pas sa garde pour autant. Il était tout a fait possible qu'il ai plusieurs armes. Il se retourna doucement puis avec plus d'assurance.

" Qu'est ce que vous voulez ?"

Mais il était idiot ou quoi? Il lui parlait ainsi avec son pistolet braqué sur lui? Il le quitta des yeux un instant pour voir s'il n'avait pas des renforts dans le coin. Personne. Elle allait lui demander quel jeu il jouait quand il murmura:

" Elisabeth Sanlejos ... Lieutenant de le Force, n'est ce pas ?"

Il la connaissait donc. Pas très étonnant finalement, elle était assez connu du milieu de la pègre. Elle ne répondit pas tout de suite, préférant scruter son visage. Elle n'arrivait pas à se souvenir de si elle avait déjà vu sa photo. Ce qu'il voulait dire qu'il était soit un débutant, soit un kidnappeur qui connaissait bien son métier. Vu la manière dont il avait opéré, elle aurait plutôt opté pour la deuxième solution. Elle se décida enfin à lui répondre, d'un ton calme. Peut être un peu qu'elle ne l'était réellement.

En effet. Mais je suis sure qu'on pourra discuter plus tranquillement autre part. Au poste de police par exemple.

Elle sourit.

Night, va prendre son arme s'il te plait. Et vous, n'imaginez pas en profiter comme bouclier.

Elle pointa son arme vers Akira. La panthère s’avança doucement vers le tueur et prit l'arme dans sa gueule avant de revenir vers Elisabeth. Elle allait s'approcher de lui pour le menotter quand une idée lui vient.

Qui êtes vous? Et n'essayez pas de mentir, cela aggraverait encore votre cas. Si c'est encore possible.

Elle voulait savoir si c'était un assassin ou un simple kidnappeur. Dans le deuxième cas, elle se contenterai de le livre à la police. Dans le premier, elle s'occuperai de lui elle même. Bien sure, elle se doutait qu'il ne lui dirait pas la vérité s'il était effectivement un assassin. Mais elle pensait reconnaître un mensonge.

_________________

Merci Laure!
Spoiler:
 

Merci Helline!
Spoiler:
 

Merci Pauline!:
Spoiler:
 

Merci Fresh!:
Spoiler:
 

Et re-merci !
Spoiler:
 

Merci Lisabeth!
Spoiler:
 



Dernière édition par Elisabeth Sanlejos le Lun 14 Mar 2011 - 17:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir L. Adamovitch
♥ Fondatrice ♥


Messages : 1858
Date d'inscription : 14/11/2010
Localisation : Dans quel asile ? Au Vinatier bien sur !

Votre perso :
Age des personnages: 26 ans
Dieu:
Relations: • Heather : Ex-Chef tyranique et sadique x)• Lilyana : Amie• Fleur Rouge : ennemi juré• Elisabeth : sa chérie ♥• Angel : Sa protégée

MessageSujet: Re: [Fini] Lorsqu'une tentative d'assassinat manque de se finir au poste ... [ PV: Lawrence & Elisabeth]   Sam 12 Mar 2011 - 14:54



" En effet. Mais je suis sure qu'on pourra discuter plus tranquillement autre part. Au poste de police par exemple. " Répliqua-t-elle.

Elle ne comptait pas l'abattre tout de suite, c'était déjà ça. La seule chose à faire était gagner du temps jusqu'à ce qu'elle ne fasse plus attention à Akira, et Vladimir savait parfaitement comment s'y prendre. Elle ne le connaissait pas suffisamment pour risquer de tuer un simple voyou. Déjà que ses façons peu chrétienne d'enquêter étaient très contesté alors si elle descendait un petit truand elle pourrait avoir de gros problèmes.

"Night, va prendre son arme s'il te plait. Et vous, n'imaginez pas en profiter comme bouclier."

Elisabeth pointa son arme sur Akira qui gronda, irrité. Vladimir quant à lui trouvait cette situation particulièrement pénible, il n'aimait pas se sentir à la merci de son adversaire, même pendant quelques minutes.
La panthère s'approcha puis pris entre sa gueule son révolver et le ramena à son double.
La fille s'avança vers eux d'un pas victorieux et demanda :

" Qui êtes vous? Et n'essayez pas de mentir, cela aggraverait encore votre cas. Si c'est encore possible. "

Vladimir aurait presque put éclater de rire s'il ne pouvait plus esquisser ce geste depuis bien longtemps. Il avait presque envi de vraiment lui dévoiler son identité pour voir sa réaction, cela aurait put vraiment être amusant, mais évidement il ne le fit pas.

" Mentir ? Parce que vous avez vraiment cru que j'allais vous le dire ? Soupira-t-il sur un ton lasse.

Il avait conscience de se comporter comme un abruti, qu'il aurait mieux fallut donner un faux nom et se débarrasser d'elle rapidement, mais l'assurance de son interlocuteur l'agaçait, comme si elle croyait vraiment pouvoir l'emmener au poste de police ... Il mourrait d'envie de la provoquer. Il savait que c'était parfaitement stupide et pourtant sa fierté en prenait un coup, et ceci, il n'appréciait vraiment pas.

_________________

Cadooww ♥:
 

Plus de signa ?:
 



Dernière édition par Vladimir L. Adamovitch le Sam 12 Mar 2011 - 17:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://x--inspiration--x.skyrock.com/
Elisabeth Sanlejos
• Admin folle à lier ... ♥


Messages : 3738
Date d'inscription : 02/03/2011

Votre perso :
Age des personnages: 27 ans
Dieu: Ioannis
Relations: Angel>>a sauvé a vie, menace de la tuer; Vlad>> petit ami FR>> elle le hait, et fait tout pour le tuer Mia>>veut la mettre en prison

MessageSujet: Re: [Fini] Lorsqu'une tentative d'assassinat manque de se finir au poste ... [ PV: Lawrence & Elisabeth]   Sam 12 Mar 2011 - 22:09

(si vlad ressemble à ton kit, il faut pas être super inteligent pour voir d'où sa famille vient. Même si la Russie n'est pas sur la même planète que lui.)

Élisabeth cru voir une lueur amusée dans les yeux de l'homme. Mais elle se persuada qu'elle avait rêvé.

" Mentir ? Parce que vous avez vraiment cru que j'allais vous le dire ?

Mais il se foutait d'elle en plus? L'envie d'appuyer sur la gâchette se fit encore plus forte, mais elle se rappela qu'on lui avait fait des reproche pour avoir abattu un homme en pleine rue. Ce salopard avait tué une famille entière dans un incendie volontaire, mais il parait qu'on ne pouvait pas tuer des criminels comme ça.

Désolé de vous avoir prit pour un être pourvu d'une intelligence.


Elle s'approcha de lui

Avancez, on va au commissariat. C'est par là.

Elle indiqua du pistolet la direction d'où ils venaient. Il y avait un poste de police à coté de la Place centrale. Elle se demanda pourquoi. Cela n'empêchait pas les voleurs et les kidnappeurs d'exercer sous leurs yeux. Cela la ramena à la personne qui devait la voir. Elle l'avait complètement oubliée. Elle dit d'un souffle pour elle même plus que pour Night:

Mais quand sera tu vengé, père?

Elle s'obligea à se concentrer sur l'homme qui était devant lui. Il était trop sur de lui, et Elisabeth se demandait si cela ne cachait pas quelque chose. Elle devait ouvrir l'œil.

(désolé c'est nul mais j'ai le cafard, ca aide pas)

_________________

Merci Laure!
Spoiler:
 

Merci Helline!
Spoiler:
 

Merci Pauline!:
Spoiler:
 

Merci Fresh!:
Spoiler:
 

Et re-merci !
Spoiler:
 

Merci Lisabeth!
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence S. Roth



Messages : 63
Date d'inscription : 01/03/2011
Age : 21
Localisation : A côté du piano

Votre perso :
Age des personnages: 17 ans.
Dieu: Volonté
Relations: //

MessageSujet: Re: [Fini] Lorsqu'une tentative d'assassinat manque de se finir au poste ... [ PV: Lawrence & Elisabeth]   Dim 13 Mar 2011 - 11:16

She eyes me like a pisces when I am weak
I've been locked inside your Heart-Shaped box for weeks
I've been drawn into your magnet tar pit trap
I wish I could eat your cancer when you turn black


Euhm, la chanson n'allait pas avec la situation. Pas du tout même. Mais que venait faire une boite en forme de coeur le jour où il allait être tuer ? Non mais vraiment, on ne se rattraperait jamais, moi et Amadeus. Pourtant, la situation n'était pas banale. Même pas du tout. Depuis quand un simple SDF, musicien de son état se faisait kidnapper dans la rue, comme ça ? Lawrence réfléchissait. Il y avait bien cette "Heather" qui avait un peu gueuler parce qu'il jouait tranquillement dans son espace de vie - alors qu'il était là avant, bien sur. Mais on tue pas les gens pour ça, si ? Si ça se trouve, Heather était le chef de la Mafia qui sévissait actuellement sur la ville, et elle n'aimait pas du tout la musique. A ce moment là, elle avait décidé de le tuer juste comme ça. Et elle avait envoyer son bras droit pour le faire... Nooooooooon. C'était carrément improbable. Lawrence devait arrêter de s'inventer des histoires comme ça, juste pour se faire peur. Et d'abord, depuis quand une fille comme elle pourrait-elle être chef de la mafia hein ?... Bon, pour se rassurer c'était pas gagner. Amadeus, lui, était à la limite de se pisser dessus tant il avait peur. Noon Amadeus, ma jolie cape que j'adore, pas dessuuus, pas dessuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuus. Ce moment de rire détendit un peu les deux compagnons. Même si la situation était quelque peu... Dramatique, ils ne pouvaient s'empêcher de faire un peu d'humour. Un petit sourire étira les lèvres de Lawrence, qui le réfréna tout de suite. Après, le vilain méchant kidnappeur allait penser qu'il se foutait de sa gueule. Maiis, je veux pas mourir moi ! Lawrence, mine de rien, regarda aux alentours. Personne. Personne autre que... Cette fille, là bas. Attends, c'est le rêve où... Elle les suivait ? Lawrence détourna de suite la tête pour éviter à son kidnappeur de voir qu'il était suivit. Il allait avoir peur, le petit 8D.

Hey, Wait
I've got a new complaint
Forever in debt to your priceless advice


Tout le monde devait croire que le kidnappeur était un ami de Lawrence. Heureusement qu'il y en avait qui avait les yeux en face des trous ! Lawrence marchait de plus en plus lentement, faisant croire au kidnappeur qu'il avait tellement peur qu'il arrivait même plus à marcher. Il trébucha plusieurs fois, aussi. Que c'est beau, la comédie. Il avait eu raison de faire du théatre, enfant. Mais là, ce n'était pas pour rire, il risquait sa vie ! De son existence entière, jamais encore il n'avait été aussi en danger. Et ça ne lui plaisait pas, mais alors pas du tout. Il ne voulait pas mourir ! Il avait même pas d'amoureuse en plus. Non, sérieux, il voulait vivre encore plus longtemps. Et pour ça, il lui fallait trouver un plan, quelque chose. Et surtout, il fallait que le jeune homme qui l'avait prit en otage soit... Dos à la route d'où ils étaient venu. Pourtant , le jeune homme n'avait pas l'air de vouloir s'arrêter. Alors, c'était un débutant ou un expert ? Difficile à dire. Il avait l'air d'hésiter un peu à tirer sur Lawrence. Ouf, quelle chance. Enfin, presque. Ce n'était pas de la chance, c'était carrément plus que de la veine. Il suffisait juste que Lawrence fasse un peu attention à ce qu'il faisait. Il ne devait surtout pas être derrière le jeune homme, parce qu'il risquerait de se retourner et de voir qu'il était suivit. Lawrence s'étonna d'ailleurs de ne rien entendre. La jeune fille était vraiment une experte en espionnage. Lui-même qui avait une oreille fantastique n'entendait même pas le frottement de son pantalon, ni le bruit de ses cheveux bercés par le vent. Le voila devenu poête, l'imbécile. Mais il ne devait pas se laisser abattre. Enfin, ils arrivèrent dans une impasse. Lawrence se tourna alors doucement pour faire face à son agresseur.

Meat-eating orchids forgive no one just yet
Cut myself on angel hair and baby's breath
Broken hymen of your highness I'm left black
Throw down your umbilical noose so I can climb right back


Il n'eut pas le temps de poser la question qui lui brûlait les lèvres - si si, celle là : "Kestumveux ?" - que déjà, le jeune homme qui l'avait kidnapper palissait. Beuh ? Qu'est ce que...? La jeune fille était sortie de sa cachette et pointait un flingue dans la tête de l'imbécile kidnappeur. Ahah, j'aurais pas aimer ! Euh, mais on vient de me le faire --'. Enfin bref. Ils entamèrent une discussion pour le moins... Animée. Le kidnappeur n'avait pas l'air de lâcher le morceau. D'ailleurs, son sauveur se présenta. Qui aurait cru qu'un SDF musicien serait sauver par le Lieutenant de la Force ? Ouah, j'aurais dit ça à mes amis, ils l'auraient pas cru. De toute façon, je leur dirais jamais puisque... Je n'avais pas d'amis i___i. Enfin, ce n'était pas le moment de révasser. Oh, qu'elle est jolie la lieutenante de la foorce. Lawrence, on se sauve ou merde ? Euh, oui. Pardon. Essayant de voir plus clair sur la situation, il s'aperçut que les deux jeunes gens discutaient encore. Cool, il pourrait se barrer vite fait bien fait. Prenant son courage à deux mains, il s'avança... Les deux personnes n'eurent pas l'air de se soucier de lui. Bon, bah c'est chouette alors. Il salua la jeune fille dans le dos de son agresseur pour la remercier, puis les contourna. La jeune fille eut l'air d’acquiescer, mais Lawrence n'était pas sur d'avoir bien vu. On sait jamais, un SDF musicien peut faire un sympathique fou quand on le voulait. Enfin, il se détourna des deux personnes et partit dans la rue principale pour atteindre la Grande Place. Tout cela n'était plus de son ressort, il irait remercier la jeune dame et s'excuser d'être partit une fois son travail terminé.

She eyes me like a pisces when I am weak
I've been locked inside your Heart-Shaped box for weeks
I've been drawn into your magnet tar pit trap
I wish I could eat your cancer when you turn black


[ Merdique, mais c'est déjà pas mal entre un DM de Maths et un commentaire littéraire de Français *fuis* ]

(C) Texte par Fourmi
(C) Chanson de Nirvana, Heart Shaped Box.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wild-cat.meilleurforum.com
Vladimir L. Adamovitch
♥ Fondatrice ♥


Messages : 1858
Date d'inscription : 14/11/2010
Localisation : Dans quel asile ? Au Vinatier bien sur !

Votre perso :
Age des personnages: 26 ans
Dieu:
Relations: • Heather : Ex-Chef tyranique et sadique x)• Lilyana : Amie• Fleur Rouge : ennemi juré• Elisabeth : sa chérie ♥• Angel : Sa protégée

MessageSujet: Re: [Fini] Lorsqu'une tentative d'assassinat manque de se finir au poste ... [ PV: Lawrence & Elisabeth]   Dim 13 Mar 2011 - 19:04

( Qu'est ce que tu raconte !? x) Gaspard Ulliel c'est un acteur français !!! Jvois pas en quoi tu reconnais un Russe (qui est un français en plus de ça) sur ma signa x))


Elisabeth lui lança un regard assassin.
" Désolé de vous avoir prit pour un être pourvu d'une intelligence, lâcha-t-elle sèchement.

Elle n'avait de toute évidence pas apprécié sa réplique et ceci lui procura à son plus grand étonnement un immense plaisir. Il ne s'était pas sentit comme ceci depuis longtemps, et cela lui fit du bien. C'était ainsi qu'il concevait sa vie, il devait cesser de ressentir quoi que se soit, c'était la clé. La clé qui ferait taire ses souffrances.

" Avancez, on va au commissariat. C'est par là, ordonna-t-elle en lui indiquant la direction à prendre avec son révolver.
Il jeta un coup d'oeil derrière lui, le musicien était parti. Il ne l'avait même pas remarqué. Cependant il se surpris à éprouver un certain soulagement. Il n'aurait pas à le tuer. C'était une bonne chose. Il chassa aussitôt ces idées stupides de son esprit. Depuis quand était-il content d'épargné quelqu'un ? C'était vraiment ridicule. Comme quoi, il n'était toujours pas débarrassé de ces si terrible émotions qui le tourmentaient tant.
Cependant, Vladimir remarqua aussitôt que le regard de Elisabeth se perdait dans le vague. A quoi pouvait-elle bien penser dans un moment pareil ? Mais elle semblait absente, triste.
" Mais quand sera tu vengé, père ? Murmura-t-elle si faiblement qu'il faillit ne pas le remarquer.

Parfait. C'était exactement l'occasion qu'il attendant. Et Vladimir n'allait pas la laisser passé, il devait jouer le tout pour le tout.

" Ton père, hein ? Je l'ais connu. Eric Sanlejos, n'est ce pas ?

La fille se figea.

" Ha, c'était une sacré époque. Ton père était un pro mais il s'est fait griller. Il a fini par se faire buter au final, et il a dû sentir sa douleur crois moi. ça devrait te servir de leçon, au lieu de te jeter à corps perdu dans ton idéal stupide de "justice" tu devrais savoir que rien ne peut venir à bout de la mafia. Tu sais pourtant le sort qu'on reverse aux gens comme ton père, non ? Ou alors tu veux que je t'explique ce qui t'arrivera à toi quand ...

[ Va y saute lui dessus Twisted Evil & Désolé pour le nom pourri de ton père, tu peux le changer s'tu veux xDD Excuse mon RP est trop pourri very sorry >.<]

_________________

Cadooww ♥:
 

Plus de signa ?:
 



Dernière édition par Vladimir L. Adamovitch le Ven 18 Mar 2011 - 23:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://x--inspiration--x.skyrock.com/
Elisabeth Sanlejos
• Admin folle à lier ... ♥


Messages : 3738
Date d'inscription : 02/03/2011

Votre perso :
Age des personnages: 27 ans
Dieu: Ioannis
Relations: Angel>>a sauvé a vie, menace de la tuer; Vlad>> petit ami FR>> elle le hait, et fait tout pour le tuer Mia>>veut la mettre en prison

MessageSujet: Re: [Fini] Lorsqu'une tentative d'assassinat manque de se finir au poste ... [ PV: Lawrence & Elisabeth]   Lun 14 Mar 2011 - 17:57

(nan, moi pas bête, nan!! lol j'ai changé! Un petit truc: comment peut tu me voir de dos? Tu pense que je suis suffisamment idiote pour marcher devant toi?si tu dit oui, je en répond plus de la vie de Vladimir. Sinon, écrit comme ca, le nom ca va.)

Elle remarqua que le musicien s'éclipsait avec un geste pour la remercier. Il aurait du rester pour lui expliquer pourquoi il avait était enlevé, mais il semblait bien trop terrorisé pour répondre. Un peureux.

" Ton père, hein ? Je l'ais connu. Eric Sanlejos, n'est ce pas ?

Elle se figea. Il le connaissait? Et il vivait encore? Faisait il parti des personnes qui avait écourté sa vie? Elle devait le savoir. Et le tuer.

" Ha, c'était une sacré époque. Ton père était un pro mais il s'est fait griller. Il a fini par se faire buter au final, et il a dû sentir sa douleur crois moi. ça devrait te servir de leçon, au lieu de te jeter à corps perdu dans ton idéal stupide de "justice" tu devrais savoir que rien ne peut venir à bout de la mafia. Tu sais pourtant le sort qu'on reverse aux gens comme ton père, non ? Ou alors tu veux que je t'explique ce qui t'arrivera à toi quand ...

Elisabeth ne le laissa pas finir sa phrase. Sa jambe partit d'un coup et elle frappa l'homme au ventre.

Encore un mot injurieux sur mon père et tu gagne un séjour au cimetière. Tu n'est même pas digne de prononcer son nom. Alors si tu tient à rester entier, dis moi ce que sait ou au moins tait toi.

Elle se demanda comment elle n'avait pu ne pas appuyer sur la gâchette. Il était chanceux.

Il fait parti de la mafia.
J'avais compris. On va pouvoir en rayer un de plus de la surface de la terre. Une balle entre les deux yeux. Et il sera encore entier.


Night grogna. La haine avait prit le dessus. Qu'un tueur puisse parler d'Eric ainsi les mettait hors d'elles. La léopard respectait Eric autant qu’Elisabeth l'aimait.

_________________

Merci Laure!
Spoiler:
 

Merci Helline!
Spoiler:
 

Merci Pauline!:
Spoiler:
 

Merci Fresh!:
Spoiler:
 

Et re-merci !
Spoiler:
 

Merci Lisabeth!
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir L. Adamovitch
♥ Fondatrice ♥


Messages : 1858
Date d'inscription : 14/11/2010
Localisation : Dans quel asile ? Au Vinatier bien sur !

Votre perso :
Age des personnages: 26 ans
Dieu:
Relations: • Heather : Ex-Chef tyranique et sadique x)• Lilyana : Amie• Fleur Rouge : ennemi juré• Elisabeth : sa chérie ♥• Angel : Sa protégée

MessageSujet: Re: [Fini] Lorsqu'une tentative d'assassinat manque de se finir au poste ... [ PV: Lawrence & Elisabeth]   Lun 14 Mar 2011 - 20:44



Mais Vladimir ne fini jamais sa phrase car Elisabeth lui donna un violant coup de pied dans le ventre, embrassant aussitôt sa blessure.

" Encore un mot injurieux sur mon père et tu gagne un séjour au cimetière. Tu n'est même pas digne de prononcer son nom. Alors si tu tiens à rester entier, dis moi ce que sait ou au moins tait toi. "

Ses yeux brulaient d'une haine pure, mais Vladimir ne put le soutenir plus longtemps tant la douleur était aiguë. On ne l'avait pas frappé comme ça depuis bien longtemps et surtout, pas sur sa plaie tout juste refermé.
Une petit voix lui soufflait que le piège se refermait progressivement sur sa proie, mais une autre, plus forte, lui ordonnait d'apaiser sa souffrance sur-le-champs. Et ce fut ce qu'il fit, incapable de la supporter plus longtemps, il se laissa glisser contre le mur, recroqueviller sur lui-même.
" Bordel ... "Lâcha-t-il furieux d'être réduit à une telle humiliation devant son ennemie.
Il entendait le grondement menaçant de la panthère juste à coté de lui, et instinctivement leva les yeux vers Elisabeth. Dans son regard dansaient une haine pure, une haine empreinte de douleur. Un regard qui lui était familier. Terriblement familier. A cette pensées, une vague de souffrance déferla en lui-même avec tant de force qu'il sentit la coquille de glace se fissurer encore un peu plus.
Il fut brusquement pris d'un étrange malaise. Pas seulement à cause de la souffrance que lui procurait la plaie mais à cause de ce regard haineux qu'il connaissait si bien. D'ordinaire c'était lui qui portait ce voile ténébreux sur ses pupilles glacées, c'était lui qui détestait ce monde plus que tout, c'était lui voulait la mort des humains.
Mais cette fois, tout était différent, comme s'il était face à sa haine, comme s'il se voyait en train de contempler un humain. Or à cet instant précis, c'était comme s'il était devenue l'homme et elle le Grim Reaper. Il ne savait ce qui le frappait tant dans ce regard méprisant, ce regard emplit de souffrance et de rancoeur. Il ne savait pas. Il n'arrivait pas à comprendre. Mais son malaise s'accentuait encore, sans qu'il puisse parvenir à se ressaisir.
" Oh tu aurais vu leur tête quand je leur ai dévoilé mes intentions ... C'était à mourir de rire !
" Arrêtes.
- Qu'est ce que tu dis ? Désolé j'étais trop occupé à raconté comment jm'étais éclaté à tuer nos connards de parents, je t'ai pas écouter. Tu peux répéter ?
- Arrêtes putain, arrêtes !
- Oh j'avais oublier que je m'adressais à un pauvre chien galeux qui ...
- TA GUEULE PUTAIN !
Vladimir plaqua son frère contre le mur de toute ses forces, une force aussi désespérer qu'inutile car l'homme réagit à peine à ses insultes.
Il le contempla un instant avec dédain, puis, méprisant, le repoussa sans grande peine.
" Ou j'en étais déjà ? Ha oui c'est vrai le moment où je leur ais annoncé leur destinée ...

Pourquoi cela lui revenait-il en mémoire ? Pourquoi maintenant ? Pourquoi ? Il avait mal à la tête, il avait l'impression qu'elle allait éclatée, explosée tant ces images sanglantes et désespérées lui revenait par millier.
Il comprit ce qu'il venait de faire. Il comprit que, cette fois-ci, il ne se battait plus contre Elisabeth mais contre lui-même. Il voulait repousser sa nature, il voulait être un autre homme. Un homme insensible, un homme glacial, inébranlable, c'était ainsi qu'il avait été pendant de nombreuse années. Mais à cet instant précis, il ne valait pas mieux que son frère. Il avait beau ne pas éprouver son sinistre plaisir à tuer, les conséquences étaient les mêmes. Ses propres mots le détruisait autant que Elisabeth elle-même. C'était pathétique. Ridicule.
Il baissa brusquement les yeux, gêné devant sa faiblesse. Mais il ne fallait pas qu'elle s'imagine quoi que se soit, surtout pas qu'elle pense avoir le dessus. Non, ceci, jamais. Il avait honte d'avoir pu se laisser de nouveau surprendre par ses sentiments, il avait honte d'avoir put concevoir un instant qu'Elisabeth et lui était pareil. Non. Ils ne l'étaient pas. Il étaient deux opposés. L'angle et le démon. Mais inconsciemment, Vladimir savait qu'il essayait de s'en persuadé plus qu'il ne le pensait vraiment.
Cependant, plus que sa honte devant ses résolutions bafouées, l'humiliation qu'il subissait était beaucoup plus forte, et il ne put réprimer le besoins démesuré de retrouver un peu dignité face à son ennemie.
" Ne ... Ne me prends pas pour un con ... Tu as autant l'intention de m'épargner que moi celle de mourir. Arrête avec tes conneries de "T'ention je vais te buter si tu réponds pas à mes questions". T'as cru que j'allais gober ça ? Tu pourrais me torturer pendant des heures, tu n'en serait pas plus sur moi ou l'organisation. "
Vladimir sentait qu'il avait perdu le respect prudent de son interlocuteur, que à ses yeux, il était déjà mort. Or elle se trompait, elle était tombé dans son piège, la panthère ne faisait plus le moins du monde attention à Akira qui se rapprochait petit à petit vers une ruelle annexe. Mais il devait encore gagner un peu de temps, la louve était encore trop loin du but, ce n'était pas prudent de tenter une transformation maintenant. Et par dessus tout, il ne supportait pas cette haine qui c'était mué en dégoût mêler de pitié dans les yeux de son ennemie, il voulait la faire souffrir pour son erreur, il voulait se faire souffrir lui-même pour avoir put ressentir de tel sentiment à son égard.
" Si ce n'est la si magnifique façon d'abattre un traitre chez nous bien sur... Tu veux que t'explique ... ? Eh bien tout d'abord ...


_________________

Cadooww ♥:
 

Plus de signa ?:
 



Dernière édition par Vladimir L. Adamovitch le Mar 15 Mar 2011 - 18:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://x--inspiration--x.skyrock.com/
Elisabeth Sanlejos
• Admin folle à lier ... ♥


Messages : 3738
Date d'inscription : 02/03/2011

Votre perso :
Age des personnages: 27 ans
Dieu: Ioannis
Relations: Angel>>a sauvé a vie, menace de la tuer; Vlad>> petit ami FR>> elle le hait, et fait tout pour le tuer Mia>>veut la mettre en prison

MessageSujet: Re: [Fini] Lorsqu'une tentative d'assassinat manque de se finir au poste ... [ PV: Lawrence & Elisabeth]   Mer 16 Mar 2011 - 16:42

Il se traîna contre un mur, torturé par la douleur.

" Bordel ... "

Night grogna. Cette homme était pire qu'elle ne l'avait imaginée. Elisabeth voulait déchaîner sa haine sur son ennemi, le ruait de coups, le torturer jusqu'à la douleur soit telle qu'il l'aurait supplié de le tuer. Ce tueur à ses pieds lui inspirait haine et dégoût. Mais une chose l’empêchait de le faire plus souffrir. Elle ne voulait pas s'abaisser au rangs des mafieux. Elle ne pouvait torturer cette homme sans devenir comme eux. Elle se força à se calmer et à le regarder autrement qu'à travers sa haine. Elle vit à quel point il avait mal. Sa haine se mêla à de la pitié. Mais elle s’effaça dès qu'il reprit la parole:

" Ne ... Ne me prends pas pour un con ... Tu as autant l'intention de m'épargner que moi celle de mourir. Arrête avec tes conneries de "T'ention je vais te buter si tu réponds pas à mes questions". T'as cru que j'allais gober ça ? Tu pourrais me torturer pendant des heures, tu n'en serait pas plus sur moi ou l'organisation. "

L'organisation. Encore une preuve qu'il faisait partit de la mafia, de ces ****** qui avait tuait son père.

" Si ce n'est la si magnifique façon d'abattre un traitre chez nous bien sur... Tu veux que t'explique ... ? Eh bien tout d'abord ...

Ferme la! Tout de suite!

La panthère fut moins patiente qu'elle. Elle enfonça ses crocs dans la chair de son bras.

Night! On peux pas le tuer là!

Les passants faisaient un grand détour autour d'eux, mais elle ne pouvait pas quand même tuer un homme à terre devant tout le monde. Elle avait retrouvé son sang froid mais était contente de voir le sang couler.


_________________

Merci Laure!
Spoiler:
 

Merci Helline!
Spoiler:
 

Merci Pauline!:
Spoiler:
 

Merci Fresh!:
Spoiler:
 

Et re-merci !
Spoiler:
 

Merci Lisabeth!
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir L. Adamovitch
♥ Fondatrice ♥


Messages : 1858
Date d'inscription : 14/11/2010
Localisation : Dans quel asile ? Au Vinatier bien sur !

Votre perso :
Age des personnages: 26 ans
Dieu:
Relations: • Heather : Ex-Chef tyranique et sadique x)• Lilyana : Amie• Fleur Rouge : ennemi juré• Elisabeth : sa chérie ♥• Angel : Sa protégée

MessageSujet: Re: [Fini] Lorsqu'une tentative d'assassinat manque de se finir au poste ... [ PV: Lawrence & Elisabeth]   Mer 16 Mar 2011 - 20:58


" Ferme la ! Tout de suite ! Hurla-t-Elisabeth, hors d'elle.

Mais Vladimir n'eut pas le temps de savourer sa victoire ou même de comprendre la souffrance qui croissait en lui, car la panthère perdit patience et planta des crocs acérés dans son bras et retînt un gémissement de douleur. Heureusement l'animal, quoi que furieux, était loin de l'avoir mordu avec toute sa force. Mais Vladimir constata avec horreur la trainée ensanglanté qui le long de son bras, il n'était pas en état de subir d'autre dommages.
Cependant un détail lui tapa brusquement à l'oeil. Quelque chose manquait. Oui. Quelque chose ... Akira. Dans une telle situation, elle aurait gondé ou encore bondit sur son adversaire, or cette fois, elle ne pouvait pas se permettre d'attirer l'attention sur elle. Il espérait que ce détails n'ait pas éveillé la méfiance de la panthère.

" Night ! On peux pas le tuer là ! lança Elisabeth

En effet, même elle ne pouvait pas ignorer qu'ils se trouvaient dans la rue et que des passants les observaient avec une crainte non dissimulé, faisant d'étrange détour pour éviter de croisé leur chemin. Elle ne pouvait pas abattre un homme à terre devant des témoins. Pour qui la prendrait-on ? Pour qui passerait-elle ? Pour une lâche. Une lâche tuant un homme sans défense en pleine ville. Et sa réputation qui était déjà assez instable dû à la "légalité" particulièrement subjective qu'elle exerçait, serait brisé en moins de temps qu'il ne fallait pour le dire.
Furieux, Vladimir la fusilla du regard, le message était clair : Qu'elle le tue si elle l'ose. Or justement, elle n'osait pas.
Il voulait l'énerver plus encore, la poussé à bout pour faute d'avoir pu éprouver une once de pitié pour lui, pour se punir lui-même d'avoir laissé des sentiments l'influencer l'espace de quelques secondes. Pour tuer définitivement cette petite part d'humanité en lui-même. Cette parcelle d'humanité qui gâchait la vie. Cette parcelle d'humanité qui, s'accrochant à lui tel un parasite, une bactérie, une maladie, le dévorait progressivement, brisant la glace enrobant son cœur, fissurant le masque impénétrable de son visage et par dessus tout, amplifiant sa souffrance.
Les sentiments.
Quelques choses qu'il avait d'abord trouvé bien inutile, qu'il avait méprisé, qu'il avait dédaigné, mais désormais, qu'il haïssait plus que tout au monde, qui le révoltait, le dégoutait, qui l'écœurait.
Il voulait chasser cette faiblesse en lui-même, il voulait lui prouver qu'elle n'était rien, qu'il pouvait la balayer d'un simple revers de la main, qu'il restait et resterait toujours, le seul et unique maitre. Maitre de son corps, de ses aptitude, de ses sentiments. Tout n'était que mensonge en lui-même. Tout n'était que le fruit d'une existence fausse, fictive, la moindre de ses pensées elle-même n'était rien, juste l'expression mentale en laquelle il voulait croire. Celle qui le rendait dure, froid. Celle qui l'empêchait de souffrir.
Mais les sentiments étaient pourtant toujours là, tapis dans l'ombre, prêt à surgir d'un instant à l'autre, prêt à l'engloutir tout entier. Ils étaient là, et inexorablement, ils le rongeaient de l'intérieur. Ils le rongeaient par le remord, par les sanglots amer du passé, par la douleur de sa propre noirceur. Mais Vladimir ne voulait pas se laisser faire. Non. Non, il voulait se battre. Non, il ne laisserait son corps à personne. Non, ceci lui appartenait. Et il était résolu à défier la cause de sa souffrance, à l'abattre, l'abattre comme il l'aurait fait avec un humain, comme il le faisait chaque jours depuis une éternité. Mais justement, il n'y arrivait pas. Ordinairement, il lui suffisait seulement de presser la gâchette, et tout était fini, or, précisément, seul sa noirceur semblait faire un quelconque effet sur sa conscience. La repoussant, doucement, toujours doucement, trop doucement.
Et Vladimir était déterminé à continuer sur cette voie, dans son esprit tout était clair : Provoquer ses émotions étaient la meilleure façon de les pousser à le laisser tranquille. Continuer à s'enfoncer dans le mensonge, poursuivre cette existence fausse et dénudé de sens, seuls étaient ses souhaits.
C'est ainsi qu'il se releva tant bien que mal, adossé contre le mur et plantant ses yeux dans ceux d'Elisabeth avec arrogance. Cependant, Vladimir avait minutieusement étudier la situation avant de tenter une approche si directe : Akira était prête, et lui, était désormais libre, il ne craignait plus rien.
" Qu'est ce qu'il y a ? Comment ça tu peux pas me tuer ? Je t'en pris ... Tu as peur de passer pour une lâche au yeux de tes très cher citoyen que je prends un plaisir immodéré à massacré ou alors tu as peur tout court ?
Vladimir ne pensait pas un traitre mot de ce qu'il venait de dire mais il savait que ceci achèverait sa prudence.


_________________

Cadooww ♥:
 

Plus de signa ?:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://x--inspiration--x.skyrock.com/
Elisabeth Sanlejos
• Admin folle à lier ... ♥


Messages : 3738
Date d'inscription : 02/03/2011

Votre perso :
Age des personnages: 27 ans
Dieu: Ioannis
Relations: Angel>>a sauvé a vie, menace de la tuer; Vlad>> petit ami FR>> elle le hait, et fait tout pour le tuer Mia>>veut la mettre en prison

MessageSujet: Re: [Fini] Lorsqu'une tentative d'assassinat manque de se finir au poste ... [ PV: Lawrence & Elisabeth]   Ven 18 Mar 2011 - 17:34



Elisabeth le regardait souffrir. Et elle s'obligea à ne pas s'en réjouir. Elle se concentra sur le visage de son père. Cela la calma Mais l'homme se releva et la regarda avec une fierté qui fit s'envoler son calme et sa patience:

" Qu'est ce qu'il y a ? Comment ça tu peux pas me tuer ? Je t'en pris ... Tu as peur de passer pour une lâche au yeux de tes très cher citoyen que je prends un plaisir immodéré à massacré ou alors tu as peur tout court ?

Ces phrases finirent de balayer son sang froid. Elle, avoir peur? Elisabeth Sanlejos avoir peur d'un truand désarmé et à moitié mort? La fureur l'envahit, semant la confusion dans son esprit. Elle avait l'impression que c'était le meurtrier de son père qui se tenait devant lui. Elle n'avait de mots pour qualifier ce qu'elle pensait de lui. Alors elle empoigna le bras dégoulinant de sang de son ennemi et pressa de toutes ses forces. Le liquide chaud coulait entre ses doigts et elle cria de toute la force de sa haine:

Tu penses que j'ai peur d'un sa*aud comme toi? A ton avis, j'ai peur? Ou c'est toi?

Elle finit par le lâcher pour lui envoyer un coup de poing sur le nez:

Ne dit jamais plus ça. D'ailleurs, tu va plus dire grand chose.

Il avait dépassé les limites. Peu importait maintenant qu'elle était en pleine rue ou de ne pas avoir l'air lâche. Cette homme méritait la mort, une mort bien pire que celle qu'elle allait lui donner. Alors, elle reprit son pistolet dans la main droite et le leva vers la tête de l'homme.

Adieu. Tu as trois secondes pour dire adieu à ce monde. C'est plus qu'en mérite un homme comme toi.

_________________

Merci Laure!
Spoiler:
 

Merci Helline!
Spoiler:
 

Merci Pauline!:
Spoiler:
 

Merci Fresh!:
Spoiler:
 

Et re-merci !
Spoiler:
 

Merci Lisabeth!
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir L. Adamovitch
♥ Fondatrice ♥


Messages : 1858
Date d'inscription : 14/11/2010
Localisation : Dans quel asile ? Au Vinatier bien sur !

Votre perso :
Age des personnages: 26 ans
Dieu:
Relations: • Heather : Ex-Chef tyranique et sadique x)• Lilyana : Amie• Fleur Rouge : ennemi juré• Elisabeth : sa chérie ♥• Angel : Sa protégée

MessageSujet: Re: [Fini] Lorsqu'une tentative d'assassinat manque de se finir au poste ... [ PV: Lawrence & Elisabeth]   Ven 18 Mar 2011 - 23:16



Et il sut qu'il avait vu juste lorsqu'elle saisit son bras blessé et le serra de toute ses forces en hurlant, hors d'elle :

" Tu penses que j'ai peur d'un sa*aud comme toi ? A ton avis, j'ai peur ? Ou c'est toi ?"

Lui ? Avoir peur ? C'était grotesque. Ridicule. Elle ne pesait pas ses mots. Cependant Elisabeth n'y allait pas de main morte, et la douleur ranimait en lui-même une haine qu'il avait cru enfoui depuis tant de temps que jamais il n'avait pensé qu'elle n'irradierait encore en lui un jour.
Brusquement elle le lâcha, et lui asséna un violant coup de poing au visage, percutant de plein fouet son nez qui émit un craquement sinistre. Vladimir posa instinctivement sa main dessus et découvrit qu'il saignait.

" Ne dit jamais plus ça, lâcha-t-elle froidement. D'ailleurs, tu vas plus dire grand chose."

Sur ces mots elle dégaina son révolver et le pressa contre son front.
En effet, elle se moquait désormais éperdument de se que pouvait penser les autres, tout se qui importait était de venger son père, quoi qu'il lui en coûte. Quel qu'en soit les conséquences.
Elle planta son regard glacial dans le sien. Il y lisait tant d'assurance qu'il en jubilait presque en imaginant sa tête lorsqu'elle découvrirait le subterfuge.

" Adieu. Tu as trois secondes pour dire adieu à ce monde. C'est plus qu'en mérite un homme comme toi. "

Trois secondes qu'elle allait amèrement regretter. Elisabeth posa son doigt sur la détente et au même moment Vladimir pris possession du corps d'Akira, laissant son ennemie dans le plus grand désarroi.

" Désolé ... J'ai pas le temps de jouer avec toi, gamine, lança-t-il avant de s'engouffrer dans une ruelle.

Vladimir savait qu'il était désormais hors de danger, son adversaire était loin de se douté de ce qu'il était. Même maintenant elle ne devait toujours pas avoir compris ce qui c'était produit. Comment aurait-elle pu le concevoir ne serait-ce qu'une seconde ? A ses yeux, les Esprits-Liés ne devaient être qu'une légende, d'un mythe parmi plein d'autre.
Mais Vladimir venait de jouer son joker. Désormais elle savait, elle savait tout. Enfin, presque. Elle connaissait son visage et sa nature, mais pas son identité. Ce qui en soit ne semblait qu'un détail parmi ces deux éléments et pourtant qui avait une réelle importance.
Quoi qu'il en soit, cette fille était gênante, il ne pouvait pas la laisser en vie.

_________________

Cadooww ♥:
 

Plus de signa ?:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://x--inspiration--x.skyrock.com/
Elisabeth Sanlejos
• Admin folle à lier ... ♥


Messages : 3738
Date d'inscription : 02/03/2011

Votre perso :
Age des personnages: 27 ans
Dieu: Ioannis
Relations: Angel>>a sauvé a vie, menace de la tuer; Vlad>> petit ami FR>> elle le hait, et fait tout pour le tuer Mia>>veut la mettre en prison

MessageSujet: Re: [Fini] Lorsqu'une tentative d'assassinat manque de se finir au poste ... [ PV: Lawrence & Elisabeth]   Sam 19 Mar 2011 - 22:42

Elisabeth était dépassé. Alors qu'elle allait le tuer, l'homme avait disparu.

" Désolé ... J'ai pas le temps de jouer avec toi, gamine

La voix venait de la louve. Elisabeth compris. C'était un Esprit Lié. Elle en avait beaucoup entendu parler, mais avoir toujours douté de leur existence. Maintenant elle savait. Et elle s'en mordait les doigts. Mais comment avait elle pu être si idiote?

Night, va y!

La panthère couru à la recherche de l'ennemi, Elisabeth derrière elle, moins rapide. Mais il avait pris une avance considérable pensant leur moment de stupéfaction et la lieutenante vit qu'elle ne pouvait le rattraper. Elle s’arrêta et hurla:

Je t'aurais! Ne crois pas pouvoir t'en sortir aussi facilement maintenant que je sais!

Quelques minutes plus tard, Night revenait dépitée. Elle avait perdu sa trace. C'était prévisible, mais Elisabeth s’énerva:

Mais quel couple d'idiotes on est! Laissez un gars pareil nous échapper! C'est...

Elle ne trouvait pas le mot pour qualifier ce qu'elle pensait et préféra donner un coup de pied dans un mur. La douleur lui rappela qu'elle était en plein milieu d'une rue et que les passants devaient la prendre pour une folle. Elle se contenta alors de jurer à voix basse:

Quand je te retrouverai, tu mourra.


_________________

Merci Laure!
Spoiler:
 

Merci Helline!
Spoiler:
 

Merci Pauline!:
Spoiler:
 

Merci Fresh!:
Spoiler:
 

Et re-merci !
Spoiler:
 

Merci Lisabeth!
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir L. Adamovitch
♥ Fondatrice ♥


Messages : 1858
Date d'inscription : 14/11/2010
Localisation : Dans quel asile ? Au Vinatier bien sur !

Votre perso :
Age des personnages: 26 ans
Dieu:
Relations: • Heather : Ex-Chef tyranique et sadique x)• Lilyana : Amie• Fleur Rouge : ennemi juré• Elisabeth : sa chérie ♥• Angel : Sa protégée

MessageSujet: Re: [Fini] Lorsqu'une tentative d'assassinat manque de se finir au poste ... [ PV: Lawrence & Elisabeth]   Ven 25 Mar 2011 - 22:55

Vladimir, le regard dans le vide, les muscles crispés, le visage indifférent, entra dans la cours du collège. Extérieurement, on aurait presque put penser que c'était un jour comme les autres, que comme à son habitude, il allait conserver son tempérament froid et distant, supportant incessamment les moqueries de ses camarades sans faillir. Mais il était troublé. Confus. Égaré. Il voulait hurler sa souffrance, hurler son désir immodéré d'agir.
Trop de souvenir. Trop de sang. Trop de mort. Il voulait être dans un rêve. Oui, il voulait sortir de ce cauchemars. Il n'arrivait pas à y croire, il n'arrivait pas à effacer ces images s'insinuant en lui-même comme une vision d'horreur, comme un arrière goût incessant.
Inlassablement, le film semblait tourner en boucle et en boucle dans son esprit, ressassant la terreur qu'il éprouvait à son souvenir.
Souvenir. Les souvenirs. Quelle invention cruelle. A cet instant il aurait juste voulu oublier. Oublier. Oublier tout. Jusqu'à sa propre existence si cela signifiait apaiser la douleur.
Il avait l'impression que chaque pas l'éloignait un peu plus de la réalité, que chaque pas était une nouvelle épreuve, presque un véritable défi. Le défi de tenir toujours debout même après tous les obstacle de la vie contre lesquels il avait trébuché.
Il voulait explosé, il voulait laisser déferler cette douleur empreinte de colère dans le monde, il voulait libérer la haine prisonnière au fond de lui-même, pour qu'elle dévore sa souffrance, qu'elle le détruise tout entier.
" Eh ! Lança quelqu'un d'un air moqueur, Vladimir alors comme ça tu ...
Du sang. Du sang sur le sol. Du sang de partout. Du sang, sur les corps inertes de ses parents. Du sang sur ses mains. Du sang. Du sang.
" Ferme là, lâcha Vladimir, contenant difficilement la colère dans sa voix.
" Mais c'est que ...
Ce furent les paroles de trop, Vladimir lui assena un violant coup de poing en plein visage, le projetant à terre.
Du sang. Toujours du sang. Plein de sang.
Il n'arrivait plus à s'arrêter, les coups partaient tout seul avec une force inouïe. La force de la frustration. De la haine. De la souffrance. Dans ses yeux brillait une lueur nouvelle, une lueur mauvaise, une lueur assassine.
Des cris terrifiés fusait de tout coté, mais Vladimir n'y faisait plus attention, seul comptait les souvenir ressassant inlassablement sa soif de mort, sa soif de haine. Il ne supportait plus. Il ne supportait plus ces images incessantes dans son esprit, tout ce sang, tout ce sang de partout, tout ce sang l'obsédant un peu plus chaque secondes de son existence. Il le désirait autant qu'il le craignait. Il voulait arracher la vie, autant qu'il le redoutait.


Vladimir posa sa main sur sa tête douloureuse. Tant de souvenir. Tant de sang. Tant de mort. Enfant, il c'était révéler plus instable que jamais, puis avait fini par trouver un équilibre en retirant tout sentiment de lui-même. Or désormais, il avait l'impression d'être revenu en arrière, revenu au temps où il était encore ce gosse égaré, frustré, désœuvré, dérouté, errant dans les couloirs de la vie à la recherche d'un peu d'amour. Mais sa quête s'était bien vite soldé par un échec, attisant progressivement une haine croissante pour le monde extérieur.
Il s'assit un instant vérifiant d'un bref coup d'œil vers la ruelle que personne ne l'avait suivit. Il avait mal à la tête. Il avait si mal à la tête ... Encore une fois, il ne savait plus où il en était. Face au danger, face à l'ennemi, il s'était montré fier, arrogant, froid et c'était ainsi qu'il voulait être. Non pas comme ce petit être adossé contre un bâtiment miteux en train de se battre contre lui-même, rongé par la douleur de souvenirs trop vifs.
Se calmer. Se calmer. Juste, se calmer.
Il pris le temps de reprendre son souffle et de remettre un peu d'ordre dans ses pensées. Non. Il n'avait pas le temps de s'apitoyer sur son sort, ni sur celui de quiconque. Tant que Elisabeth Sanlejos aurait la vie sauve, la sienne serait menacée, il n'avait pas le droit à l'erreur. Quoi qu'il lui en coûte, il devait l'éliminer. Il songea un instant à cette ressemblance qui les liait autant qu'elle les opposait, avant de chasser cette pensée aussitôt : Ils étaient nés ennemis, ils avaient choisis depuis toujours deux voies distinctement différentes, deux voies qui les mèneraient quoi qu'il arrive toujours à une guerre sans merci. Une guerre à laquelle Vladimir était résolu à ressortir victorieux.
Il prit aussitôt son portable et composa le numéro d'Heather, il avait un plan.
" On a un problème. Un gros problème. Lâcha-t-il, allant droit au but comme à son habitude. Elisabeth Sanlejos m'a arrêté alors que j'enlevais l'homme que vous réclamiez. J'ai pu m'en sortir quasiment indemne mais plus grave : Pour la déstabilisé, j'ai dû la pousser à bout, ainsi elle connait désormais mon visage, ma nature et sait que je fais parti de la mafia."
Vladimir enchaina immédiatement, ne lui laissant pas le temps de lui reprocher ses tords.
" Il faut donc l'éliminer rapidement et j'aimerais m'en occuper personnellement. Trouvez moi une amie de Sanlejos et le numéro personnel de la lieutenante le plus rapidement possible. Ha oui, dites à Fleur Rouge qu'il participera également à cette opération. Je vais régler ce problème, très rapidement, vous n'entendrez plus jamais parler de cette emmerdeuse.

_________________

Cadooww ♥:
 

Plus de signa ?:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://x--inspiration--x.skyrock.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Fini] Lorsqu'une tentative d'assassinat manque de se finir au poste ... [ PV: Lawrence & Elisabeth]   Aujourd'hui à 9:51

Revenir en haut Aller en bas
 
[Fini] Lorsqu'une tentative d'assassinat manque de se finir au poste ... [ PV: Lawrence & Elisabeth]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chavez soupconne une tentative d'assassinat contre sa personne
» Algérie • Ca manque de rebeu ici • Fini
» La Diaspora pèche par son manque d'organisation vrai ou faux
» Lorsqu'un orage arrive [Pv Barry]
» Quand on manque d'argent .. [PV Yozora]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
United by Fate :: Tamthia :: • La Place centrale •-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit