AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Fini] Un acteur ne doit pas se prendre au jeu [PV : Elisabeth]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vladimir L. Adamovitch
♥ Fondatrice ♥


Messages : 1858
Date d'inscription : 14/11/2010
Localisation : Dans quel asile ? Au Vinatier bien sur !

Votre perso :
Age des personnages: 26 ans
Dieu:
Relations: • Heather : Ex-Chef tyranique et sadique x)• Lilyana : Amie• Fleur Rouge : ennemi juré• Elisabeth : sa chérie ♥• Angel : Sa protégée

MessageSujet: [Fini] Un acteur ne doit pas se prendre au jeu [PV : Elisabeth]   Dim 7 Aoû 2011 - 16:00

Vladimir écoutait d'une oreille distraite ces idiots de gosse de riches raconter leurs "exploits" et exhiber leur argent, tandis qu'il cherchait vaguement la porte qui allait le mener au bureau des Spencer. En effet, il n'était pas à cette immense réception de milliardaires exécrables pour bavarder ou prendre du bon temps, mais bel et bien pour une mission. Son but ? Trouver un indices dans le bureau de Kyle Spencer qui lui permettrait de prouver qu'il était l'un des client de la Mafia, ce qui était quasi certain. La première chose à faire s'il ne trouvait rien serait de mettre des micros et leur ligne sur écoute, au cas où. Mais Vladimir savait l'organisation bien trop prudente pour se déplacer directement dans le bureau, le rendez-vous sera plutôt fixé dans un lieu publique, or il n'était pas impossible qu'une information soit délivré en ce lieu, étant donné que c'était exclusivement celui du maître de maison et que personne n'était sans doute autorisé à y entrer. Cependant l'immense fête organisé dans la salle principale occuperait sans doute la plupart des domestiques et Vladimir doutait que des caméras de sécurité soit installé à l'intérieur même de la maison, car, ayant longuement étudier le plan de la gigantesque demeure, il savait que le bureau se trouvait tout proche des chambres et la famille Spencer n'aurait sans doute pas toléré la violation de leur vie privé.
Il tenta de se remémorer mentalement le plan de la maison qu'il avait appris par coeur et repéra rapidement la porte qu'il allait devoir emprunter pour fouiller la pièce. Encore quelques minutes d'ennui, le temps que tout le monde s'alcoolise encore un peu et il pourrait discrètement se retirer, juste de quoi échapper au bal ...

" Encore un verre, M. Watson ? Et vous Mlle. Parker ? Proposa l'homme.

Vladimir déclina poliment l'offre tandis que "Mlle. Parker" accepta. Le champagne, il en avait eu sa dose ... Il était vacciné pour un petit moment. Cependant cette remarque lui rappela qu'Elisabeth était à son coté, serrer contre lui comme un parfait petit couple ... Le seul petit détail dérangeant c'est qu'il ne l'était justement pas. Du moins pas vraiment, seulement dans leur couverture.
La discutions avec l'homme dura encore une bonne trentaine de minutes pendant lesquels Vladimir comme Elisabeth passèrent leur temps à l'écouter avec un intérêt feint qui se soldait par l'exhibition de l'ego débordant de l'autre abruti. Puis, quand ils se furent enfin débarrassé de celui-ci, ils se dirigèrent d'un commun accord vers la porte, sans même avoir à se consulter. A leur plus grand soulagement, personne ne les vit, tous semblait trop occupé à écouter Spencer annoncer le début du bal - heureusement, Vladimir y avait échappé, s'il y avait une chose qu'il ne savait pas faire, c'était bien danser. Dès lors qu'ils pénétrèrent dans le longs couloirs, ils furent frappé par la richesse excessive de leur environnement, Vladimir ne s'y sentait pas du tout à sa place et c'était une impression sérieusement désagréable. Cependant ils continuèrent leur chemin, toujours sans un mot, sachant l'un comme l'autre où il allait et s'assurant qu'il n'y avait personne. Inutile d'attirer davantage l'attention. Le bureau n'était pas très loin de la salle de réception, pourtant le temps qui s'écoulait paraissait s'écouler terriblement lent, figer par la tension. S'il était découvert, il serait pris les mains dans le sac ... Ils auraient beau prétexter une exploration des toilettes raté, au stade où ils en étaient, ce serait une bien maigre excuse qui ne manquerait pas d'être remise en question et à raison ; les WC était indiqué bien en évidence dans la salle de réception, il aurait fallut être aveugle pour se tromper de porte et il était ici dans la partie privé de la maison ; s'il était découvert, ils pouvaient dire adieu à leur couverture et, très certainement, à leur vie par la même occasion.
Vladimir retint son souffle lorsqu'il fut devant la porte du bureau, jeta un dernier regard autour de lui, s'assura qu'il n'y avait personne à l'intérieur et entra en saisissant sa lampe de poche - mieux valait ne pas attirer l'attention de quelconque domestiques susceptibles de passer dans le coins. Quand il pénétra dans la pièce il découvrit un large bureau sur lequel jonchait un certain nombre de papier dans l'ensemble assez bien ordonné. Tout dans la salle était d'un propreté impeccable et rangé méticuleusement.

" Ok ... murmura-t-il. On a du boulot."

Sans plus argumenter, il chercha du vaisseau de sa lampe les endroits les plus susceptibles de cacher des dossiers absolument confidentiel. Il repéra aussitôt un tiroir cadenassé et entreprit de le forcer ; bien qu'un peu imposant au premier abord, il ne fut pas difficile et s'ouvrit sans trop de résistance. Une petite montage de paperasse y résidait à l'intérieur et ceci acheva de décourager Vladimir. ça allait lui prendre un temps fou d'éplucher tous ces dossiers, surtout que la plupart ne contenait sans doute pas ce qu'il cherchait ... Il soupira et se résigna à en prendre un. Rien. Il en pris un autre, puis encore un autre et ... Rien à faire, il n'y avait rien dans ces documents, tout était en règle. Vladimir continua encore pendant une bonne trentaine de minutes et plus les échecs s'accumulait, plus la tension opérait en lui et le rendait nerveux.

" Eh merde, lâcha-t-il à voix basse. Y'a vraiment rien du tout sans ce putain de casier... "

Il commençait sérieusement à perdre son sang-froid, anxieux en songeant au temps qui passait. Il envisagea alors de passer ses nerfs sur une autre étagère et s'accroupit pour l'atteindre. Saleté de Mafia, saleté de clients, saleté de bureau ... C'était pas possible ça ! Spencer était pourtant l'un de leur client, il en était certain ... Mais où pouvait-il bien cacher ses contrats !?

[Bon je laisse à Elisabeth la chance de mettre un peu d'ambiance xDD Tu t'arrête au moment où ils entendent quelqu'un qui approche, non ? Genre l'un des deux fait tomber un truc ou hausse trop le ton, non ?]

_________________

Cadooww ♥:
 

Plus de signa ?:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://x--inspiration--x.skyrock.com/
Elisabeth Sanlejos
• Admin folle à lier ... ♥


Messages : 3738
Date d'inscription : 02/03/2011

Votre perso :
Age des personnages: 27 ans
Dieu: Ioannis
Relations: Angel>>a sauvé a vie, menace de la tuer; Vlad>> petit ami FR>> elle le hait, et fait tout pour le tuer Mia>>veut la mettre en prison

MessageSujet: Re: [Fini] Un acteur ne doit pas se prendre au jeu [PV : Elisabeth]   Dim 7 Aoû 2011 - 18:39

(j'ai changer le titre c'est déjà mieux que rien. non? xD)

Elisabeth était avec Vladimir en train d'écouter un gars tout à fait inintéressant qui disait des choses tout à fait inintéressantes. Si elle n'avait pas été aussi tendue, elle se serait certainement endormie tant il était passionnant. Elle se demandait si on pouvait vraiment vivre comme ça. On lui aurait proposé d'être millionnaire et de pouvoir assister tous les jours à des soirées aussi luxueuses et ennuyantes que celle là qu'elle aurait préféré se pendre. Mais le moment n'était ni au pendaisons ni aux réflexions, elle devait rester absolument concentrée. Elle était sur un fil et ne se retenait qu'à son sourire et ses talents d'actrice, un seul faux pas et s'était la mort -de la mission, et d'elle même aussi certainement.

" Encore un verre, M. Watson ? Et vous Mlle. Parker ? Proposa l'homme. "

Vladimir refusa, ce qui l'amusa un peu. Elle était sûre qu'il ne toucherait pas à un verre de champagne avant un bon moment. Elle même accepta, pour la couverture, elle n'avait pas envie de boire. L'homme-dont elle avait déjà oublié le nom- leur parla encore pendant une bonne demi-heure, et Elisabeth laissa quelque peu ses pensées vagabonder, ne répondant que par des 'en effet', 'vous avez raison' et autre phrase qui ne veulent rien dire. Elle pensait à Vladimir, juste à coté de lui. Leur promiscuité était la dernière, la mission était bientôt finie. Et même si cela lui apportait soulagement, elle en était un peu triste. Pour des raisons qu'elle refusait absolument d'admettre, même si elle les connaissait.
Enfin, l'ennuyeux s'en alla et aussitôt Elisabeth revint à la réalité. Ce qu'il comptait, c'était choper ce salaud de Spencer, qui était presque à coup sûr un gros client de la Mafia. Sans même avoir à se parler, elle et Vladimir se dirigèrent vers la porte qui les mèneraient à son bureau, et peut être à des preuves contre lui. Elisabeth se rappelait de chaque pièce, chaque couloir et chaque porte du bâtiment dont elle avait apprit le plan par coeur. Plus ils s'éloignait de la fête, plus ils leur devenait difficile de se justifier s'il était découverts. En fait, ils leur était tout à fait impossible à présent. S'ils se faisaient voir, ils ne pouvait que s'enfuir ou assommer celui qui les avaient découvert.
Enfin, ils entrèrent dans le bureau de Spencer.

" Ok ... murmura Vladimir. On a du boulot."

Elisabeth l'inspecta d'abord du regard pour trouver les cachettes, puis se mit au travail pendant que Vladimir s'occupait des tiroirs du bureau. Elle souleva les quelques tableaux à la recherche d'un coffre, puis chercha dans la bibliothèque si un livre ne contenait pas de documents. Rien, nul part. Son coéquipier ne semblait pas avoir plus de chances que lui.

" Eh merde, lâcha-t-il à voix basse. Y'a vraiment rien du tout dans ce putain de casier... "
- On continue."

Remarquant un grand atlas ancien qui semblait légèrement déplacé en haut de la bibliothèque, elle se mit sur la pointe des pieds pour l'attraper. Tendant les doigts, elle réussit à les refermer sur sa tranche. Elle tira doucement, puis avec plus de force... et se retrouva par terre. Le livre lui tomba sur la tête avant de rebondir au sol. Sans réfléchir, elle s'écria:

"Putain de merde de bouquin!"

Elle avait une énorme bosse sur le front qu'elle massait en pestant beaucoup trop fort.

(désolé c'est... euh je risque quoi? lol si tu pense que ça suffit pas comme bruit vlad peu l'engueuler)

_________________

Merci Laure!
Spoiler:
 

Merci Helline!
Spoiler:
 

Merci Pauline!:
Spoiler:
 

Merci Fresh!:
Spoiler:
 

Et re-merci !
Spoiler:
 

Merci Lisabeth!
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir L. Adamovitch
♥ Fondatrice ♥


Messages : 1858
Date d'inscription : 14/11/2010
Localisation : Dans quel asile ? Au Vinatier bien sur !

Votre perso :
Age des personnages: 26 ans
Dieu:
Relations: • Heather : Ex-Chef tyranique et sadique x)• Lilyana : Amie• Fleur Rouge : ennemi juré• Elisabeth : sa chérie ♥• Angel : Sa protégée

MessageSujet: Re: [Fini] Un acteur ne doit pas se prendre au jeu [PV : Elisabeth]   Dim 7 Aoû 2011 - 20:21

[Ouai il est super (Y)]

- On continue, lâcha Elisabeth.

Comme s'il avait l'intention de s'arrêter ... Vladimir referma un peu trop brusquement le tiroir à son goût, produisant un petit son sec et se releva à la recherche d'un nouvel endroit à fouiller. Il inspecta le bureau tout en sachant que c'était une perte de temps, ce n'était pas comme si Spencer allait laisser son contrat bien en vu de tous ... Mais parfois les indices les plus difficile à trouver pouvait être sous son nez ... Sans grand espoir, il souleva un petit tas de papier, qu'il feuilleta un instant puis reposa. Il n'était pas dans un film, il n'allait pas découvrir une trappe secrète sous le bureau ou un bouton qui ouvrirait une porte dans le mur ...
Puis brusquement, un fracas assourdissant fit sursauter Vladimir et son coeur fit un bon dans sa poitrine. Il se retourna et compris à la façon dont Elisabeth se massait la tête et au gigantesque atlas étalé par terre, que la lieutenante venait de faire tomber un livre du haut de la bibliothèque.

"Putain de merde de bouquin ! Jura-t-elle avec force.

Le coeur de Vladimir mit quelques secondes à retrouver un rythme normal, mais ce qu'il lança lui échappa complètement, encore sous le coup de la peur.

" Elisabeth tu pourrais pas ... "

Il se tut brusquement et se figea. Des pas. Des bruits de pas ... Quelqu'un ! Il chercha du regard une cachette ou un quelconque endroit où il aurait put se faufiler mais c'était peine perdu. A deux dans ce bureau simple et ordonné, ils n'avaient aucune chance ; si l'homme ouvrait la porte, ils étaient fichu. La seule chose à faire pour l'instant, c'était ne plus faire un geste, plus un bruit ...

" Est-ce qu'il y a quelqu'un ? Lança une voix.

Cette fois-ci le sang de Vladimir ne fit qu'un tour ; c'était sur, il allait ouvrir la porte, il allait pénétrer dans la pièce et les prendre la main dans le sac... Il allait appelé la sécurité et ils seraient tué sur-le-champs ... Sans réfléchir plus longtemps, il rangea précipitamment sa lampe de poche et lança celle d'Elisabeth sous le bureau. Et là, son corps réagit tout seul, contrôlé par deux sentiments opposé : l'un qu'il voulait oublier, dont il voulait ignorer l’existence et l'autre qui était le seul qui comptait. Oui, c'était le seul. C'était son esprit professionel qui avait raison, c'était la seule façon de s'en sortir et pourtant ... S'il mourrait il voulait faire une dernière chose, une seule, celle que lui dictait son coeur, celle qui le tiraillait depuis trop longtemps sans même le savoir. Alors, il poussa Elisabeth contre la bibliothèque en l'enlaçant et ... L'embrassa. Il y avait certainement meilleur baiser que celui là et pourtant Vladimir s'étonna lui-même de s'en sortir. Peut-être parce que c'était son coeur qui l'avait prédit, peut-être était-ce à cause de la menace de mort qui planait sur eux... Pourtant il avait compris la vérité dès lors que leurs lèvres s'étaient frôlées. Dès lors que cette chaleur intense l'avait pénétré et transporté d'un état de bien-être inconnu. Inconnu mais incroyablement fort. Vladimir en avait presque oublié la situation désespéré dans laquelle ils étaient, non, à cet instant, plus rien ne comptait plus qu'Elisabeth. Cette fille qu'il avait d'abord tant haït, cette fille qu'il avait tant voulu tué et qui elle-même l'avait maudit tant de fois ... Ce temps lui paraissait si loin. Si absurde ... Mais elle avait aussi été cette fille en qui il avait vu une lueur d'espoir, cette fille froide et professionnelle qui ne s'attachait pas. Et pourtant, il connaissait la vérité. Il la connaissait.
Oui, au fond de lui, il le savait.
Il l'aimait.

_________________

Cadooww ♥:
 

Plus de signa ?:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://x--inspiration--x.skyrock.com/
Elisabeth Sanlejos
• Admin folle à lier ... ♥


Messages : 3738
Date d'inscription : 02/03/2011

Votre perso :
Age des personnages: 27 ans
Dieu: Ioannis
Relations: Angel>>a sauvé a vie, menace de la tuer; Vlad>> petit ami FR>> elle le hait, et fait tout pour le tuer Mia>>veut la mettre en prison

MessageSujet: Re: [Fini] Un acteur ne doit pas se prendre au jeu [PV : Elisabeth]   Dim 7 Aoû 2011 - 21:09

(je surkiff ce que tu as écris)

Elle ne comprit absolument pas ce qu'il se passait quand il dit:

" Elisabeth tu pourrais pas ... "

Encore étourdie par le choc, la lieutenante le regardait sans comprendre, massant toujours sa bosse. Tout à sa douleur et à la recherche de ce que voulait dire Vladimir, elle n'entendit même pas que quelqu'un approchait. Elle vit avec incompréhension son coéquipier ranger sa lampe de poche et lancer la sienne sous le bureau, et c'était avec une stupéfaction encore plus grande qu'elle le vit la pousser contre la bibliothèque et l'embrasser. Dès que les lèvres de Vladimir touchèrent les siennes, elle admit l'idée qu'elle avait toujours repoussée jusqu'alors. Elle l'aimait. Elle aimait Vladimir comme jamais elle n'avait aimé, et il était en train de faire ce dont elle rêvait depuis un moment déjà, sans jamais vouloir se l'admettre. Elle l'aimait. Et alors qu'elle avait toujours cru qu'il ne la considérait que comme une coéquipière, il était en train de l'embrasser. Et même si ce n'était pas le meilleur baiser qu'elle n'ait jamais eu, elle était incroyablement heureuse et amoureuse. Elle l'aimait, il l'aimait, c'était la chose la plus merveilleuse qu'il ne lui était jamais arrivée. Comment avait elle pu haïr cet homme? Comment avait elle douter de lui? À ce moment là, elle aurait donné sa vie à Vladimir sans rien demander. C'est alors qu'elle entendit le cliquetis d'une poignée qui s'ouvrait. Et c'est avec effroi qu'elle comprit que quelqu'un entrait, quelqu'un qui avait du être alerté par le bruit qu'elle avait fait. Et que Vladimir avait entendu arriver. Le monde s'écroula autour d'elle. Il ne l'aimait pas. Il n'avait fait cela que pour la mission. Uniquement pour ça, pour sauver sa peau et se venger de Heather. Il ne l'aimait pas. Ce baiser n'était qu'un mensonge, un mensonge comme tout ce dont elle avait cru. Il ne l'aimait pas. C'était la seule chose à laquelle elle pouvait penser, à cet instant là on aurait put lui tirer une balle dans le coeur qu'elle n'aurait pas réagit. Au contraire, elle aurait été reconnaissante.

"Hum hum. Heu... monsieur, madame? Vous... savez que c'est un bureau privé ici?"

Elisabeth repoussa Vladimir. Elle regarda l'homme qui se tenait dans la porte, très gêné. Il devait être un serveur ou un domestique quelconque des Spencer. Elle articula avec difficultés:

"Heu... Oui... On était juste... on s'en va."

Sans jeter un regard vers Vladimir -elle n'aurait put le supporter sans réagir- elle sortit, poussant presque l'homme qui ne s'était pas écarté à temps. Elle marcha en direction de la fête mais s'arrêta une fois qu'elle était hors de portée d'oreille de l'homme. Là, elle osa enfin regarder Vladimir, et attendit ses explications.

_________________

Merci Laure!
Spoiler:
 

Merci Helline!
Spoiler:
 

Merci Pauline!:
Spoiler:
 

Merci Fresh!:
Spoiler:
 

Et re-merci !
Spoiler:
 

Merci Lisabeth!
Spoiler:
 



Dernière édition par Elisabeth Sanlejos le Dim 7 Aoû 2011 - 21:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir L. Adamovitch
♥ Fondatrice ♥


Messages : 1858
Date d'inscription : 14/11/2010
Localisation : Dans quel asile ? Au Vinatier bien sur !

Votre perso :
Age des personnages: 26 ans
Dieu:
Relations: • Heather : Ex-Chef tyranique et sadique x)• Lilyana : Amie• Fleur Rouge : ennemi juré• Elisabeth : sa chérie ♥• Angel : Sa protégée

MessageSujet: Re: [Fini] Un acteur ne doit pas se prendre au jeu [PV : Elisabeth]   Dim 7 Aoû 2011 - 22:24

[Ce rp est une vrai petite merveille xD ça s’enchaîne vraiment bien, j'adore notre rp Very Happy]

Un petit cliquetis ce fit entendre et l'homme entra.

"Hum hum. Heu... monsieur, madame? Vous... savez que c'est un bureau privé ici?"

Elisabeth le repoussa brusquement. Beaucoup trop brusquement à son goût. Il aurait voulu lui dire de rester contre lui, il aurait voulu lui dire qu'il l'aimait, qu'elle était la seule qu'il ait jamais aimé, mais elle semblait être furieuse. La réalité s'imposa à lui avec difficulté ; elle ne l'aimait pas. Non, elle avait détesté ce moment qu'il avait trouvé si merveilleux. Chaque seconde qu'elle avait passé avec lui en tant que Rosalie Parker n'avait été qu'un mensonge, un mensonge pure et dur, qu'une illusion qu'il avait été le seul à partager. Vladimir accusa le coup du mieux qu'il put.

"Heu... Oui... On était juste... on s'en va."

Sans un regard à son égard, elle se précipita à l’extérieur manquant de bousculer le domestique. D'un pas aussi pressé que furieux, elle marcha en direction de la réception mais s'arrêta en chemin. Enfin, elle daigna croiser son regard et son coeur en fut comme transpercé ; dur et froid comme la glace, ses yeux brillaient de colère et de rage. Il ne l'avait jamais vu si furieuse de sa vie et pourtant Vladimir sut d'instinct qu'elle attendait une explication. Il ne pouvait pas lui dire, non il ne pouvait pas ... S'il le faisait, il se ferait écorcher vif. Comment avait-il pu imaginer un seul instant que ce sentiment puisse être réciproque ? Elle, Elisabeth Sanlejos, tomber amoureuse ? Impossible. Et qui est plus, de son ex-pire ennemi ? Inconcevable. Il n'était qu'un pion entre ses mains, qu'un pion parmi plein d'autre, un pion qu'elle n'avait traité ni plus ni moins comme n'importe lequel de ses coéquipiers. Car personne ne l'avait jamais considéré autrement. Il n'était rien pour elle. Il mourrait d'envi de lui dire, lui dire qu'il l'aimait, qu'il l'aimait de cette façon immodéré et démesuré, qu'il brûlait de cet amour inconditionnel contre lequel il ne pouvait lutter ... Mais il avait trop peur de compromettre leur relation, il voulait rester à son coté le plus longtemps possible, il voulait mourir à son coté, même si ça devait être de sa main. Mais si elle l'apprenait, elle refuserait qu'il l'accompagne lors de ses missions. Elle ne voudrait plus de lui. Et cette pensée lui était insupportable. Il fit de son mieux pour empêcher sa voix de trembler et lâcha de la façon le plus neutre possible :

" Je ... Désolé ... C'était la seule solution ... Ne m'engueule pas, ça nous a sauvé la vie."

ça t'as sauvé la vie.

_________________

Cadooww ♥:
 

Plus de signa ?:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://x--inspiration--x.skyrock.com/
Elisabeth Sanlejos
• Admin folle à lier ... ♥


Messages : 3738
Date d'inscription : 02/03/2011

Votre perso :
Age des personnages: 27 ans
Dieu: Ioannis
Relations: Angel>>a sauvé a vie, menace de la tuer; Vlad>> petit ami FR>> elle le hait, et fait tout pour le tuer Mia>>veut la mettre en prison

MessageSujet: Re: [Fini] Un acteur ne doit pas se prendre au jeu [PV : Elisabeth]   Lun 8 Aoû 2011 - 11:46

(j'adoooore! Very Happy)

" Je ... Désolé ... C'était la seule solution ... Ne m'engueule pas, ça nous a sauvé la vie."

Le dernier petit espoir d'Elisabeth s'envola. Il n'avait fait ça que pour sauver leur vie. Il n'avait rien eu de plus que ça. Et pourtant, elle y avait tellement cru! Cela augmenta encore ça colère. Vladimir n'était et n'avait jamais été qu'un coéquipier qui s'était approchée d'elle dans le seul but de détruire la Mafia. Ce n'était pas Elisabeth Sanlejos à qui il était venu il y a un soir lointain, mais la lieutenante de la Force, la personne qui pouvait le plus l'aider. Il s'en fichait bien d'elle, seul importait son désir de détruire la Mafia. Et elle... elle s'était laissé prendre à son jeu, elle avait cru qu'il l'aimait, alors qu'il ne faisait qu'essayer de sauver sa peau. Elle se sentait trahie, trompée. Elle cela ajouta encore à sa fureur, de telle façon qu'elle hurla sans réfléchir:

"Comment t'as pu faire ça?! T'avais pas le droit! Tu pouvais pas me faire ça!"

Un instant elle voulut le gifler, mais elle suspendit son geste. Elle était absolument incapable de le frapper. Malgré tout, elle l'aimait encore bien trop pour ça, malgré son envie de le voir rôtir en enfer, elle aurait était incapable de l'y envoyer. Elle laissa sa main retomber et tourna les talons. Des larmes de rage contre Vladimir et contre elle même coulaient sur ses joues, et elle voyait à peine où elle allait. Elle s'en fichait, elle voulait juste partir, partir loin, ne plus jamais le revoir. L'oublier si elle en était capable, ou sinon le haïr, le haïr comme au début.
Arrivée au bout du couloir, elle poussa une porte et arriva dehors sans s'en rendre compte. Elle continua à marcher, ses talons claquant avec colère sur le trottoir, ne faisant aucunement attention à ce qui l'entourait. Elle prit une ruelle, puis une autre, et ce ne fut que quand elle arriva au bout du impasse qu'elle se demanda où elle était. Elle sécha ses larmes du revers de la main et se retourna. Quatre hommes barraient le chemin, la regardant avec sadisme. Comprenant le danger, Elisabeth mit aussitôt sa main à sa ceinture. Et ne toucha que sa robe. Son arme était à l'hôtel, impossible de le dissimuler sous une robe de soirée. Elle n'avait qu'un poignard plat, attaché le long de sa cuisse. Avant qu'elle ne puisse faire un geste de plus, l'home qui se trouvait juste devant elle sortit un revolver qu'il braqua sur elle.

"On ne bouge pas ma jolie."

Elisabeth se figea tandis qu'ils commencèrent à l'encercler. Les trois autres hommes avaient sortis des couteaux et la regardait d'une manière qui fit frissonner la lieutenante. Elle sentait sa dernière heure venue, sa dernière minute. L'homme au revolver s'approcha encore d'elle et elle eut un pas de recul.

"J'ai dis on bouge pas. Mademoiselle va fouiner dans les affaires des autres, alors qu'elle ne s'étonne pas que ça finisse mal pour elle."

Elisabeth ferma les yeux, attendant la balle qui mettrai fin à sa trop courte vie. Elle pensa une dernière fois à Vladimir, espérant qu'il ne se ferait pas tuer. Il devait survivre. Alors que la mort était là, lui tendant la main pour qu'elle la prenne, elle ne pouvait que penser à Vladimir L'homme s'apprêta à appuyer sur la gâchette. Elisabeth ne bougea pas, attendant la mort presque avec calme. Elle ne pouvait plus que se résigner. La balle ne vint pas.

_________________

Merci Laure!
Spoiler:
 

Merci Helline!
Spoiler:
 

Merci Pauline!:
Spoiler:
 

Merci Fresh!:
Spoiler:
 

Et re-merci !
Spoiler:
 

Merci Lisabeth!
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir L. Adamovitch
♥ Fondatrice ♥


Messages : 1858
Date d'inscription : 14/11/2010
Localisation : Dans quel asile ? Au Vinatier bien sur !

Votre perso :
Age des personnages: 26 ans
Dieu:
Relations: • Heather : Ex-Chef tyranique et sadique x)• Lilyana : Amie• Fleur Rouge : ennemi juré• Elisabeth : sa chérie ♥• Angel : Sa protégée

MessageSujet: Re: [Fini] Un acteur ne doit pas se prendre au jeu [PV : Elisabeth]   Lun 8 Aoû 2011 - 18:07

[Je t'aime Marie //SBAFF]//

Vladimir s'attendait à la voir se calmer légèrement, rassurée qu'il ne se soit rien passé entre eux, mais il se produisit exactement le contraire.

"Comment t'as pu faire ça?! Hurla-t-elle. T'avais pas le droit! Tu pouvais pas me faire ça!"

Elisabeth s'approcha furieusement de lui et s'apprêtait à le gifler mais suspendit son geste au dernier moment. Vladimir resta muet de surprise et d'incrédulité ; pourquoi ne l'avait-elle pas frappé ? Pourquoi avait-elle hésiter à le faire ? Il ne comprenait pas. Il ne comprenait plus. Plus rien. Était-ce si horrible que ça de se faire embrassé par quelqu'un comme lui ? Cela la gênait-elle à ce point là ? Après tout elle avait bien passé des jours à lui répéter de ne pas la toucher et à s'énerver sur lui pour un rien, alors ce n‘était pas impossible.
Sa main retomba contre sa hanche et elle se détourna sans un mot. L'espace d'une seconde, Vladimir crut discerner une larme couler le long de sa joue, mais ce n'était encore qu'une illusion qu'il s'était inventé. Oui, ça ne pouvait pas être autrement. Il n'avait jamais vu Elisabeth pleurer et il ne le verrait jamais, car elle n'éprouvait pas le moindre sentiment à son égard. Car il n'était rien pour elle.
Elisabeth marchait d'un pas vif et rapide, comme soucieuse de fuir ce qu'il venait d'arriver, Vladimir aurait voulu l'appeler, la retenir, mais il était complètement décontenancé par la tournure qu'avait prise les évènements, et puis qu'aurait-il bien pu lui dire ? Il resta planté là plusieurs secondes, incapable de faire un geste. Quelque secondes qui furent une véritable torture pour lui. Il n'avait jamais connu ça, c'était un sentiment puissant qu'il avait cherché à se cacher et qui désormais occupait la moindre de ses pensées. Non, il ne connaissait pas ça.
Puis Vladimir réagit enfin ; il devait retrouver Elisabeth. Il devait le faire, quitte à lui dire la vérité. Quitte à tout foutre en l’air. Alors sans plus attendre il se jeta vers la sortie et la chercha du regard. Mais celui-ci de se posa pas sur la silhouette mince et effilé de le jeune fille mais sur un homme armé qui avait brandit son révolver sur lui. Il se figea.
« Plus un geste ou je tire, lança-t-il sur un ton qui n’attendait pas refus.
- Qu’est-ce que vous attendez de moi ? Se défendit tout de même Vladimir, prudent.

L’homme sourit.
- Oh ne t’inquiète pas, je n’attends rien de toi, juste de me laisser faire mon boulot et je te promet que ça ne sera pas long, n’est-ce pas M. Le fouilleur ? Ou devrais-je dire, M. Adamovitch, c’est bien cela ?
Vladimir se crispa davantage, qui était ce type ? Mafia ? Un homme de main de Spencer ? Et … Qu’en était-il d’Elisabeth ? Avait-elle aussi été appréhendée ?
- Et pour ce qui est de ta chère petite lieutenante, ne compte pas trop sur elle pour te venir en aide …
Le sang de Vladimir se glaça. Elisabeth. Ils avaient eu Elisabeth. Cette fois-ci il n’était plus question de sa vie, mais de la sienne. Et c’était celle qui comptait le plus d’eux deux. L’homme s’approcha encore de lui, sans se répartir de son immense sourire cynique, mais Vladimir savait qu’il n’allait pas tirer tout suite, il avait été payé pour le tuer mais il s’amusait trop pour en tenir rigueur dans l’immédiat. Il allait reprendre lorsque Vladimir se transforma ; il répugnait devoir le faire dans un endroit aussi fréquenté - quoi que probablement désert à cette heure-ci - mais il n’avait pas le choix ; la vie d’Elisabeth était en jeu, il l’avait pas le temps d’être prudent. La balle partit mais, n’étant pas destiné à un animal, manqua le loup qui bondit sur l’homme, aussitôt désarmé sous le coup de la surprise et de la douleur. La bête recula, regarda l’homme à terre, hésita à le tuer pendant un instant, puis renonça en prenant l’arme dans sa gueule et se faufila hors de sa porté dans une autre ruelle. Il n’avait pas le courage de l’abattre, c’était plus fort que lui mais il n’avait pas la force de descendre l’homme qu’il avait été. Avec un peu de chance, la chute aurait suffit à lui faire perdre connaissance et il pourrait l’appréhender ensuite, peut-être en saurait-il davantage sur la nature de leur agresseur. Mais le tuer, il en était incapable. Inconsciemment, il se disait que tout le monde avait le droit à une deuxième chances bien qu’il doutait ça ne soit vrai pour cet homme. Mais il avait bien été le Grim Reaper, non ? Il avait fait pire, bien pire que lui. Et pourtant aujourd’hui il était libre. Libre et … Amoureux. A cette pensée il accéléra encore davantage la cadence, tout en suivant la trace d’Elisabeth par la biais de son odora canin hyper-développé. Si elle mourrait, s’il arrivait trop tard … Il ne s’en relèverait pas, il le savait. Elle était tout pour lui. C’était elle qui l’avait fait sortir de l’ombre, elle qui lui avait offert une seconde chance malgré toutes ses réticences, et c’était celle qu’il aimait. Et pourtant, des mois plutôt, quelqu’un lui aurait dit qu’il tomberait éperdument amoureux de la lieutenant de la Force il l’aurait sans doute menacé de le tuer. Mais aujourd’hui il n’était plus le même homme. Il n’était plus le Grim Reaper. Il n’était plus le toutou de la Mafia. Il avait cessé de se voiler la face et avait réapprit à rire et à sourire ; non, Vladimir n’avait définitivement plus rien de cet homme là.
Son cœur battait à tout rompre, décuplant sa force et sa rapidité. Il avait l’impression que chaque coup dans sa poitrine était plus douloureux que le précédent, comme s’il sentait le temps s’écouler sans qu’il ne pu l’en empêcher. Ce temps qui lui était si précieux … La vie d’Elisabeth ne tenait qu’a un fil, il le savait et c’était ce temps qui déterminerait si elle subsisterait ou non. Mais elle devait survivre, oui, elle le devait. Il ferait n’importe quoi pour elle, n’importe quoi … A cet instant, il se promit que s’il arrivait à temps, il lui avouerait ses sentiments pour elle. Oui, il lui dirait tout. Quitte à obtenir son mépris et sa méfiance, il le lui dirait. Il ne voulait pas mourir avant de l’avoir fait.
Puis une odeur se distingua de celle d’Elisabeth et il se figea. Non, il n’y avait pas une odeur, mais quatre. Quatre personnes étaient à ses trousses. Son angoisse s’accru davantage encore et il ralentit. Les traces étaient fraiches. Très fraiches. Ils étaient proche, tout proche … Il en était sur. L’absence d’odeur le sang le rassura quelque peu ; ils ne lui avaient pas encore fait de mal. Pas encore. Puis c’est là qu’il la vit, acculé contre un mur, les yeux fermé face à un homme brandissant un révolver sur elle, le doigt sur la gâchette. Trois sbires se tenaient légèrement en retraits, couteau à la main. Et sans réfléchir un instant, il reprit forme humain, s’empara de l’arme qu’il avait volé et tira.
Malgré ses vielles réticente à tuer un homme, la balle le toucha en pleine tête ; il n’avait pas eu le choix, s’il n’avait fait que le blesser, il y avait trop de chance pour qu’il tire sur Elisabeth. Et ce risque n’était pas envisageable. L’homme tomba à terre et Vladimir sortit de l’ombre pour se placer en bouclier devant la lieutenante, le révolver braqué sur les trois sbires restant qui ne semblaient armé que de couteaux.
« Foutez-moi le camps immédiatement, tonna-t-il la voix vibrante de colère. Et si je vous revois ne serait-ce qu‘une fois, je vous écorche vif. »
Il n’avait pas envi de les tuer, ils ne semblaient pas des hommes de mains d’importances, juste de petits voyous donnant leurs services au plus offrant. Ils n’étaient pas encore complètement foutu. De toute façon même s’il l’avait voulu, Vladimir en aurait été incapable. Sans compté qu’il paraissait terriblement jeunes et que ceci le troublait d’autant plus. Cependant il n’eut pas à insister davantage ; ils reculèrent d’abord méfiant et sans doute étonné qu’il les laisse partir, puis décampèrent sans demander leur reste. Vladimir n’avait pas non plus l’intention de les arrêter, à cet instant il ne voulait qu’une chose : Elisabeth. Etre seul avec elle et enfin, lui dire. Lui dire à quel point il l’aimait et qu’il ne voulait qu’une chose, qu’elle le laisse rester à ses cotés, même si elle ne ressentait rien pour lui. Vladimir se retourna vers elle et rencontra son regard. Il se rendit compte que ses yeux était rouge et qu’elle avait du pleurer. Ceci acheva de le perturber. Avait-ce été si terrible que ça de l’embrasser ? En gardait-elle un si horrible souvenir que ça ? Était-ce vraiment quelque chose de … Mal ? Ses résolutions s’envolèrent aussitôt. Si c’était le cas, il ne pouvait pas la faire souffrir davantage en lui avouant, non, il ne voulait pas la faire souffrir … Alors, il resta là, muet de douleur et d’indécision, à contemplé le visage de celle qu’il aimait tout en brulant de lui avouer ses sentiments.

[Vaaaaa y démonte-leee !!! XDD]

_________________

Cadooww ♥:
 

Plus de signa ?:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://x--inspiration--x.skyrock.com/
Elisabeth Sanlejos
• Admin folle à lier ... ♥


Messages : 3738
Date d'inscription : 02/03/2011

Votre perso :
Age des personnages: 27 ans
Dieu: Ioannis
Relations: Angel>>a sauvé a vie, menace de la tuer; Vlad>> petit ami FR>> elle le hait, et fait tout pour le tuer Mia>>veut la mettre en prison

MessageSujet: Re: [Fini] Un acteur ne doit pas se prendre au jeu [PV : Elisabeth]   Lun 8 Aoû 2011 - 18:58

Elle attendit une seconde. Puis entendit un coup de feu. Mais elle ne sentait rien. Pas une douleur, rien du tout. Est ce que la balle avait été tellement rapide à la tuer qu'elle ne l'avait pas sentit? Non, c'était impossible. Elle ouvrit les yeux. Elle vit Vladimir, l'arme pointée en direction de l'endroit où se trouvait son agresseur. Et celui-ci était à terre, mort. Il fallut quelques secondes à la lieutenante pour comprendre qu'elle était en vie, et que celui qui l'avait sauvée était Vladimir. Pendant ce temps là, il vint se mettre en bouclier devant elle, et ordonna aux trois hommes restant:

« Foutez-moi le camps immédiatement. Et si je vous revois ne serait-ce qu‘une fois, je vous écorche vif. »

Et ils partirent, d'abord avec méfiance, puis à toutes vitesses. Il ne restait plus qu'eux deux dans la rue. Vladimir se retourna vers elle et elle aurait souhaité que les voyous reviennent. Il restait planté là à la regarder, sans un mot. Elisabeth aurait voulu l'embrasser et le tuer à la fois. Qu'est ce qu'il attendait? Il croyait quoi, qu'elle allait lui dire merci? L'excuser en lui assurant qu'elle avait déjà oublié qu'il lui avait trahie? Lui dire qu'ils allaient simplement refaire comme avant? Ne se rendait il pas compte qu'il la faisait horriblement souffrir, à se tenir devant elle sans l'aimer? Si, si il devait le savoir, et s'il restait c'est juste par sadisme. Ah c'était drôle de voir la grande lieutenante tomber amoureuse! Sûr, c'était amusant de la voir perdre la tête à cause de lui! Et il restait là, pour profiter du spectacle. Il avait déjà dût remarquer ces yeux rouges. Et bien ce serait tous ce qu'il aurait. Il ne la verrait pas pleurer de nouveau, il ne l'entendre pas avouer ses sentiments. Il ne la verrait même pas se mettre en colère. Non, elle allait être froide et cruelle, même si cela lui semblait au dessus de ses forces. Elle le devait, elle le devait à sa fierté.

« Qu'est ce que tu attends? Un merci? Un 'je te suis éternellement reconnaissante de m'avoir sauvée la vie deux fois?' J'aurais encore préféré crever que d'être sauvée la première fois. »

Elle ne mentait même pas. Elle aurait cent préféré mourir plutôt que d'avoir fait la plus énorme et douloureuse erreur de sa vie: croire que Vladimir l'aimait. Elle insista, s'entêtant à lui dire le plus de mal possible, car malgré tout, elle n'arrivait pas à ne plus l'aimer.

« Oui j'aurai préféré crever! Faut être malade pour faire des choses pareilles! Tu es complètement cinglé! Complètement cinglé... »

En disant cela elle se rendait compte que c'était elle qui devenait folle.

(désolé c'est fait vite fait mais j'ai pas le temps. ça va il a suffisamment le temps de réfléchir? au pire il parle pas direct)

_________________

Merci Laure!
Spoiler:
 

Merci Helline!
Spoiler:
 

Merci Pauline!:
Spoiler:
 

Merci Fresh!:
Spoiler:
 

Et re-merci !
Spoiler:
 

Merci Lisabeth!
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir L. Adamovitch
♥ Fondatrice ♥


Messages : 1858
Date d'inscription : 14/11/2010
Localisation : Dans quel asile ? Au Vinatier bien sur !

Votre perso :
Age des personnages: 26 ans
Dieu:
Relations: • Heather : Ex-Chef tyranique et sadique x)• Lilyana : Amie• Fleur Rouge : ennemi juré• Elisabeth : sa chérie ♥• Angel : Sa protégée

MessageSujet: Re: [Fini] Un acteur ne doit pas se prendre au jeu [PV : Elisabeth]   Mer 10 Aoû 2011 - 14:21

«  Qu’est-ce que tu attends ? Explosa-t-elle. Un merci ? Un ‘je te suis éternellement reconnaissant de m’avoir sauvée la vie deux fois’ ? J’aurais encore préférée crever que d’être sauvée la première fois. »

Vladimir s’était attendu à tout sauf à … ça. Peut-être avait-il espéré de la reconnaissance, peut-être avait-il rêvé cette scène où Elisabeth le serrait contre elle, peut-être aurait-il voulu qu’elle l’embrasse … Mais elle ne l’aimait pas. Et ses paroles le laissèrent muet de douleur et d‘incrédulité. Lui aurait préféré crever plutôt que d’entendre ça de sa bouche. Pourtant son amour pour elle n’avait pas diminué, au contraire, son désir n’en était que décuplé et inévitablement son regard se posait toujours et encore sur ses lèvres, ses lèvres qui s’agitaient et qui le faisait souffrir par les mots qui en sortait, mais ses lèvres dont il avait tant envi … Il brûlait de lui dire, mais tout dans son comportement semblait indiquer qu’elle le détestait, et pourtant … Pourtant s’il ne lui disait pas maintenant, quand le ferait-il ? Il était évident qu’elle ne voulait plus de lui comme équipier, elle le renverrait certainement le lendemain ou dans les jours à venir et sachant que leur mission avait vraisemblablement échoué, elle trouverait sans doute un meilleur acteur qui ne l’embrasserait pas et qui ne le serrerait pas contre lui sous prétexte de conserver une couverture qui n’en était pas une … Oui, un bien meilleur coéquipier. Mais il voulait lui dire, il ne pouvait plus tenir, il ne pouvait pas supporter l’idée de vivre avec ce fardeau …

« Oui j’aurais préféré crever ! Reprit-elle. Faut être malade pour faire des choses pareilles ! Tu es complètement cinglé ! Complètement cinglé …

Vladimir l’écoutait à peine, mais il avait l’étrange impression qu’Elisabeth essayait de se faire plus de mal a elle qu’a lui-même, comme si elle se … Protégeait. Comme si elle blessait elle-même plutôt qu‘attendre qu‘on la fasse souffrir. Oui, elle se protégeait. Mais de quoi ? De quoi avait-elle peur ? Il l’ignorait. Il ne comprenait pas. Il ne la comprenait pas. Pourtant, mû par un inexplicable désir, il s’avança vers elle en plongeant son regard dans le sien. Il y lisait tant de confusion et de douleur masqué sous un voile de colère qu’il ignorait comment l’interpréter. Mais à cet instant seul son instinct dictait ses pas et son cœur qui battait à ton rompre semblait l’enivrer de son amour pour elle. Il n’avait pas les mots, il n’avait plus les mots … Il voulait lui dire, lui dire qu’il l’aimait, lui dire qu’il voulait rester à son coté jusqu’à la fin, lui crier qu’elle était sa dernière raison de vivre, son ultime espoir et la seule personne pour qui il ait jamais ressentit pareils sentiment. Il voulait tellement lui dire. Mais les mots lui manquait, les mots restaient coincé dans sa gorge et seul son désir semblait capable de s’exprimer. C’était peut-être la dernière fois qu’il la voyait, la dernière fois qu’il entendait sa voix, qu’il sentait son souffle tout proche de lui, qu’il croisait son regard … Cette pensée ne faisait qu’accroitre son désir. Continuant à s’approcher lentement de la lieutenant, elle c’était tue dès lors que leurs regards c’était rencontrer. Ni l’un ni l’autre n’osait plus prononcer un mot, plus faire un bruit, comme si le temps c’était figé. Vladimir était désormais tout proche d’elle, il pouvait sentit son souffle contre son torse et entendre sa respiration légèrement saccadée, comme après un effort physique.

« En faite je n’attends qu’une seule chose, murmura-t-il finalement. J’attends … Ce moment. »

Il se pencha encore un peu plus sur elle et sans faire un plus ample préambule, l’embrassa. Il avait conscience de l’improbabilité de la scène mais il n’en pouvait plus, il n’en pouvait plus de tenir, il n’en pouvait plus de faire celui qui ne voyait que sa mission, il n’en pouvait plus de faire l’aveugle. Il la voulait elle, et si elle n’était pas prête à l’accepter, tan pis, il n’aurait qu’a aller se pendre plus loin. Il l’aimait et il voulait qu’elle le sache. Il ignorait si c’était sa force qui avait eu raison de la sienne ou Elisabeth qui c’était laissé faire, mais il n’eut pas l’impression qu’elle avait émise de résistance et la encore il se demanda si c’était son imagination qui lui jouait des tour ou bel et bien la réalité.
Et puis il réalisa. Il réalisa qu’il était en train d’embrasser son supérieur qui venait juste de le traité de cinglé faute d’avoir fait la même chose quelques minutes plus tôt. Il réalisa qu’il la forçait à embrasser quelqu’un qu’elle n’aimait pas.
Il rompit aussitôt ce moment qu’il aurait voulu éternel et recula, confus.
« Je … Désolé. Désolé, je n’avais pas le droit de te faire ça, murmura-t-il piteusement en reprenant les mots qu’Elisabeth avait elle-même employé quelques minutes plus tôt. Désolé d’avoir été le premier échec de ta vie et désolé d’avoir trouvé tous ces moments en ta présence si merveilleux. »
Tout en parlant, il continuait à reculer, fuyant l’erreur qu’il venait de commettre. L’erreur d’aimer. Plus il y pensait et plus il avait l’impression de prononcer des paroles d’adieu. A bien y réfléchir c’était d’ailleurs probablement le cas.
Il se détourna légèrement, pour s’empêcher de croiser le regard d’Elisabeth et prit une longue inspiration.
« Et tout à l’heure … Ce n’était pas juste pour sauver nos vie. »
Sur ces mots il s’éloigna encore, désireux d’ignorer la réponse d’Elisabeth qui allait être à tout les coups cynique et moqueuse, ou chargé de mépris et d’indifférence.

[C’est un peu bizarre mais f’in bon xD C’est difficile d’écrire des trucs aussi tordu des fois mdr]
[Désolé pour le retard ... j'ai une super mauvaise nouvelle ... J'ai fait tomber le portable dans les chiottes et ... Je sais pas s'il marche parce que là il est en train de sécher devant le fenêtre ... MDR]

_________________

Cadooww ♥:
 

Plus de signa ?:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://x--inspiration--x.skyrock.com/
Elisabeth Sanlejos
• Admin folle à lier ... ♥


Messages : 3738
Date d'inscription : 02/03/2011

Votre perso :
Age des personnages: 27 ans
Dieu: Ioannis
Relations: Angel>>a sauvé a vie, menace de la tuer; Vlad>> petit ami FR>> elle le hait, et fait tout pour le tuer Mia>>veut la mettre en prison

MessageSujet: Re: [Fini] Un acteur ne doit pas se prendre au jeu [PV : Elisabeth]   Mer 10 Aoû 2011 - 20:31

Elisabeth se tue en croisant son regard. Il s'approchait d'elle, et elle ne comprenait pas pourquoi. Ne se rendait il pas compte que sa simple proximité la faisait souffrir de mille douleurs, et qu'à voir son visage si près d'elle elle sentait son coeur s'emballer? Mais quel étrange jeu jouait il, à la regarder comme ça? Son esprit allait aussi vite que son coeur, et elle était presque affolée de si peu comprendre ce qui se passait. Il s'approcha d'elle, et elle restait pleine d'incompréhension et d’appréhension.

« En faite je n’attends qu’une seule chose, murmura-t-il finalement. J’attends … Ce moment. »

Quand il se pencha sur elle, elle sentit qu'elle perdait tout à fait le contrôle de la situation, mais rien ne lui aurait fait plus plaisir, car Vladimir l'embrassa. Elle s'abandonna tout à fait à lui, sûre de son amour, il ne pouvait pas l'embrasser deux fois pour rien, non? Elle ferma les yeux et allait lui rendre son baiser quand brusquement il se détacha d'elle. Elisabeth resta une seconde abasourdie, pourquoi avait il arrêté? Pourquoi s'amusait il à la faire passer de la passion et la douleur?

« Je … Désolé. Désolé, je n’avais pas le droit de te faire ça, murmura-t-il piteusement en reprenant les mots qu’Elisabeth avait elle-même employé quelques minutes plus tôt. Désolé d’avoir été le premier échec de ta vie et désolé d’avoir trouvé tous ces moments en ta présence si merveilleux. »

Cela acheva de la dérouter. Il s'excusait de... l'aimer? Elisabeth avait l'impression de perdre tout à fait la tête. Elle cherchait en vain à comprendre, mais tout ce qu'elle pouvait penser était qu'il l'aimait et qu'elle voulait l'embrasser sur le champ. Son coeur manqua un battement quand elle le vit se détourner légèrement.

« Et tout à l’heure … Ce n’était pas juste pour sauver nos vie. »

Cela acheva sa volonté de comprendre. Tout ce qu'elle voulait comprendre, c'était qu'il partait et qu'elle le refusait. Un instant sa raison et sa fierté bataillèrent avec son coeur, mais ce dernier vaincu au bout de quelques secondes. Quel était l'importance de sa fierté quand Vladimir s'éloignait? Elle aurait été capable de se mettre à genoux pour qu'il reste, et qu'il comprenne qu'elle l'aimait. Elle le rejoignit en courant avec toutes la vitesse de la passion, bien qu'il ne se fut pas beaucoup éloigné.

« Dans ce cas... »

Elle chercha un instant ses mots puis envoya la parole valdinguer avec la raison. Elle avait un bien meilleur moyen de lui faire comprendre. Elle l'embrassa avec toute sa passion, faisant ce qui hantait ses pensées depuis quelques minutes.


(oh j'ai faillit avoir un arret cardiaque quand je me suis rendue compte que mes parents avaient coupé la wifi, heureusement que j'ai put récupéré le texte)

_________________

Merci Laure!
Spoiler:
 

Merci Helline!
Spoiler:
 

Merci Pauline!:
Spoiler:
 

Merci Fresh!:
Spoiler:
 

Et re-merci !
Spoiler:
 

Merci Lisabeth!
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Fini] Un acteur ne doit pas se prendre au jeu [PV : Elisabeth]   Aujourd'hui à 0:06

Revenir en haut Aller en bas
 
[Fini] Un acteur ne doit pas se prendre au jeu [PV : Elisabeth]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Presse en Haïti doit prendre garde aux menaces de Michel Martelly
» L'agriculture doit être une des priorités des efforts de la reconstruction
» [Résolu] Pourquoi doit-on se présenter?
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» HELP IL DOIT MOURIR DEMAIN YORK 14 ANS 1/2 FOURRIERE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
United by Fate :: Tamthia :: • Entrées de la ville •-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit