AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La pure licorne et la psycopathe assasinne (Phoena et Lisbeth)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Phoena



Messages : 21
Date d'inscription : 12/12/2011
Age : 18
Localisation : Perdue dans une dimension parallèle...ou ici...

Votre perso :
Age des personnages: 18 ans
Dieu: Volonté
Relations:

MessageSujet: La pure licorne et la psycopathe assasinne (Phoena et Lisbeth)   Ven 30 Déc 2011 - 16:12

J'étais sortie peu avant la fin de la nuit, pour profiter de la fraicheur et du silence. Posée sous la lune, j'avais profité du calme ambiant. J'était sereine, et heureuse. Je baissais mon regard vers le bas, repensant à ma forêt natale. Bien bruyante à coté de cet endroit. L'aube venue, je me dirigeai vers un ruisseau. Encore frais, il me gela la george. Il me sembla discerner un bruit. Plus attentive, j'entendit des pas. Par l'écoute et l'odeur, vive dans l'air pur, j'identifiai un humain, ainsi qu'un animal, un chien, ou un loup. Je repensai aux derniers humains que j'avais vus. Une infirmière, un montagnard, quelques paisibles citoyens. J'en avais aidés certain, ignoré les autres. Je les trouvais si bruyant. Les autres approchaient. Je m'interrogeai sur leurs intentions, et attendis. Je les vis surgir de la forêt. Une humaine et un husky. Ils m'avaient peut être vue. Ignorant pourquoi ils étaient là, je ne bougeais pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://felinia.forumgratuit.org
Lisbeth Stonn / Bella A.



Messages : 89
Date d'inscription : 06/12/2011
Age : 17
Localisation : Quelque part sur Terre ...

Votre perso :
Age des personnages: Lisbeth a 15 ans, et Sasha en a 3.
Dieu: Force
Relations: Ma Sasha baveuse ...

MessageSujet: Re: La pure licorne et la psycopathe assasinne (Phoena et Lisbeth)   Sam 31 Déc 2011 - 19:21

La nuit était glaciale. Lisbeth se retourna sous sa couette, essayant de se réchauffer. Finalement, au bout de nombreuses heures à trouver le sommeil,
la jeune fille, incapable de tenir plus longtemps, sortit en catimini de l'hôtel de la montagne. Elle avait pris une semaine de vacances méritées, et avait
choisit les Montagnes de Lune comme destination. Rares étaient les transports qui y allaient, mais la tueuse avait des liens et savait bien marchander.
Sasha aboya dans l'air frais de l'aube naissante. La chienne était heureuse de retrouver le lieu où elle était née, endroit froid et désolé, loin de la chaleur
étouffante de la ville. Lisbeth, qui avait bien sûr rassemblé ses effets et quitté l'auberge sans payer, s'engagea sur une sente de renard. Elle dépassa une
forêt que le lever du soleil commençait à réveiller, et continua son chemin dans un univers de roche et d'herbe rase, longeant un ruisseau clair qui semblait
très froid malgré son apparence limpide.
C'est là qu'elle la vit. D'abord en contre-jour, puis clairement, sa silhouette fine et gracieuse tranchant avec les arrêtes grossières des rocs moussus. Sa robe
blanche luisant doucement de rosée, ses sabots noirs comme le néant et sa crinière soyeuse. Et sa corne qui étincelait. Lisbeth avait déjà vu une licorne, dans
le zoo d'Elwalhin, mais elle était vieille et maigre. Par contre, celle là ... Jeune, mais curieuse, elle n'avait pas peur de la tueuse et du husky. Cela plaisait à Lisbeth,
car elle aimait beaucoup ces animaux très rares, et elle espérait pouvoir l'approcher.
Calme et posée, l'adolescente avança vers l'équidé tout doucement, si doucement que l'on entendait plus ses pas. L'animal tendit le cou. Lisbeth posa sa main sur le
nez de la licorne. Le contacte se fit.
- Comment t'appelles tu ? chuchota Lisbeth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phoena



Messages : 21
Date d'inscription : 12/12/2011
Age : 18
Localisation : Perdue dans une dimension parallèle...ou ici...

Votre perso :
Age des personnages: 18 ans
Dieu: Volonté
Relations:

MessageSujet: Re: La pure licorne et la psycopathe assasinne (Phoena et Lisbeth)   Dim 1 Jan 2012 - 9:23

L'humaine aux husky s'était approchée. Je ne sentai aucune mauvaises intentions, alors je ne bougeais pas. Elle osa me touchait le bout des naseaux. J'avais oublié le contact de la peau humaine. Plutôt doux.
- Comment t'appelles tu ?
Je ne pouvai parler qu'à son animal, qui devrait servir d'interpret. Je lui dit:
-Phoena. Et quels sont vos noms?
J'était plus dure à approcher d'habitude, mais quelque chose me disai de rester. Je sentais une odeur de sang, de mort, sur cette fille. Je ne bougeais pas pour autant. Malgré cette odeur, je ne sentais pas l'envie folle de meurtre chez cette humaine. Une folie passagère, sans doute. C'était leur affaire. J'aimais bien les chiens aussi, surtout les chien loups. Tout en me demandant ce qu'elles voulaient, je me dis qu'elle me paraissait plus sympathique que la plupart des humains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://felinia.forumgratuit.org
Lisbeth Stonn / Bella A.



Messages : 89
Date d'inscription : 06/12/2011
Age : 17
Localisation : Quelque part sur Terre ...

Votre perso :
Age des personnages: Lisbeth a 15 ans, et Sasha en a 3.
Dieu: Force
Relations: Ma Sasha baveuse ...

MessageSujet: Re: La pure licorne et la psycopathe assasinne (Phoena et Lisbeth)   Lun 2 Jan 2012 - 13:22

L'animal mystique répondit à Lisbeth par Sasha.

- Phoena ... Jolie prénom ... Moi c'est Lisbeth, et elle, le chien baveux, c'est Sasha. souris la jeune fille.

La licorne hennit doucement. Beth' poursuivit :

- Tu aimes la musique ? J'ai tout les styles, Rn'B, Hip Hop, Rock, Electro, Contry, Dance, et quelques morceaux
plus calme, Yann Thiersen, c'est les musiques d'Amélie Poulain. Tu veux qu'on écoute ça ?


L'équidé blanc regarda la tueuse droit dans les yeux. Lisbeth en fut troublée : dans le regard de Phoena, on pouvait lire beaucoup
de sagesse, de savoir, mais aussi de la compréhension, comme si l'animal pouvait connaître le sentiment qui rongeait la jeune
fille de l'intérieur. La jolie rousse plongea ses yeux dans ceux du cheval, parcourant du regard les volutes dorées de l'iris noire.
Alors Lisbeth mit la musique. Les notes s'élevaient dans le ciel matinal, la mélodie calme et posée d'Amélie Poulain retentit dans
l'air pure de la montagne. Le piano, les violons, tout les instruments s'accordaient parfaitement avec le lieu désert, de roche, de
mousse. Puis la musique explosa : les notes tourbillonnèrent, le son s'envola dans le vent, la mélodie se tinta de couleurs
chatoyantes. Lisbeth n'avait jamais rien entendu de plus beau.
La licorne s'allongea dans l'herbe rase. Lisbeth, elle resta debout. La musique passa à Someone Like You. Lisbeth se mit à chanter.

I heard
That you're settled down
That you
Found a girl
And you're
Married now

I heard
That your dreams came true
I guess she gave you things
I didn't give to you

Old friend, why are you so shy?
It ain't like you to hold back or hide from the lie.

I hate to turn up out of the blue uninvited,
But I couldn't stay away, I couldn't fight it,
I had hoped you'd see my face,
And that you'd be reminded that for me it isn't over,

Never mind, I'll find someone like you,
I wish nothing but the best for you, too,
Don't forget me, I beg,
I remember you said,
"Sometimes it lasts in love,
But sometimes it hurts instead,"
Sometimes it lasts in love,
But sometimes it hurts instead, yeah,

You know how the time flies,
Only yesterday was the time of our lives,
We were born and raised in a summer haze,
Bound by the surprise of our glory days,

I hate to turn up out of the blue uninvited,
But I couldn't stay away, I couldn't fight it,
I had hoped you'd see my face,
And that you'd be reminded that for me it isn't over,

Never mind, I'll find someone like you,
I wish nothing but the best for you, too,
Don't forget me, I beg,
I remember you said,
"Sometimes it lasts in love,
But sometimes it hurts instead,"

Nothing compares,
No worries or cares,
Regrets and mistakes, they're memories made,
Who would have known how bittersweet this would taste?

Nevermind, I'll find someone like you,
I wish nothing but the best for you,
Don't forget me, I beg,
I remember you said,
"Sometimes it lasts in love,
But sometimes it hurts instead,"

Nevermind, I'll find someone like you,
I wish nothing but the best for you, too,
Don't forget me, I beg,
I remember you said,
"Sometimes it lasts in love,
But sometimes it hurts instead,"
Sometimes it lasts in love,
But sometimes it hurts instead.


La voix de la jeune fille s'éleva, cristalline, et pure. D'abord hésitante, puis confiante.
La chanson se termina. Le silence se fit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phoena



Messages : 21
Date d'inscription : 12/12/2011
Age : 18
Localisation : Perdue dans une dimension parallèle...ou ici...

Votre perso :
Age des personnages: 18 ans
Dieu: Volonté
Relations:

MessageSujet: Re: La pure licorne et la psycopathe assasinne (Phoena et Lisbeth)   Mar 3 Jan 2012 - 16:23

Phoena ... Jolie prénom ... Moi c'est Lisbeth, et elle, le chien baveux, c'est Sasha. souris la jeune fille.
Je ne dit rien. J'écoutais.

Tu aimes la musique ? J'ai tout les styles, Rn'B, Hip Hop, Rock, Electro, Contry, Dance, et quelques morceaux plus calme, Yann Thiersen, c'est les musiques d'Amélie Poulain. Tu veux qu'on écoute ça ?


La musique... Je n'en avais pas beaucoup entendu pendant mes 18 ans de vie. Si, un peu, une amie de ma mère aimait jouer de la flute, je me souvenais de ses douces mélodies. sinon, c'était les oiseaux, ou le vent.

Lisbeth mit de la musique. Une musique claire et douce, une musique à coté de laquelle le chant du vent n'était rien. Ou presque rien. Je me laissais portée, allongée dans l'herbe rase, loin d'ici, dans la musique. A la chanson d'après, elle se mit à chanter. sa voix, quand elle chantai, me surprit, pure, bien plus que lorsqu'elle parlait. Une voix accordée à la musique, qui invitait à la rêverie. Lorsque la chanson se finie, je laissais le silence reprendre possession des lieux, après un temps où l'espace s'était déchiré.

Je lui dit, parlant toujours à Sasha:
-C'était beau...Tu chante bien. J'avais oublié que la musique était plus qu'un fond, que c'était un univers...

Je laissais encore un silence, brutalement arrachée à ma solitude, silencieuse, mais...douce. Je secouai la tête, pour me remettre les idées en place. Alors que j'allais lui dire...quoi? Je remarquai un point dans les airs. Un point qui grossissai. Je l'interrogeai:
-C'est quoi? Ce n'est pas un oiseau...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://felinia.forumgratuit.org
Charm



Messages : 73
Date d'inscription : 02/10/2011
Age : 18
Localisation : Derrière toi... BOUH !

Votre perso :
Age des personnages: Plus de 5000 ans :face:
Dieu: Sagesse
Relations:

MessageSujet: Re: La pure licorne et la psycopathe assasinne (Phoena et Lisbeth)   Mar 3 Jan 2012 - 20:23

    J'étais sur la montagne de feu et je m’ennuyais a mourir ! Il faisait sombre, la lune pointait au sommet de la montagne. Je battit des ailes dans le vides. Cela faisait longtemps que mes ailes n'avait claquer dans le silence du soir, que le vent frais n'avait pas caressé mes écailles silencieusement. Je sortit a la lumière argenté, parfaitement en valeur avec mon cou et mes yeux. Je claqua trois fois des ailles puis m'envola, sans prendre grand élan. J'avais vu maintes fois de vieux dragons courir plusieurs mètre pour pouvoir s'envoler, c'était tous sauf gracieux. Et cela a cause de leur bedaine proéminente, de la graisse qui saillait entre leur écailles grasse. C'étais un spectacle a vomir. Je ne faisais pas de régime, je faisais juste attention a ma ligne et je faisais pas mal de sport. Oui j'étais une dragonne et alors ? La beauté est là, dans ce monde, alors autant l'embellir avec sa propre image. Une personne laide devant un paysage merveilleux gâchait tout, mais là, c'était le contraire, si la personne est belle alors elle magnifie le paysage. J'appliquais cette politique contre tout. Mes ailes pourpre claquaient dans les silence obsédant des nuit froide. Un délice pour mes sens développés qui criaient " au secours" au cour de la journée. Ce silence fut gêné par une voix douce et claire, mais pas pur pour autant. je connaissais cette voix. Une tueuse. Mais elle ne me connaissait pas. Le merveilleux avantage d’être éternelle. Je descendit sur les trois silhouette. Une humaine, un canin et surement un pégase ou une licorne. Ou un simple cheval. Mais c'était beaucoup moins intéressant. La licorne (maintenant, je la voyais distinctement) m’aperçût, et pour "annoncer mon identité", je poussa un cri dragonesque on ne plus Charmeur et sensuel. Mais pas pour le moins terrifiant. Je piqua vers l'herbe et me posa en douceur sur l'herbe grassouillette. Je m'inclina devant les personne présente, fixant plus longtemps Lisbeth.
      "Lisbeth Stone, je présume ?"

    J'avais sifflé les "s", et roulé le "r", ce qui donnait a mes paroles un air un peu menaçant. Mais j'avais toujours parlé comme sa, croyez-moi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lisbeth Stonn / Bella A.



Messages : 89
Date d'inscription : 06/12/2011
Age : 17
Localisation : Quelque part sur Terre ...

Votre perso :
Age des personnages: Lisbeth a 15 ans, et Sasha en a 3.
Dieu: Force
Relations: Ma Sasha baveuse ...

MessageSujet: Re: La pure licorne et la psycopathe assasinne (Phoena et Lisbeth)   Jeu 5 Jan 2012 - 16:49

Lisbeth n'aimait pas les dragons, et encore moins celui là. Répondant au sarcasme perceptible dans la "voix" du dragon, la jeune fille dit :

- Et Charm, je présume ? Tu croyais que je ne te connaissais pas, peux être ? Et bien, c'est faux. Je sais tout ou presque,
surtout sur les ... lézards qui jouent à imiter les oiseaux.


Lisbeth sentit le dragon piqué au vif. Elle continua sa tirade.

- Tu sais, moi, les dragons, ou les dragonnes, je n'ai pas peur d'eux, je me fou d'eux, je les détestes. Je n'aime pas beaucoup
les reptiles, alors des volants ... Et le rouge, c'est moche ! Rouge, rien que ça ! Pourquoi pas bleu tant qu'on y est ? Le doré ou l'argenté irait
beaucoup mieux ! Franchement, les dragons, aucun sens de l'esthétique ! Je préfère largement les licornes, qui elles, au moins, polissent
leurs sabots avec des saphirs, et se roulent dans les fleurs ! Et ça mange de l'herbe ! Les dragons, de la viande crue ! Berk !!! Je suis
végétarienne, moi !


Lisbeth continua ses paroles, jouant avec les nerfs du dragon comme un chien avec un os de lapin. Enfin, au bout d'un long monologue d'une
heure, elle s'arrêta. Le dragon la fixait de ses petits yeux vicieux. Bien entendu, la jeune fille avait fait exprès de ne pas s'adresser directement
a la dragonne pour l'énerver encore plus. Une inspiration soudaine envahit la tueuse, et elle déclama :

Вы, которые настолько сильны, почему бы тебе не показать, на сегодняшний день? Вы думаете, что вы сильны, вы трусы, вы думаете, что вы
красивы, вы подлый. Жизнь для вас в том, что кровь, резня и террор. Ваш внешний вид маски перед несчастным трусости. Вы боитесь.


Lisbeth paralis russe, japonais, grec, chinois, espagnol et arabe. Là, du russe. Le dragon ne compris, ce qui acheva Beth :
elle éclata de rire. La licorne hennit, car les licornes parlent toutes les langues. Sasha aboya. Le dragon grogna.

Traduction :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phoena



Messages : 21
Date d'inscription : 12/12/2011
Age : 18
Localisation : Perdue dans une dimension parallèle...ou ici...

Votre perso :
Age des personnages: 18 ans
Dieu: Volonté
Relations:

MessageSujet: Re: La pure licorne et la psycopathe assasinne (Phoena et Lisbeth)   Jeu 5 Jan 2012 - 17:48

La dragonne arrivée ne me disait rien, Lisbeth en revanche semblait la connaitre. Charm...Non, ça ne me disait vraiment rien. Le ton de la dragonne ne plut pas à Lisbeth, qui répondit un peu vivement. Toujours dans l'herbe, j'écoutai. Je n'avais rien ni pour ni contre les dragons. En fait, c'était le premier que je voyais de près. J'étais jeune, surtout pour une licorne. Un peu gros et dangereux à mon gout. Celui là était t-il plutôt obscur ou clair. Par le doute, je restai silencieuse durant la tirade de Lisbeth. Elle fini en russe, toujours aussi piquante et ironique. Je la trovai peut être un peu excessive, surtout que le ton du dragon était dur à analyser. J'hennis, oubliant que les gens ne me comprenaient pas. Je reprit, d'abord pour Sasha et ensuite pour le dragon. Pas facile de parlai à des gens d'espèce différentes quand on ne parle pas l'humain:
-Doucement, Lisbeth, ce dragon ne voulait pas forcément te vexer...et, sauf ton respect, j'éviterais de taper sur les nerfs de quelque choses trois fois plus gros que toi. Hum...Plutôt une centaine de fois plus gros. Que nous veux tu, Charm, puisque tel est ton nom? Je m'appelle Phoena.
Beaucoup de monde en une journée...et pas que des innofensifs. Troublée par la masse du dragon, je tentai de me remémoré ce que j'avais appris à leur sujet. Pas grand chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://felinia.forumgratuit.org
Charm



Messages : 73
Date d'inscription : 02/10/2011
Age : 18
Localisation : Derrière toi... BOUH !

Votre perso :
Age des personnages: Plus de 5000 ans :face:
Dieu: Sagesse
Relations:

MessageSujet: Re: La pure licorne et la psycopathe assasinne (Phoena et Lisbeth)   Jeu 5 Jan 2012 - 20:23

Lisbeth répondit aussitôt, de manière assez sec.
    - Et Charm, je présume ? Tu croyais que je ne te connaissais pas, peux être ? Et bien, c'est faux. Je sais tout ou presque,
    surtout sur les ... lézards qui jouent à imiter les oiseaux.

Elle disait tout savoir.... J'en doutais sincèrement. Cette fille était une vrai bécasse.
    - Tu sais, moi, les dragons, ou les dragonnes, je n'ai pas peur d'eux, je me fou d'eux, je les détestes. Je n'aime pas beaucoup
    les reptiles, alors des volants ... Et le rouge, c'est moche ! Rouge, rien que ça ! Pourquoi pas bleu tant qu'on y est ? Le doré ou l'argenté irait
    beaucoup mieux ! Franchement, les dragons, aucun sens de l'esthétique ! Je préfère largement les licornes, qui elles, au moins, polissent
    leurs sabots avec des saphirs, et se roulent dans les fleurs ! Et ça mange de l'herbe ! Les dragons, de la viande crue ! Berk !!! Je suis
    végétarienne, moi !

Je réprima un bâillement. Elle était d'un ennuie.... Elle croyait sincèrement m’énerver ? Pff, je ne perdait pas mon temps avec des fille pareil, elles croient tout savoir, tout connaitre alors qu'elles ne savaient rien. Des incultes en puissances qui se prenaient pour des génies. C'était pitoyable. Et ennuyeux....
    Вы, которые настолько сильны, почему бы тебе не показать, на сегодняшний день? Вы думаете, что вы сильны, вы трусы, вы думаете, что вы
    красивы, вы подлый. Жизнь для вас в том, что кровь, резня и террор. Ваш внешний вид маски перед несчастным трусости. Вы боитесь.

Mon dieu, elle parlait encore ? Elle ne savait pas que le silence est d'or. Elle croyait m’embêter ou me vexer en parlant russe ? J'avais 5000 mille ans alors largement le temps d'apprendre a parler russe. Mais ma langue préférai rester le polonais. Elle croyait sincèrement que sa tirade me faisait un quelconque effet. Soit, si cela lui faisais plaisir. Je grogna de satisfaction, elle avait enfin fini de parler ! La licorne était beaucoup plus calme plus paisible, plus agréable. Elle ne parlait pas humain, mais je parlait licorne. Il y en avait une, un jour, qui parlait ma langue, qui avait pris le temps de m'apprendre. c'était une vieille licorne sage et grisonnante.
    -Doucement, Lisbeth, ce dragon ne voulait pas forcément te vexer...et, sauf ton respect, j'éviterais de taper sur les nerfs de quelque choses trois fois plus gros que toi. Hum...Plutôt une centaine de fois plus gros. Que nous veux tu, Charm, puisque tel est ton nom? Je m'appelle Phoena.

Elle semblé géné par ma taille. C'est vrai, j'étais plus imposante que ce petit bout.
    "Bonjour Phoena, ravi de te connaitre. Et ne t'inquiète pas, je ne suis pas du genre a m’énerver facilement."

Je me tourna ensuite vers la dinde.
    "Juste pour ta gouverne, je parle russe. Et des autres petit détails pas si négligeable: quand on dis qu'on sais tout ou presque, on ne sait rien, car si on dit sa, c'est qu'il maque la sagesse, le respect, le calme et plein d'autre chose, ensuite tu es végétarienne. Mais tu tue des gens. Nous nous ressemblons. je ne mange pas d'animaux, les pauvres. Je mange les humains. Au fond tu est pire que moi, tu tue comme sa, je tue pour vivre. Et dernière chose, Si tu crois que la vie est, pour nous, de la terreur, du massacre etc etc, alors tu ne nous connais pas. J’apprécie la vie, chaque lever de soleil est un spectacle magnifique, chaque nuit est différente, et je l'observe chaque fois. La neiges est un cadeau du ciel, la mer est un délice pour les yeux et les oreilles. J'aime le calme, la vie, entendre quelqu'un respirait paisiblement, je suis sincèrement peiné quand je voit les hommes et leurs fusil chasser des oiseau qui n'ont rien demander, qui sont plus pur que toi et moi, qui son innocent, qui ne mérite pas d'avoir leur gorge maculé de sang pour le plaisir de quelque demeuré. Et je n'aime pas les gens comme toi, qui tue, massacre, sans vrai raison. Alors ne me parle pas de mon espèce, toi qui ne connait rien sur elle et encore moins sur moi. Tu aime la délicatesse, soit, alors arrête de parler comme un routier. Tu aime la beauté, moi aussi, alors ne juge pas les gens par le physique n'ils n'ont pas choisit. As-tu choisit de chanter aussi mal ?"

Je la regarda calmement. Je ne m'étais pas énervé pour dire sa et ma voix était de la même intonation pendant tout ma tirade. je rajoute cette fois-ci, vexante:
    "Tu vois moi aussi je sais parler pour ne rien dire."

Car je trouvais sincèrement que j'avais parler inutilement, qu'elle ne m'avait pas écouter. Je me retourna vers la licorne, m'allongeant près d'elle. la réponse de Lisbeth risquait d’être constructive ou de m’ennuyais a fond. En fonction, je parlerai a Phoena ou a la dinde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lisbeth Stonn / Bella A.



Messages : 89
Date d'inscription : 06/12/2011
Age : 17
Localisation : Quelque part sur Terre ...

Votre perso :
Age des personnages: Lisbeth a 15 ans, et Sasha en a 3.
Dieu: Force
Relations: Ma Sasha baveuse ...

MessageSujet: Re: La pure licorne et la psycopathe assasinne (Phoena et Lisbeth)   Ven 6 Jan 2012 - 15:31

Une dinde ? Non mais puis quoi encore ??? Finalement, Charm plut à Lisbeth, en ignorant totalement la remarque de Phoena.
En revanche, je savais une chose : les licornes ne parlent pas les langues de lEurope de l'Est. Elle en était sûre et certaine.
Elle s'adressa donc au dragon en polonais :

- Cóż, to dla mnie jasne: Lubię swoją osobowość, czerwony, rzeź ... I jak ty się zupełnie inaczej. Dlatego kocham
cię! Przetestowałem, trzeba wiedzieć, ten test, prawda? Wszystkie moje "ofiary" należą do przeszłości. A ja jestem częścią Mafii,
nawet jeśli nikt nie wie. Są Missoni, dają mi. Nie lubię zabijania w rzeczywistości. A jak ty lubię zachody słońca, noc ... Ufam ci,
którzy nie pozwalają się od siebie. Ty przekonany, jesteś częścią tych ludzi. Wreszcie, jesteś pierwszą osobą, rzeczywiście.
Ale naprawdę sądzisz, że śpiewa źle?

Lisbeth avait dit ça avec passion, fougue et délicatesse, juste en prenant un faux air pitoyable sur la dernière phrase, qui
l'avait un peu froissée.
En fait, elle parlais aussi le polonais, même si elle préférait les autres langues. Elle s'allongea dans l'herbe rase, et soupira. La
tournure que prenait sa vie lui plaisait, mais qu'en penserai la Mafia ? Elle la savait dure et injuste avec ceux qui la quittait.
Alors Lisbeth pleura. Ses larmes cristallines ruisselèrent sur ses joues, ses beaux yeux bruns brillèrent. Elle pleura pour la 1ère fois
C'était une sensation étrange, qui vous déchire de l'intérieur. Quand on essaie de stopper les larmes salées, elle refluent encore plus.
Puis Lisbeth chanta une très belle chanson : Le Port d'Amsterdam. La chanson qu'elle chantait le mieux. Sa voix s'éleva, douce et
claire, pure malgré les larmes.

Dans le port d'Amsterdam
Y a des marins qui chantent
Les rêves qui les hantent
Au large d'Amsterdam
Dans le port d'Amsterdam
Y a des marins qui dorment
Comme des oriflammes
Le long des berges mornes

______


Dans le port d'Amsterdam
Y a des marins qui meurent
Pleins de bière et de drames
Aux premières lueurs
Mais dans le port d'Amsterdam
Y a des marins qui naissent
Dans la chaleur épaisse
Des langueurs océanes
______


Dans le port d'Amsterdam
Y a des marins qui mangent
Sur des nappes trop blanches
Des poissons ruisselants
Ils vous montrent des dents
A croquer la fortune
A décroisser la lune
A bouffer des haubans
Et ça sent la morue
Jusque dans le cœur des frites
Que leurs grosses mains invitent
A revenir en plus
Puis se lèvent en riant
Dans un bruit de tempête
Referment leur braguette
Et sortent en rotant
______


Dans le port d'Amsterdam
Y a des marins qui dansent
En se frottant la panse
Sur la panse des femmes
Et ils tournent et ils dansent
Comme des soleils crachés
Dans le son déchiré
D'un accordéon rance
Ils se tordent le cou
Pour mieux s'entendre rire
Jusqu'à ce que tout à coup
L'accordéon expire
Alors le geste grave
Alors le regard fier
Ils ramènent leur batave
Jusqu'en pleine lumière

______


Dans le port d'Amsterdam
Y a des marins qui boivent
Et qui boivent et reboivent
Et qui reboivent encore
Ils boivent à la santé
Des putains d'Amsterdam
De Hambourg ou d'ailleurs
Enfin ils boivent aux dames
Qui leur donnent leur joli corps
Qui leur donnent leur vertu
Pour une pièce en or
Et quand ils ont bien bu
Se plantent le nez au ciel
Se mouchent dans les étoiles
Et ils pissent comme je pleure
Sur les femmes infidèles
Dans le port d'Amsterdam
Dans le port d'Amsterdam


La chanson finie, Lisbeth se tourna vers Phoena et Charm'. La montagne emporta son regard, loin au dessus des cieux, un regard qui
transperce votre âme, et la fait rire, pleurer. Un regard inoubliable. Un regard qui signifie : "Et après ..."


Traduction :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phoena



Messages : 21
Date d'inscription : 12/12/2011
Age : 18
Localisation : Perdue dans une dimension parallèle...ou ici...

Votre perso :
Age des personnages: 18 ans
Dieu: Volonté
Relations:

MessageSujet: Re: La pure licorne et la psycopathe assasinne (Phoena et Lisbeth)   Dim 8 Jan 2012 - 8:59

Cette dragonne, même si je la croyais quand elle disait ne pas s'énerver facilement, était un peu...grande. Trop grande même. Je restai méfiante, au cas où. J'avais de toute façon cette habitude avec tous les inconnus. C'est à dire avec les quatre-vingt-dix-neufs centièmes de la population. J'écoutais avec attention Charm, sa philosophie sur l'omniscience et sur tuer pour vivre ou par plaisir, manger des légumes, ou des humains, en me disant que rien ne valait un peu d'herbe givrée par la nuit. Cette dragonne rouge était intelligente, très maitresse d'elle même. Intéressant. Lisbeth reprit, dans une langue que je ne connaissais pas, ou mal. Du polonais, mais peut être autre chose. J'attrapai un mot ou deux, mais m'ennuyais vite. Alors, je me redressais, les muscles tendus d'être restée allongée, et me mit à brouter, suivant d'une oreille. La voix de l'humaine, plus vive et sauvage que la voix grave et posée de Charm, semblait s'envoler dans les airs. Lorsqu'elle se tue, je mis un moment avant de comprendre qu'elle pleurait. Elle se remit à chanter. La dragonne avait dit qu'elle n'aimait pas la voix de Lisbeth, moi si. Pas les mêmes oreilles, certainement. Je me laissais portée par Le Port d'Amsterdam, tout en me demandant où était Amsterdam. Ah, oui, en Hollande. Ou au Pays Bas, c'est comme on veut. Loin d'ici. Sur une autre planète, même. Lorsqu'elle finit, elle nous lança un regard profond et lointain, tel un puits oublié. Hum...Toujours aussi peu poétique. Son "Et après ..." informulé m'émut, mais me surprit. D'une voix douce, je l'interrogeai:
-Qui y a t'il, Lisbeth? Si tu ne peux être toi, soit le quand même. Bat toi pour toi, sans oublier les autres. Si tu ne veux des autres, évite les. Mais ne te laisse pas abbattre. Quelles sont les barrières qui t'entourent, quelles sont les chaînes qui t'enferment?
Je me tournai vers Charm, l'interrogeant du regard pour voir si elle savait quelle était la cause du comportement étrange de Lisbeth. Moi, j'était perdue, pas habituée à la vie en société, ni au réactions des autres. Je connaissais les réactions du vent, de l'eau, des animaux, mais pas des humains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://felinia.forumgratuit.org
Charm



Messages : 73
Date d'inscription : 02/10/2011
Age : 18
Localisation : Derrière toi... BOUH !

Votre perso :
Age des personnages: Plus de 5000 ans :face:
Dieu: Sagesse
Relations:

MessageSujet: Re: La pure licorne et la psycopathe assasinne (Phoena et Lisbeth)   Mer 11 Jan 2012 - 12:39

Je rep ce soir !! ^^
*ne pas répondre*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lisbeth Stonn / Bella A.



Messages : 89
Date d'inscription : 06/12/2011
Age : 17
Localisation : Quelque part sur Terre ...

Votre perso :
Age des personnages: Lisbeth a 15 ans, et Sasha en a 3.
Dieu: Force
Relations: Ma Sasha baveuse ...

MessageSujet: Re: La pure licorne et la psycopathe assasinne (Phoena et Lisbeth)   Mer 11 Jan 2012 - 12:59

-Qui y a t'il, Lisbeth? Si tu ne peux être toi, soit le quand même. Bat toi pour toi, sans oublier les autres.
Si tu ne veux des autres, évite les. Mais ne te laisse pas abbattre. Quelles sont les barrières qui t'entourent, quelles sont
les chaînes qui t'enferment ?
demanda gentiment Phoena via Sasha.

- 何もない、何も... Heu, rien rien ... Je me mélange parfois et je me met à parler d'un cou en une autre
langue ! Mes barrières ? Une enfance trop parfaite, des rêves réalisés trop tôts ... Et l'accident stupide de pousser sa
meilleure amie dans les escaliers. Elle meurt la nuque briser.I νεροχύτη ... Je sombre ... C'est dur, tu sais, de penser à
un avenir en sachant que jamais tu ne l'aura. C'est pour ça qu'on a inventé le chant, la danse ... Ça me fait penser à
une chanson :

J'ai la tête qui éclate
J'voudrais seulement dormir
M'étendre sur l'asphalte
Et me laisser mourir

Stone le monde est stone
Je cherche le soleil
Au milieu de la nuit

J'sais pas si c'est la terre
Qui tourne à l'envers
Ou bien si c'est moi
Qui m'fais du cinéma
Qui m'fais mon cinéma

J'ai plus envie d'me battre
J'ai plus envie d'courir
Comme tous ces automates
Qui bâtissent des empires
Que le vent peut détruire
Comme des châteaux de cartes

Stone le monde est stone
Je cherche le soleil
Au milieu de la nuit

J'sais pas si c'est la terre
Qui tourne à l'envers
Ou bien si c'est moi
Qui m'fais du cinéma
Ohhh mon cinéma

Choeurs
J'ai plus envie d'me battre
J'ai plus envie d'courir
Comme tous ces automates
Qui bâtissent des empires
Que le vent peut détruire
Comme des châteaux de cartes

Stone le monde est stone
Je cherche le soleil
Au milieu de la nuit

Laissez-moi me débattre
Venez pas m'secourir
Venez plutôt m'abattre
Pour m'empêcher d'souffrir
J'ai la tête qui éclate (Stone)
J'voudrais seulement dormir (Stone)
M'étendre sur l'asphalte (Stone)
Et me laisser mourir (Stone)

Le monde est stone (Stone)
Le monde est stone (Stone)
Le monde est stone, stone, stone (Stone, stone)

Stone... Le monde est stone ...

Sympa comme paroles, hein ? Vous avez des chansons, des poèmes, chez vous ?
fit Lisbeth d'une petite voix, ayant trop
chanté en une heure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charm



Messages : 73
Date d'inscription : 02/10/2011
Age : 18
Localisation : Derrière toi... BOUH !

Votre perso :
Age des personnages: Plus de 5000 ans :face:
Dieu: Sagesse
Relations:

MessageSujet: Re: La pure licorne et la psycopathe assasinne (Phoena et Lisbeth)   Mer 11 Jan 2012 - 18:31

      - Cóż, to dla mnie jasne: Lubię swoją osobowość, czerwony, rzeź ... I jak ty się zupełnie inaczej. Dlatego kocham
      cię! Przetestowałem, trzeba wiedzieć, ten test, prawda? Wszystkie moje "ofiary" należą do przeszłości. A ja jestem częścią Mafii,
      nawet jeśli nikt nie wie. Są Missoni, dają mi. Nie lubię zabijania w rzeczywistości. A jak ty lubię zachody słońca, noc ... Ufam ci,
      którzy nie pozwalają się od siebie. Ty przekonany, jesteś częścią tych ludzi. Wreszcie, jesteś pierwszą osobą, rzeczywiście.
      Ale naprawdę sądzisz, że śpiewa źle?

    C'était du polonais, avec un léger accent mais très bien parler. Le polonais, était, pour certain, dur et rustre, je trouvait sa chantant, doux et clair. Elle aimait bien le rouge, le sang la massacre... Moi aussi j'aimais sa, je devais avouer. Une chose me fit tiquer. la mafia. Intéressant... Elle semblait être arrivé là a cause d'une erreur, ce ne devait pas être son rêve de carrière. Et un test... elle aussi venait de le passer, en fait, le fait qu'elle m'ai tester était mon test, et ma réponse, mes remarque désagréable aussi. Enfin pas vraiment, j'étais comme sa. Elle semblait un peu piquée par ma remarque sur sa manière de chanter. C'est chou. Des larmes coulèrent sur ses joues et elle entama une nouvelle chanson. Assez connue d’ailleurs. Sa voix, caressant la nuit, brisai le silence et montait vers la lune nacrée. Sa voix était claire. Mais elle ne serrait jamais pure. Ce qu'on a fait de mal ou de bien dans la vie, se ressent dans la voix. Est-ce pur de tuer ? Je ne crois pas. la mienne l'était encore moins en y pensant bien... Phoena brouta tranquillement l'herbe lacté, laiteuse. La sagesse des licornes se vérifia, a une chose près, subséquemment à la chanson
      -Qui y a t'il, Lisbeth? Si tu ne peux être toi, soit le quand même. Bat toi pour toi, sans oublier les autres.
      Si tu ne veux des autres, évite les. Mais ne te laisse pas abbattre. Quelles sont les barrières qui t'entourent, quelles sont
      les chaînes qui t'enferment ?

    La réponse de Lise ne se fit pas tarder.
      何もない、何も... Heu, rien rien ... Je me mélange parfois et je me met à parler d'un cou en une autre
      langue ! Mes barrières ? Une enfance trop parfaite, des rêves réalisés trop tôts ... Et l'accident stupide de pousser sa
      meilleure amie dans les escaliers. Elle meurt la nuque briser.I νεροχύτη ... Je sombre ... C'est dur, tu sais, de penser à
      un avenir en sachant que jamais tu ne l'aura. C'est pour ça qu'on a inventé le chant, la danse ... Ça me fait penser à
      une chanson :

    Et elle recommença de chanter... Mes oreilles frissonnèrent.
      Sympa comme paroles, hein ? Vous avez des chansons, des poèmes, chez vous ?

    Oui, mais je ne dirai pas lesquels....Je répondit a son ancienne question.
      "Si tu veux savoir, ce n'est pas que tu chante mal, c'est juste que je ne peut apprécier ton chant a sa juste valeur, mes sens son beaucoup plus développer que les vôtres et surtout l’ouïe. Alors ta voix me fait comme si on te mettait près d'un tableau et que l'on faisait crisser un craie dessus. Et que le bruit était multiplié par 10... Sinon, oui, se sont de joli parole te oui, les dragons on leur chanson, mais la plupart sont commune aux vôtres. Par contre, on croule sous les poème, proverbes etc, etc...Une horreur. Il y en a tellement, impossible de faire le tri.
      Je vais te poser une petite question, voir deux, plus personnel: veut-tu quitter cette "organisation" si oui, le fera tu ? Je pense que non, depuis qu'il existe c'est toujours la même chose, on n'entre on sort pas.... Enfin, pas vivant. Alors je te propose un marché. je te dirai lequel quand tu aura répondu a ma question."

    Je réfléchi un instant. Je me releva,et battit des ailes dans le vides, j'avais de moins en moins l'habitude de rester sans rien faire et j'était déjà toute engourdie. Je resta quatre pattes devant elle. Tout a l'heure, je dominait, j'était debout maintenant, je dominait encore, mais beaucoup moins, faut laisser la place aux plus jeunes... Je grattouilla l'herbe en réfléchissant. En moins de deux, la verdure fit place à la pierre, que ma griffes grignotait aussi facilement que si c'était du beurre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lisbeth Stonn / Bella A.



Messages : 89
Date d'inscription : 06/12/2011
Age : 17
Localisation : Quelque part sur Terre ...

Votre perso :
Age des personnages: Lisbeth a 15 ans, et Sasha en a 3.
Dieu: Force
Relations: Ma Sasha baveuse ...

MessageSujet: Re: La pure licorne et la psycopathe assasinne (Phoena et Lisbeth)   Ven 13 Jan 2012 - 14:59

"Si tu veux savoir, ce n'est pas que tu chante mal, c'est juste que je ne peut apprécier ton chant a sa juste valeur,
mes sens son beaucoup plus développer que les vôtres et surtout l’ouïe. Alors ta voix me fait comme si on te mettait près d'un
tableau et que l'on faisait crisser un craie dessus. Et que le bruit était multiplié par 10... Sinon, oui, se sont de joli parole te oui,
les dragons on leur chanson, mais la plupart sont commune aux vôtres. Par contre, on croule sous les poème, proverbes etc,
etc...Une horreur. Il y en a tellement, impossible de faire le tri.
Je vais te poser une petite question, voir deux, plus personnel: veut-tu quitter cette "organisation" si oui, le fera tu ? Je pense que
non, depuis qu'il existe c'est toujours la même chose, on n'entre on sort pas.... Enfin, pas vivant. Alors je te propose un marché.
je te dirai lequel quand tu aura répondu a ma question."


La question de Charm fit tiquer Lisbeth. Oui, elle y avait songé, et oui, elle le ferait. Alors elle répondit :

-Eh bien, voilà : je rêve depuis toujours de sortir de ce capharnaüm de Mafia. On y entre pas par choix : dès qu'on
tue, on nous recherche, on nous traque comme une proie, afin de te faire entrer dans leur merdier. Puis il te font commettre des
horreurs. Assassiner des gamins de 3 ans. Trucider des filles qui n'on rien à faire à part de la prostitution. C'est vrai, je bluffe pas
Et oui, je le ferai. J'ai déjà une idée. Je suis en train de la faire, même. Elle ne sait pas où je suis. Elle croit que je suis en mission.
Mais je resterai ici, autant de temps qu'il le faudra, jusqu'à ma mort. Je resterais parmi la roche, l'eau et l'herbe. Je me sens bien,
Sacha aussi.
Alors, Charm, quel est ton marché ?


Lisbeth regarda attentivement le dragon rouge. Des écailles, de la membrane sur les ailes ... Mais derrière cette rustre apparence ...
Une sagesse immense. Plus immense que le désert des Dunes du Diamant. plus immense que l'Océan du Savoir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phoena



Messages : 21
Date d'inscription : 12/12/2011
Age : 18
Localisation : Perdue dans une dimension parallèle...ou ici...

Votre perso :
Age des personnages: 18 ans
Dieu: Volonté
Relations:

MessageSujet: Re: La pure licorne et la psycopathe assasinne (Phoena et Lisbeth)   Sam 14 Jan 2012 - 13:01

"Si tu veux savoir, ce n'est pas que tu chante mal, c'est juste que je ne peut apprécier ton chant a sa juste valeur,
mes sens son beaucoup plus développer que les vôtres et surtout l’ouïe. Alors ta voix me fait comme si on te mettait près d'un
tableau et que l'on faisait crisser un craie dessus. Et que le bruit était multiplié par 10... Sinon, oui, se sont de joli parole te oui,
les dragons on leur chanson, mais la plupart sont commune aux vôtres. Par contre, on croule sous les poème, proverbes etc,
etc...Une horreur. Il y en a tellement, impossible de faire le tri.
Je vais te poser une petite question, voir deux, plus personnel: veut-tu quitter cette "organisation" si oui, le fera tu ? Je pense que
non, depuis qu'il existe c'est toujours la même chose, on n'entre on sort pas.... Enfin, pas vivant. Alors je te propose un marché.

je te dirai lequel quand tu aura répondu a ma question."

Tiens, cette dragonne avait l'air intéressée par Lisbeth. Et les deux avaient l'air calmée. Du progrès. Je me demandai l'idée de Charm pour sortir de la Mafia. Moi, j'en avais à peine entendu parler. Recluse dans la montagne, la folie humaine ne m'atteignait pas. Le savoir dragonnien non plus d’ailleurs. Était ce une erreur de vivre coupée du monde? Pas à mon sens. Pas encore.

-Eh bien, voilà : je rêve depuis toujours de sortir de ce capharnaüm de Mafia. On y entre pas par choix : dès qu'on
tue, on nous recherche, on nous traque comme une proie, afin de te faire entrer dans leur merdier. Puis il te font commettre des
horreurs. Assassiner des gamins de 3 ans. Trucider des filles qui n'on rien à faire à part de la prostitution. C'est vrai, je bluffe pas
Et oui, je le ferai. J'ai déjà une idée. Je suis en train de la faire, même. Elle ne sait pas où je suis. Elle croit que je suis en mission.
Mais je resterai ici, autant de temps qu'il le faudra, jusqu'à ma mort. Je resterais parmi la roche, l'eau et l'herbe. Je me sens bien,
Sacha aussi.

Alors, Charm, quel est ton marché ?

Les mains ensanglantées, elle les avait. Mais son cœur restait pur, et son esprit tranchant. Et elle savait apprécié la nature. Je me demandai si j'intervenais dans leur histoire. Je ne dit que quelques mots à Lisbeth.

-Tu disais:
"C'est dur, tu sais, de penser à un avenir en sachant que jamais tu ne l'aura."
Mais il n'est jamais trop tard pour penser à l'avenir. Nous y avons tous droit. Même si certain doivent se battre pour lui, et d'autres non. Mais après tout, peut être que penser au lendemain fait fuir le présent.

Surprise par mes paroles, je me demandai si ce n'était pas ce que je faisait. Non, c'était plutôt le contraire. Je fuyais l'avenir en ne pensant qu'au présent. Je repris:
-Mais personne n'est seul. Si tu ne peut plus avancer, regarde autour de toi. Tu trouvera toujours quelqu'un pour t'aider, si tu fais l'effort de la chercher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://felinia.forumgratuit.org
Charm



Messages : 73
Date d'inscription : 02/10/2011
Age : 18
Localisation : Derrière toi... BOUH !

Votre perso :
Age des personnages: Plus de 5000 ans :face:
Dieu: Sagesse
Relations:

MessageSujet: Re: La pure licorne et la psycopathe assasinne (Phoena et Lisbeth)   Sam 14 Jan 2012 - 20:07

[Pourquoi suis-je en rouge ? ^^]

      Eh bien, voilà : je rêve depuis toujours de sortir de ce capharnaüm de Mafia. On y entre pas par choix : dès qu'on
      tue, on nous recherche, on nous traque comme une proie, afin de te faire entrer dans leur merdier. Puis il te font commettre des
      horreurs. Assassiner des gamins de 3 ans. Trucider des filles qui n'on rien à faire à part de la prostitution. C'est vrai, je bluffe pas
      Et oui, je le ferai. J'ai déjà une idée. Je suis en train de la faire, même. Elle ne sait pas où je suis. Elle croit que je suis en mission.
      Mais je resterai ici, autant de temps qu'il le faudra, jusqu'à ma mort. Je resterais parmi la roche, l'eau et l'herbe. Je me sens bien,
      Sacha aussi.
      Alors, Charm, quel est ton marché ?

    Elle avait répondu sans hésitation. Parfait. Et sa réponse était plus qu’intéressante, car si je savais déjà que la Mafia ne voyait pas tout, les gens avait tendance a le croire, elle tire sa force de la peur des gens, de leur hésitation et de leur amour pour les autre, plus ou moins relatif. La licorne donna son avis, toujours avec calme etr discernement malgré son mode de vie qui la laissait inconnue de la société anarchique dans laquelle nous vivons.

      - Tu disais: "C'est dur, tu sais, de penser à un avenir en sachant que jamais tu ne l'aura."
      Mais il n'est jamais trop tard pour penser à l'avenir. Nous y avons tous droit. Même si certain doivent se battre pour lui, et d'autres non. Mais après tout, peut être que penser au lendemain fait fuir le présent.
      -Mais personne n'est seul. Si tu ne peut plus avancer, regarde autour de toi. Tu trouvera toujours quelqu'un pour t'aider, si tu fais l'effort de la chercher.

    J'eus presque envie de rire. Faire l'effort de la chercher. on faisait tous l'effort, mais la personne restait caché si longtemps, que, quand on la trouve, c'est presque trop tard. Je n'avait aucun exemple avec des humains mais j'en avait des tonnes. Je pensa la tête sur le coté et regarda attentivement Lisbeth. Elle avait du courage mais elle se ferai prendre.

      "C'est bien, tu es courageuse, mais sa ne changera rien, les missions ne sont pas éternelle et ils te chercheront. Moi si. Mon idée, c'était sa: une vie pour une vie. Ma vie est bien monotone, la tienne ne te plais pas. J'ai a peine 5000 ans et je suis immortelle alors que toi il ne te reste pas longtemps a vivre, moins de 100 ans alors profite-en. Propose leur le marché que je te propose, une vie pour une vie. Ils te laissent tranquille, je m'engage a leur rester fidèle le temps qu'il veulent. Quand je dis fidèle, je dis ou pas. Mais les pensées ne font pas partie du contrat et il ne vivront pas assez longtemps pour surveiller tout mes fait et geste. Alors que toi, malgré ta "mission" en cour, ils essaient de te trouver."

    Oui, c'était vraiment sa mon idées, avec quelques chose en plus mais qui n'allait pas être dévoilé tout de suite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charm



Messages : 73
Date d'inscription : 02/10/2011
Age : 18
Localisation : Derrière toi... BOUH !

Votre perso :
Age des personnages: Plus de 5000 ans :face:
Dieu: Sagesse
Relations:

MessageSujet: Re: La pure licorne et la psycopathe assasinne (Phoena et Lisbeth)   Mer 25 Jan 2012 - 14:02

Up please
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La pure licorne et la psycopathe assasinne (Phoena et Lisbeth)   Aujourd'hui à 17:50

Revenir en haut Aller en bas
 
La pure licorne et la psycopathe assasinne (Phoena et Lisbeth)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Corne du Diable = Psycopathe
» La licorne
» Critique de la raison pure [essai]
» Fatal Bazooka - Ce matin va etre une pure soirée
» ♦ Gabrielle de Vendôme ▬ « Une fille pure, si naïve et angélique va voir quelques plumes tomber de ses ailes. »‏‏‏‏

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
United by Fate :: Territoires Nord :: • Les montagnes de lune •-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit